Dexia : bientôt une nouvelle envolée stratosphérique ?

Rédigé le 12 novembre 2015 par | Big caps, Toutes les analyses Imprimer

Dexia (BE0003796134) est l’une des valeurs qui me « turlupine » en ce moment. Au niveau fondamental, je pense que je ne vous apprendrai rien en vous rappelant les déboires du groupe ces dernières années. Dexia a en effet été en première ligne dans la crise des subprime à partir de 2008 et dans l’utilisation d’outils et de montages plus ou moins « contestables ». On aura en effet tous plus ou moins entendus parler des plans de financements de certaines collectivités locales par des indexations assez « mal senties » (comme notamment le franc suisse).

Depuis, le soutien capitalistique des États Belges et Français (la banque ayant dû être recapitalisée par deux fois) a maintenu artificiellement en vie le cours de bourse de la valeur. Si depuis 2012, c’est en pratique le SFIL (Société de Financement Local) qui a repris la gestion des choses (structure issue de la faillite de Dexia et la disparition de Dexia Crédit Local), le fait est que le cours de bourse de Dexia cote toujours à Bruxelles.

Avec les actuelles pratiques accommodantes de la BCE, Dexia tente ainsi, tant bien que mal, de se financer à nouveau sur les marchés (Dexia Credit Local vient par exemple d’émettre de nouvelles obligations de court terme à échéance 2017…garanties par l’Etat belge, français et luxembourgeois).

Ce bref historique de la valeur effectué, attardons sur son comportement boursier cette année.

le cour de Dexia au 12 novembre 2015

Deux choses retiennent notre attention.

Premièrement, en mars dernier, après une période d’encéphalogramme plat entre 2013 et 2014, le cours de bourse s’était brusquement envolé. La valeur avait en effet connu une poussée spéculative particulièrement impressionnante (cf. l’encadré noir à gauche sur le graphique ci-dessous) portée par d’importants volumes. Le titre avait alors quintuplé en l’espace de quelques jours seulement, passant des 0,02/0,03 € à plus de 15 centimes à la mi-mars. Depuis, les choses se sont calmées avec une phase de consolidation, visible en pointillés ci-dessus, formant un canal descendant de moyen terme.

Secondement,  à plus court terme, une phase de congestion en drapeau semble se former (visible en noire, sur la droite du graphique cette fois) similaire à celle précédant l’envolée de mars dernier. Je surveille donc comme le lait sur le feu la chose pour mes abonnés.

En effet, même s’il est difficile de faire plus risqué vu la valeur nominale de l’action, le jeu peut très vite en valoir la chandelle. Jugez plutôt : si une accélération se produit, alors, des achats stops se déclencheront au-delà des 0,06 € – le contact avec le haut de canal descendant de moyen terme évoqué comme premier point – et un emballement du même type que ce l’on a connu en mars dernier pourrait suivre. Avec auquel cas, un potentiel gain à trois chiffres au rendez-vous…

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire