Dégradation surprise du marché du travail US

Rédigé le 12 mai 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Voilà un peu plus d’eau pour alimenter le moulin des colombes de la Fed qui préconisent le report de tout resserrement monétaire avant d’observer un alignement optimal des planètes « inflation/PIB/emploi ».

C’est du côté de l’emploi que le bât blesse : moins d’une semaine après des chiffres de créations de jobs très décevant, voilà que les inscriptions hebdomadaires au chômage rebondissent de façon très inattendue de +20 000, à 294 000 au lieu d’une embellie de -9 000, à 265 000.

Le département du Travail américain dévoile ainsi les plus mauvais chiffres observés depuis 14 mois, c’est à dire février 2015.

Maintenant que le consensus table à 96% sur le statu-quo monétaire de la Fed en juin, Wall Street n’a plus besoin de « mauvaises nouvelles » pour se convaincre que l’argent demeurera gratuit au moins jusqu’en septembre.

Le problème, c’est que si les entreprises n’embauche plus parce que leurs attentes sont médiocres (alors que les coûts salariaux progressent)… le rebond des leurs profits risque également d’attendre au-delà de septembre.

Et ça, ce n’est vraiment pas bon, quel que soit la façon d’envisager la chose.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire