Des triples sommets de plus en plus inquiétants sur les indices européens

Rédigé le 26 février 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

Si je vous dis SX5T (pour les initiés, on vous révèlera plus bas le nom long de cet indice) ou  6.775 Pts les 24 mars et 2 mai 2000 puis 6.700 Pts le 16 juillet 2007 et enfin 6.610 le 25 février 2015… Cela vous évoque-t-il quelque chose ?

Devinez à quel actif correspond ce graphique dont les 3 sommets historiques s’enchaînent avec une telle régularité algébrique et même temporelle :

sxtz 2015

Si vous pensez qu’il s’agit du FT-100, l’indice phare de la bourse de Londres, vous n’êtes pas très loin avec 6.960Pts le 24 février 2014, 6.750 le 13 juillet 2007 puis 6.950 et le 30 décembre 1999. Cependant vous n’y seriez pas encore…

150226_ft100xl

Dans les 2 cas, nous voyons se dessiner un splendide triple-top long terme associé à des indicateurs de sur-achat perdus dans la stratosphère.

Mais Londres, c’est le baromètre d’un indice insulaire, jaloux de son indépendance, dont le carburant est la Livre et non une monnaie mal foutue comme l’Euro, avec ses paradis fiscaux et ses taux d’imposition qui partent dans tous les sens et n’ont toujours aucun sens après 15 ans de monnaie unique.

Le FT-100, c’est donc une exception au coeur de l’Europe alors que le SX5T – réponse à notre devinette de début d’article – c’est l’autre appellation de l’Euro Stoxx50 – dividende inclus -, la seule expression véritablement fidèle de la performance d’un portefeuille, à l’image du DAX30 ou du CAC40 global return.

Le SX5T, c’est le baromètre global des plus grandes capitalisations de l’Eurozone, une sorte de Titan50 de l’Europe, hors actions helvétiques.

De même, l’Euro Stoxx50, hors-dividende cette fois-ci, dessine lui aussi une configuration qui peut susciter de l’appréhension : les 24 et 25 février dernier, l’indice a testé les 3.550 Pts, c’est-à-dire dire qu’il a dépassé la résistance oblique de long terme reliant  les 2 précédents sommets historiques du printemps 2000 (5.600 Pts fin mars 2000) puis de l’été 2007 (4.520 Pts en juillet).

150226_eurxl

Bien-sûr, il s’agit d’un indice hors-dividende. Mais cela ne change rien : le cas de figure est tout aussi critique – et porteur de risques correctifs potentiels. Qu’il s’agisse du classique triple-top sous les 6.700 Pts du SX5T ou d’un triple sommet déclinant décrit dans le cas de l’Euro Stoxx50. 

Attention également à la libération des forces de rappel: l’Euro Stoxx50 a laissé béant un gap à 3.495 Pts le 20 février, le SX5T également – il devra être comblé un jour ou l’autre !

Enfin, une double accélération de +10% en janvier (depuis les planchers des 3.000 Pts ou des 5.600Pts respectivement) puis de +5,7% en février représente la plus forte hausse en 2 mois depuis mars/avril puis juillet/août 2009.

Pas trop de danger lorsqu’il s’agit d’un rebond d’après-krach mais gare à ce genre de scénario lorsqu’il survient du fait d’un excès de complaisance vis-à-vis d’une conjoncture pleine de zones d’ombres et d’une exubérance qui incite à prendre tous les risques puisque les banques centrales s’appliquent à interdire tout scénario correctif, ayant fait le choix de la fuite en avant dans le faux monnayage par le biais du Quantitative Easing

C’est précisément quand plus personne ne pense une correction encore possible… que les marchés peuvent devenir particulièrement contrariants.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire