De l’indépendance ! Messieurs les analystes…

Rédigé le 11 octobre 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Je vous avais promis un point sur CBO TERRITORIA (FR0010193979) pour jouer l’immobilier à la Réunion mais ce rendez-vous est décalé d’une semaine… Vous l’aurez donc dans huit jours très précisément.

Aujourd’hui, tout autre sujet, je vais revenir sur les analystes financiers, une profession qui fait souvent la pluie et le beau temps sur les actions. Les consensus sont hyper importants. Il suffit que Goldman Sachs place un titre dans la liste de valeurs « à vendre », puis que Crédit Suisse en rajoute une couche pour que le titre s’effondre littéralement. En fait, tous les jours, les analystes publient un morning meeting avec leurs recommandations en fonction de l’actualité du jour et des résultats qui sont tombés. Je ne mets pas en doute leur méthodologie, je mets parfois en doute leur parfaite indépendance par rapport au dossier suivi. Il est bien évident (et j’aurai sans doute des critiques là dessus) que, si vous essayez de monter une émission obligataire pour telle ou telle société, vous ne pouvez pas vous permettre d’être négatif dans votre note d’analyse – ou ultra-positif sur un de ses concurrents. Si vous l’êtes, la société étudiée pourra tout à fait rompre les discussions avec vous, en estimant que vous ne croyez pas au dossier. Vous marchez ainsi sur des oeufs…

Certes, il existe en théorie une chinese wall (ou une muraille de Chine) entre le corporate et l’analyse… Mais nous sommes dans la théorie : dans le monde des mid et small caps, c’est encore plus compliqué. Pour l’avoir vécu, je suis bien placé pour le savoir. Lorsque nous gagnions chez EuroLand un contrat de liquidité avec une société, il était difficile de publier dans la foulée une étude négative sur la valeur en question. Attention, je ne travaillais pas à l’analyse, je n’ai jamais eu vent de quoi que ce soit et je ne suis pas de ceux qui crachent dans la soupe. Mais, il est évident qu’on ne peut pas se permettre de maltraiter ses clients en termes de recommandation sous peine de les voir partir à la concurrence – et ce quel que soit le broker. [Ndlr : et c’est justement de cette expérience d’insider qu’Eric vous fait profiter dans sa toute nouvelle lettre confidentiel d’investissement sur les mid et small caps : pour entrer dans les coulisses de la finance et des entreprises, continuez votre lecture…]

C’est pour cela que je préfère de loin les analystes indépendants, ceux qui n’ont pas besoin de faire des opérations pour leurs clients pour vivre. Au sein des Publications Agora, nous sommes tous indépendants : vous savez que nous visons uniquement des abonnements que nous vous proposons. A plus grande échelle, dans la sphère financière, ils sont peu nombreux car l’analyse est un métier très gourmand en temps et en hommes… Parmi les indépendants figurent par exemple AlphaValue. Fondé en 2008 par Pierre-Yves Gauthier, le patron de la stratégie d’Oddo Securities, et par deux associés. Ce cabinet indépendant dispose de vingt-cinq analystes. Leur mode de rémunération est assez étonnant – mais de plus en plus fréquent pour les indépendants. Il y a en fait deux solutions :

  • primo, les gérants payent pour accéder à la recherche d’AlphaValue ;
  • secundo, ils peuvent également faire payer à leurs brokers leur recherche.

Vous ne suivez pas ? Il suffit de comprendre que les gérants disent à leurs brokers : « Je passe par toi pour les ordres de Bourse mais je veux que tu rétribues à AlphaValue une partie de ce courtage ». Pour le gérant, le coût est indolore à condition de passer beaucoup d’ordres. Pour le broker, cela fait moins de courtage mais cela peut apporter plus de clients. Je milite – mais je prêche sans doute dans le désert – pour qu’il y ait de nombreux AlphaValue qui se créent dans la mesure où cela permet d’apporter une vraie crédibilité aux analystes.

Comme on me le confiait en interne un analyste d’AlphaValue : « Nous sommes indépendants, nous ne dépendons de personne, c’est ce qui fait notre force première ». C’est sûr que ce ne doit pas être facile tous les jours de ne pas pouvoir s’appuyer sur un département corporate, mais c’est avec ce genre de business qu’on donnera plus de crédibilité à un secteur si souvent décrié pour son manque d’indépendance. Le renouveau de la finance passe absolument par là.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Vous avez sans doute entendu parler de NEOVACS, la petit biotech française qui a pris 90% en quelques jours.

Eh bien nos spécialistes américains viennent de recommander une biotech US positionnée sur le même créneau que NEOVACS : celui des maladies auto-immunes.

Leur lettre d’investissement est consacrée aux technos, pharma, biotechs nouvelles technologies, pour être à la pointe de la croissance. Pour profiter de leur recommandation du mois, et ne pas rater d’autres opportunités, découvrez leur message ici.

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire