Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Dette des émergents : la BRI tire le signal d’alarme

Rédigé le 6 avril 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

A l’appui des inquiétudes de Didier Saint-Georges (stratège à l’international chez Carmignac) concernant la Chine évoquées dans une précédente note, la Banque des règlement internationaux (BRI) tire le signal d’alarme au sujet du niveau très élevé de l’endettement du secteur privé dans les pays émergents, au sens large, en Asie et au Brésil en particulier.

Plusieurs drapeaux orange sur la dette des émergents, ça vaut un drapeau rouge ?

La BRI ne s’appuie ni sur des impressions, ni sur des « évaluations ». Elle enregistre les flux de capitaux transnationaux et bilatéraux ; elle connaît les montants en jeu, au dollar près… Et le niveau d’endettement de tous les agents économiques, en devise locale comme en devise étrangère.

Cela fait beaucoup de drapeaux oranges – tirant sur le rouge – qui se mettent à flotter en même temps concernant le même sujet de la dette des émergents, au sein d’institutions internationales aussi bien que d’institutions financières privées.

Et c’est sans compter le risque de Grexit (un défaut de la Grèce semble imminent)… Voilà que le risque de Brexit est jugé plus imminent ! N’oublions pas que le PIB de la Grèce ne représente que quelques heures d’activité financière à la City et que le PIB de la seule ville de Londres est largement supérieur à celui de tout le territoire hellénique !

Mots clé : - - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire