Décryptage des levées de fonds de Quantel et de Cybergun

Rédigé le 2 décembre 2014 par | IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

Faute d’introductions en bourse en cette fin d’année, nous avons quand même droit à quelques opérations pour animer les marchés. Pourtant, vu la teneur des dossiers, si l’opération sur Quantel est sans doute intéressante… je me méfie encore énormément de Cybergun. Je vous explique.

Commençons par Quantel (FR0000038242) qui est spécialiste des lasers. Il est leader mondial dans les lasers nanoseconde industriels et prend des parts de marché de plus en plus importantes dans les lasers de traitement de la partie interne de l’œil. Quantel lance donc une augmentation de capital de 3,8 millions d’euros avec maintien du droit de souscription.

Si vous êtes déjà actionnaire, vous aurez la possibilité de souscrire selon les conditions suivantes : 13 actions anciennes pour 3 actions nouvelles à 2,56 € par action, ce qui fait une décote de 20% par rapport au cours actuel, mais n’est pas très dilutive car la capitalisation actuelle est de 21 M€.

Alors pourquoi cette levée de fonds ? En fait, Quantel s’est complétement restructuré, jusqu’à céder son activité dermatologie en août 2012 pour se concentrer sur ses deux axes forts que sont les lasers nanoseconde et les lasers ophtalmologiques. Les montants levés serviront alors à restructurer la dette obligataire composée notamment d’OCEANE dont il reste 4,7 M€ à rembourser début janvier 2015. Suite à cette opération financière, le gearing de Quantel s’élèvera à 70% contre plus de 100% au 30 juin 2014.

En tant qu’actionnaire, il me paraît opportun de suivre cette opération. Quantel se porte mieux : la société n’enregistre une perte opérationnelle que de à 0,3 M€ au premier semestre contre 1 M€ sur le premier semestre 2013. Et pour avoir déjeuné avec le président du groupe, Alain Salaberry, j’ai le sentiment que le second semestre sera encore meilleur pour la société avec, dixit ce dernier : « une nette amélioration de la rentabilité ». N’hésitez donc pas à souscrire à cette opération si vous êtes actionnaire.

Passons maintenant à l’opération de Cybergun (FR0004031839). En avril dernier j’avais interviewé le patron du groupe, Jérôme Marsac, au sujet de sa diversification dans les jeux vidéo qui avait été un fiasco total… Eh bien l’ex-homme fort du groupe est « parti » de la société et a été remplacé par un duo formé par Claude Solarz (patron également du groupe de recyclage Paprec) et Bernard Liatti, un spécialiste des restructurations de sociétés.

Aujourd’hui, le spécialiste dans la réplique d’armes factices est toujours dans une situation très délicate et doit de nouveau faire appel aux investisseurs pour renflouer ses fonds propres.

La levée de fonds, qui dure jusqu’au 12 décembre prochain, est de 15,3 M€, ce qui offre une dilution considérable au regard de sa capitalisation actuelle de 6 M€. Les actionnaires pourront souscrire à 5 actions nouvelles contre 2 anciennes au prix de 0,33 € par action, soit autour des cours actuels.

Cybergun avait déjà réalisé une précédente levée de fonds il y a quelques mois et qui n’a pas été suffisante. Cette fois, il s’agit d’opérer une vaste restructuration afin de faire remonter la rentabilité et d’améliorer la situation financière : le gearing passerait ainsi suite à cette opération autour des 95%.

La direction du groupe, que j’ai rencontrée, évoque une rentabilité retrouvée vers 2016 et estime qu’il y a énormément de pistes d’économies à réaliser. Le groupe va chercher à simplifier ses structures ou à réduire ses honoraires de conseil, tout en augmentant dès 2015-16 les moyens marketings et commerciaux. Le chemin du redressement sera long, mais je sens l’équipe motivée et plus précise que ne l’était l’ex-président. Il me semble que les petits actionnaires, « collés » depuis des années sur ce dossier, n’ont pas d’autres solutions que de souscrire. C’est l’opération de la dernière chance pour la société mais elle pourrait être gagnante dans la mesure où la direction semble sur la bonne voie.

De mon côté, je reste circonspect et j’attends les faits avant de croire en cette recovery.

Un ancien gestionnaire de hedge fund révèle…
« LE CALENDRIER MAGIQUE »

Comment une « faille » créée par le gouvernement américain fait exploser les prix des actions les plus convoitées de Wall Street : grâce à une petite loi méconnue, vous pouvez connaître la date exacte de vos gains — des mois à l’avance !

Découvrez comment en cliquant ici…

Mots clé : - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire