Dollar et yen : les meilleurs ennemis

Rédigé le 29 mai 2009 par | Matières Premières Imprimer

Deux devises dites « refuge »

Les deux devises connaissent une évolution assez particulière dans cette crise car elles ont un statut un peu à part dans l’économie mondiale.

Le dollar a été soutenu par son statut de devise refuge et a profité de la réputation et de la puissance de son économie pour se renforcer et regagner du terrain face à presque toutes les devises mondiales.

Le yen s’est aussi renforcé au fur et à mesure que l’inquiétude saisissait les marchés. Depuis de nombreuses années, le gouvernement japonais mène une politique à taux zéro pour enrayer la déflation qui frappe le pays depuis les années 1990. Monnaie peu chère, les nombreux emprunts souscrits en yens, utilisés par les carry traders pour investir sur des actifs mieux rémunérés, ont dû être couverts rapidement lors de l’éclatement de la crise des subprimes.

Le yen, alors fortement demandé s’est apprécié lui aussi violemment.

◊ Deux économies opposées et pourtant…

Alors que les États-Unis ont connu une forte croissance sur fond de surconsommation et de surendettement, la demande intérieure japonaise, elle, ne suffisait pas (démographie oblige) à soutenir les entreprises nipponnes majoritairement dédiées à l’exportation.

Graphique de l'EUR/USD

Pourtant, si vous suivez les cours du Forex, vous aurez remarqué que le destin de ces deux devises est très lié. Regardez ce graphique comparant leur évolution depuis trois mois face à l’euro.

◊ La Banque du Japon rassure et la dette américaine inquiète

Le gouverneur Shirakawa s’est voulu rassurant cette semaine en affirmant que la baisse des exportations a ralenti. De plus, le fort déstockage dans la distribution devrait soutenir un peu l’économie nipponne dans les prochains mois. Cependant, il faudra tout de même rester vigilant aux suites des essais et menaces nord-coréennes qui pourraient installer la tension et l’instabilité dans le secteur.

La semaine dernière, Standard & Poor’s a jeté un pavé dans la marre en mettant en doute la note souveraine des Etats-Unis. Même si c’est peu probable, le fait de poser le problème sur le devant de la scène a fortement affaibli la monnaie américaine. Pourtant, comme le soulignait ce mardi Christophe Tricaud du quotidien La Tribune,la Chine continue de financer la dette américaine.

« Le déficit du gouvernement fédéral qui va exploser, cette année, à plus de 1 800 milliards de dollars selon les estimations officielles, sera donc encore largement financé par Pékin. Selon les premières estimations des statistiques américaines pour le mois de mars, la Chine, premier créancier étranger des États-Unis, a acquis pour 23,7 milliards de dollars (17 milliards d’euros) de bons du Trésor. Ce record mensuel porte les encours de l’empire du Milieu sur la dette américaine à 768 milliards de dollars, soit plus du quart du montant détenu par les étrangers. »

◊ USD/JPY : bientôt la rupture ?

Comme souvent après une analyse, je demande l’avis de mon ami et collègue Henri Baltzer, qui travaille avec moi sur les recommandations Forex. Basé à Montréal (c’est idéal de pouvoir être sur les deux créneaux horaires quand vous travaillez sur le Forex !) il me disait : »Il faudra surveiller que la paire ne repasse pas sous la ligne de tendance baissière qui date du début du mois, ce qui annoncerait un risque d’accélération à la baisse. »

En effet, outre la tendance baissière, nous nous retrouvons à un moment clé de l’évolution de la paire qui a rencontré une résistance forte sur les niveaux des 100 yens, mais également un support stable au-dessus de 93,80 yens, et qui représente également un niveau d’overlap (cher à mon collègue Marc Dagher).

Mais le fait important à mes yeux est la formation d’un très beau triangle (dont je vous expliquerai tout le 19 juin, lors de la Journée de l’Analyse Technique), que j’ai indiqué par les lignes verte et rouge sur le graphique ci-dessous.

Graphique de l'USD/JPY

Difficile de savoir maintenant de quel côté penchera la balance. La moyenne mobile 100 jours (en rouge sur le graphique) pourrait être un repère car en cas d’incapacité à franchir fermement cette ligne, le dollar pourrait encore faiblir face au yen. Du coup, la rupture des 93,80, donc de la ligne de support de mon triangle, serait un signal fort de vente pour viser un retour sur 90 yens dans un premier temps.

Mots clé : - - - - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire