Discrétionnaire ou systématique : Quelle approche du trading saurez-vous maitriser ?

Rédigé le 25 janvier 2008 par | Autres indices Imprimer

En effet, l' »analyse technique«  recouvre en fait plusieurs approches, très différentes. Sous ce terme cohabitent de nombreuses écoles selon les critères utilisés (chartistes purs, elliotistes, adeptes des indicateurs…), mais il faut surtout bien distinguer les deux grandes approches, qui font depuis toujours débat, et même parfois l’objet de confrontation sous forme de « match », entre « discrétionnaire » et « systématique« .

L’approche discrétionnaire : attention à votre santé mentale ! Tout individu qui commence dans le trading est naturellement attiré par la première, qui consiste à prendre ses décisions lui-même et comme bon lui semble, en fonction des informations collectées (fondamentale, graphique, astrologique…), de sa propre expérience, de son sentiment ou encore de la psychologie du marché. La réussite du trader repose ainsi sur son intuition, sur sa capacité à demeurer constant dans son analyse, sur son humilité…

La principale difficulté de cette démarche réside dans la gestion de l’aspect émotionnel et la rigueur pour respecter des règles qu’il s’est fixées. Ces obstacles peuvent générer douleur et frustration, et entraîner soit l’abandon pur et simple du trading, soit une difficile remise en cause.

En effet, le trading discrétionnaire, qui réussit si aisément à certains traders, peut en détruire d’autres (détruire non seulement leur capital, mais aussi les détruire eux-mêmes psychologiquement). L’amour-propre d’un trader est facilement atteint lorsqu’il constate que ce que d’autres font « en jouant », ne lui réussit guère – bien qu’il s’applique au maximum. Le trading discrétionnaire tient en fait de l’art, et demande donc plus de talent qu’intellect et savoir-faire.

En outre, la gestion du capital (ou la gestion des risques) est plus difficile dans le cas du trader discrétionnaire, car il raisonne en terme d' »objectifs à atteindre » (surtout s’il utilise l’analyse graphique) ce qui rend difficile l’utilisation de stops uniformes et incontestables.

Approche systématique : ne la voyez pas comme une offense à votre intelligence ! L’approche systématique vient alors répondre à ces problématiques, puisqu’elle base les opérations d’achat et vente sur un modèle statistique, une logique dénuée de tout jugement humain.

Reste à développer le bon système qui fonctionne sur la durée et génère un potentiel de gain positif. Evidemment… mais c’est bien sûr là que la que le bât blesse. C’est loin d’être chose évidente.

L’investissement intellectuel se fait donc au début (même si on peut bien sûr chercher à améliorer son système en cours de route), et la suite n’est qu’une offense permanente au trader, dont l’humilité est soumise à rude épreuve : il se doit de reconnaître que le marché a toujours raison ; que le système « sait mieux » qu’il ne sent, lui, pauvre humain ; que ce n’est pas parce que le système a accumulé 15 traders négatifs d’affilée qu’il est devenu « mauvais », etc.

Pour beaucoup de traders, surtout les plus intelligents et créatifs d’entre eux, il y a comme une humiliation de se soumettre à cette logique, et bien souvent ils abandonnent ce qui aurait pourtant pu et dû les rendre riches. Les résultats des systèmes de trading sont d’ailleurs pratiquement toujours meilleurs lorsque ce sont les ordinateurs qui les exécutent, plutôt que les traders humains – trop humains.

La question est donc de savoir, pour chaque intervenant, quelle attitude adopter. Celle-ci doit être fonction de ses prédispositions et bien sûr de son talent pour le trading et de sa capacité à résister au stress permanent des marchés.

Certains s’y font bien, d’autres sont plus en sécurité en suivant avec la rigueur maximale un système de trading qu’ils ont su mettre au point.

Quand on sait tirer parti des deux approches… Pour ma part, après avoir testé, recherché et expérimenté de multiples techniques, j’ai obtenu les résultats les plus satisfaisants et récurrents par l’utilisation d’un mix à 75% mécanique et 25% systématique. Cela m’a permis de mettre au point mon système qui me permet de détecter les meilleurs sous-jacents pour jouer les Turbos. Si on utilise les résultats d’un système de trading comme un filtre, destiné à écarter des situations où l’espérance de gain n’est pas satisfaisante, on peut se concentrer ensuite sur les valeurs ainsi sélectionnées pour en faire une analyse « humaine ».

La lecture graphique traditionnelle vient ensuite me confirmer ou m’avertir sur les niveaux le timing. Ainsi, la validation de la formation en « Épaule–Tête-Épaule » (qui confirme l’orientation baissière de l’indice CAC 40) se retrouve dans mon relevé quotidien : en début de semaine par exemple, j’avais ainsi classé près de 70% des valeurs en tendance baissière à moyen/long terme !

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire