La dernière étude de JPMorgan confirme l’avènement de l’ère des échanges algorithmiques

Rédigé le 10 janvier 2018 par | Toutes les analyses Imprimer

échanges algorithmiquesSelon la dernière étude de JPMorgan, les échanges algorithmiques ont passé la barre des 90% de volumes quotidiens. Cela, essentiellement pour répondre à une forte appétence des épargnants pour les ETF et la réplication indicielle passive. Cela représente 115% de la collecte d’épargne nette fin 2017. Les fonds actifs eux se vident de leur substance.

Avec les échanges algorithmiques, le trading n’est plus ce qu’il était

Selon JMP, les traders « discrétionnaires fondamentaux » ne représentent plus que 10% du volume des transactions sur les actions. Et Goldman Sachs se son côté enfonce le clou : même automatisées, les décisions d’achat restaient gouvernées à 90% par une approche fondamentale avant la crise de 2008.

Aujourd’hui, ce ne serait plus que 77% pour 23% de trading purement quantitatif et dicté par une approche purement mathématique.

Mais quand on dit ça, on ne raconte qu’une partie de l’histoire car le « trading quantitatif » exploite l’hyper-vitesse et impose son tempo aux transactions au jour le jour, et pas l’inverse !

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “La dernière étude de JPMorgan confirme l’avènement de l’ère des échanges algorithmiques”

  1. Excellent article qui fait prendre conscience de l’enjeu de l’automatisation du trading sur les marchés financiers. Olivier pour myalgotrade.com

Laissez un commentaire