Semaine chargée pour le dollar australien

Rédigé le 7 avril 2009 par | Matières Premières Imprimer

L’inflation au tapis Je décide de revenir sur une devise très travaillée en ce moment : le dollar australien contre le dollar américain (AUD/USD).

La monnaie australienne continue de se reprendre contre le dollar ; elle vient même de repasser au-dessus de 0,71 $US suite à l’affaiblissement du dollar américain la semaine dernière. La parité rejoint ainsi ses niveaux du début d’année. Regardez :

Evolution de la parité AUD/USD depuis un an

Evolution de la parité AUD/USD depuis un an

Tôt ce lundi matin, le taux d’inflation publié par TD Securities et l’institut de Melbourne montrait un clair ralentissement de la hausse des prix.

Cet indice, qui compare le prix de près de 1 000 biens et services achetés par les consommateurs australiens, a fait ressortir une baisse de -0,1% depuis le mois de février.

Enfin, ce chiffre prend une importance particulière à la veille de la décision de la Banque d’Australie (RBA) sur la poursuite ou non de la baisse des taux.

Les taux au plus bas depuis 45 ans Le gouverneur de la RBA, M. Stevens, avait déjà décidé le mois dernier d’une baisse des taux à 3,25%, ce qui constituait un plus bas historique pour le taux d’intérêt australien.

Cependant, après la petite surprise de la BCE jeudi avec une baisse du taux directeur moins importante que prévue de seulement 0,25%, on peut se demander qui, du statu quo ou de la baisse d’un quart de point du taux, l’emportera.

Ce matin, et selon Bloomberg.com, l’indice sur les swaps interbancaires — de Credit Suisse — semble anticiper une baisse de 0,25% du taux directeur australien.

Pourtant, le consensus montre que la majorité des analystes attendent un statu quo à 3,25%.

Pour ma part, je pense que cette baisse de l’inflation pourrait inciter les responsables australiens à une nouvelle baisse afin de stimuler un marché de l’immobilier qui souffre et une consommation déclinante.

Le marché de l’emploi sous pression Jeudi, les chiffres de l’emploi australiens seront annoncés et il va être très intéressant de voir si les embauches continuent de résister à la crise.

En effet, les trois derniers mois ont à chaque fois fait largement mieux que le consensus. En mars par exemple, alors que l’on prévoyait une destruction de près de 21 000 postes, ce fut 1 800 créations qui furent annoncées !

Cependant, même si le pays résiste relativement bien à la crise, l’impact sur l’emploi devrait se faire sentir tôt ou tard, surtout quand on sait que les créations concernaient surtout des « temps partiels ».

Ainsi, et vu la dégradation de l’économie mondiale, on peut craindre une nette augmentation des pertes d’emploi ce mois-ci, même si l’on n’atteint pas le consensus fixé à 25 000 destructions.

Je pense également que certaines statistiques comme ces chiffres de l’emploi vont malheureusement contribuer à résorber l’euphorie post-G20 sur les marchés. Espérons que je me trompe !

Nouveau test de la zone clé Alors que le monde commence à croire à la sortie de crise, nos graphiques initient de belles figures validant ce scénario. Cependant, il reste des seuils clés à franchir.

Concernant le dollar australien face au dollar américain, comme vous pouvez le constater sur le graphique une heure ci-dessous, un « W » (figure technique de retournement) est en passe d’être validé. Pour cela, il suffit que la paire franchisse la barre des 0,7270/0,7280 (ligne rouge).

Dans ce scénario, un premier objectif à 0,77 qui représente la marche depuis laquelle la paire avait chuté en juin de l’année dernière.

Graphique  en "W" de l'AUD/USDl

A la baisse, le support à 0,6765 devrait contenir un éventuel mouvement de consolidation. Si l’on casse ce support, la baisse reprendra vers 0,66 puis 0,64

La volatilité devrait agiter les marchés encore cette semaine et je vous recommande une nouvelle fois de rester très prudent sur le terrible Forex !

Bonne semaine à tous.

Mots clé : - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire