La dette de la planète Terre représente deux fois le diamètre du système solaire !

Rédigé le 26 octobre 2017 par | Toutes les analyses, US Imprimer

La bataille autour de la Tax Reform de Donald Trump va prendre une tournure plus âpre dès le milieu du mois de novembre, alors que le groupe démocrate va présenter une « contre-réforme » basée davantage sur des crédits d’impôts ciblés, plutôt que sur des coupes globales et indifférenciées.

La réforme fiscale de Trump est pure folie

Les démocrates y voient un moyen de soutenir réellement les classes moyennes, alors que le plan Trump prévoit d’alléger encore plus (proportionnellement au patrimoine) l’imposition des plus riches (ceux que Trump espère rallier à sa cause) qui ont déjà bénéficié des allègements mis en place par G.W. Bush 15 ans auparavant.

Une bataille d’amendements se profile et, comme toujours, ce sera du donnant-donnant. Comme il faut bien lâcher du lest sur l’accessoire pour mieux se concentrer sur l’essentiel, il semblerait que les démocrates soient prêts à laisser passer l’amnistie fiscale sur les centaines de milliards de dollars parqués par les multinationales dans les paradis fiscaux. Les sommes rapatriées aux Etats-Unis subiraient un prélèvement quasi symbolique de 10 ou 15% – ce qui n’est rien en comparaison des impôts que ces bénéfices auraient supportés. Cet argent sera mieux aux Etats-Unis, surtout si les déficits continuent de se creuser : il va y avoir des centaines de milliards de bons du Trésor à écluser !

Et une autre question se pose : après l’altercation avec deux sénateurs républicains, la majorité de Trump va-t-elle avoir envie de se battre pour faire passer des baisses d’impôts inégalitaires qui ne font pas l’unanimité ? Les parlementaires savent bien que Donald Trump va récupérer l’éventuel succès de son Tax Reform pour se faire mousser en arguant que Wall Street applaudit sa gestion économique du pays.

Mais qui peut applaudir des allègements fiscaux massifs (chiffrés entre -1 000 et -1 500 Mds$) ? Que le système fiscal US ait besoin d’être dépoussiéré, simplifié, rééquilibré, nul ne le conteste… mais priver un des pays les plus endettés au monde de 1 500 Mds$ de recettes, vitales pour colmater le budget fédéral, cela semble constituer une pure folie.

La fuite en avant dans les déficits n’inquiète en réalité plus grand monde puisque la croissance est (enfin) de retour et de façon synchrone.

Mais d’où sort cette croissance, sinon de la planche à billets ? Qui ose regarder la vérité en face et admettre publiquement que cette croissance est achetée à crédit ?

Jusqu’où ira cette folie ?

Une dette intergalactique

Elle est allée si loin et les chiffres sont tellement vertigineux que plus personne n’arrive à se figurer ce qu’ils représentent.

Jugez plutôt : l’ensemble des dettes accumulées dans le monde représente désormais 226 000 milliards de dollars, soit plus de 3 fois le PIB de la planète (324% pour être précis) selon une étude l’Institute of International Finance (IIF) publiée mercredi 25 octobre.

Ce montant, qui résulte d’une explosion de l’endettement des ménages, des entreprises et des Etats, est non plus stellaire mais intergalactique : imaginez 226 000 000 000 000 billets de 1$ mesurant 15,6 cm alignés bout à bout. Cela représente plus de 35 milliards de kilomètres, soit 14 fois la distance Terre-Pluton et 240 fois la distance Terre-Soleil… et enfin, deux fois le diamètre du système solaire (environ 18 Mds de km) !

Et c’est probablement l’explosion d’une supernova de dettes qui se prépare. Elle surviendra dès que les forces d’expansion monétaire (dilation du crédit) ne pourront plus être équilibrées par le gain d’atomes d’hydrogène (versement des intérêts) pouvant être récupérés et aussitôt consumés à la périphérie de l’étoile mourante.

Une galaxie de dettes

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “La dette de la planète Terre représente deux fois le diamètre du système solaire !”

  1. Compliment, une fois de plus…

    Cependant pour le néophyte, même si l’image est fort parlante, la mécanique économique sous-jacente reste difficile à cerner en ces termes : « Et c’est probablement l’explosion d’une supernova de dettes qui se prépare. Elle surviendra dès que les forces d’expansion monétaire (dilation du crédit) ne pourront plus être équilibrées par le gain d’atomes d’hydrogène (versement des intérêts) pouvant être récupérés et aussitôt consumés à la périphérie de l’étoile mourante. »

    Bien entendu, pour celles et ceux, qui comme moi, fidèles lecteurs de vos chroniques, n’arrêtent pas la lecture soutenue en chemin…

Laissez un commentaire