Dollar et dollar australien sous les projecteurs cette semaine

Rédigé le 2 décembre 2009 par | Matières Premières Imprimer

Entre la fermeture des places américaines pour Thanksgiving et les nouvelles de Dubaï, le marché a repris la semaine avec une petite « gueule de bois ».

Il faut dire que la situation aura rarement été aussi floue sur les places actions depuis la faillite de Lehman Brothers.

Et la psychologie prend toute sa place dans un marché qui semble envahi par le doute malgré les bonnes nouvelles apparentes.

Sur le marché des changes, la semaine passée aura finalement fait beaucoup de bruit pour rien avec un dollar qui s’est rapidement repris sur fond d’inquiétude de la dette des Etats, et après que le Dollar Index eut touché un plus bas mercredi à 74,26 points alors que l’euro franchissait les 1,51$.

Une semaine sous haute tension

Et c’est une semaine sous haute tension qui s’annonce avec en point d’orgue la réunion de la BCE et le communiqué de presse de J.-C. Trichet qui devrait laisser le principal taux d’intérêt à 1%.

On surveillera surtout la rhétorique pour y déceler un éventuel changement de ton, ou un commentaire sur la politique d’assouplissement monétaire, une éventuelle stratégie de sortie de crise…

En effet, les marchés pourraient très mal réagir si les facilités de crédit accordées par la BCE étaient remises en cause.

Des « NFP » à surveiller

Vendredi, ce seront les chiffres des créations d’emploi aux Etats-Unis, les fameux Non Farm Payrolls*, qui seront sous les feux de la rampe.

Et l’attente est grande de la part des observateurs qui tablent sur la destruction de « seulement » 111 000 emplois à comparer aux 190 000 du mois dernier.

Dès demain, l’enquête ADP nous donnera un premier indice sur la santé du marché de l’emploi outre-Atlantique.

EUR/USD : retour dans le range

Maintenant, place à un point graphique sur la paire principale du marché.

Graphique une heure EUR/USD

Graphique une heure EUR/USD

L’euro/dollar s’est retourné après son incursion rapide au-dessus des 1,51, dans le range qui contient son évolution depuis plusieurs semaines.

Ce tunnel entre 1,48 et 1,5060$ est, malgré les tentatives de sortie, toujours aussi déterminant et rend la tendance haussière de plus en plus fragile.

Cependant, celle-ci est toujours d’actualité comme vous pouvez le voir sur ce second graphique, et ne sera remise en cause que par la rupture franche des 1,4798 dans un premier temps puis des 1,4625 rapidement après.

Graphique quotidien EUR/USD

Graphique quotidien EUR/USD

AUD/USD : attention aux secousses

Le dollar australien devrait connaître également un regain de volatilité dans les prochains jours avec, en plus du communiqué de la Banque centrale, une corrélation à l’or qui fait violemment bouger les cours.

Graphique une heure AUD/USD

Graphique une heure AUD/USD

Une figure de retournement semble se dessiner et mérite d’être confirmée par une première rupture des 0,8950.

Ce niveau a vu la paire rebondir fortement vendredi soir et constitue notre nouveau palier de support principal.

A l’inverse, si l’optimisme prend le dessus sur les marchés, la paire pourrait rejoindre rapidement 0,9330$.

Seule la rupture des 0,94 constituerait un signal pour viser notre prochain objectif à 0,9650.

A noter qu’à la différence de l’euro/dollar, le changement de direction est plus prononcé et je penche donc pour une vague de correction assez forte, après une hésitation due aux différents chiffres de la semaine.

* Nombre de travailleurs américains payés (hors secteur agricole, fonctionnaires et associations caritatives).

Mots clé : - - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire