Double top sur le DAX30

Rédigé le 25 mars 2010 par | Autres indices Imprimer

Tous les jours, et dès 16h00 au 0899 88 20 36* Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour profiter ou contrer les mouvements boursiers. Rendez-vous cet après-midi donc au 0899 88 20 36* pour son analyse du jour .

Sauver ou ne pas sauver la Grèce ? La question est fertile de réponses mais le terrain des négociations est bien plus aride. Rien ne pousse si ce n’est les réserves des uns ou l’amertume des autres.

Angela Merkel finira peut-être par valider les mécanismes d’un plan de sauvetage des finances grecques mais à ses propres conditions. Cela ne doit rien coûter au contribuable allemand. Cela ne doit pas mobiliser les ressources des banques germaniques. Et cela doit être pris en charge conjointement avec le FMI.

Même Paris, réticent à saisir le FMI, se plie et s’allie aux demandes germaniques. L’Allemagne a de toute évidence un poids de décision très important en Zone euro. Peut-être est-ce un juste retour des choses puisque l’économie allemande et le DAX30 se portent plutôt bien. Mais pour combien de temps ?

L’intransigeance allemande

Quelle que soit la manière par laquelle Athènes trouvera de quoi se refinancer, l’approche strictement comptable de l’Allemagne l’aura emporté sur le grand dessein qu’aurait pu être la mise en échec de la spéculation internationale contre l’euro.

Contrer puis mettre en échec les attaques visant la monnaie unique dès la mi-janvier n’impliquait pas de s’abstenir de fustiger la Grèce pour ses manquements. Cela aurait effectivement entraîné la mise en jeu d’important capitaux… mais qui a les moyens de s’opposer durablement à une Banque centrale et à un front d’Européens unis ?

Et quand, comme hier pour le Portugal, la dette souveraine du Portugal, de l’Irlande où de l’Espagne sera mise sous pression parce que la dérive des déficits n’a pu être enrayée pour cause de reprise trop timide, les spéculateurs se souviendront que le réflexe de l’Allemagne consiste à dire à ses partenaires : « c’est de votre faute, vous vous êtes mis tous seuls dans le pétrin, nous ne sortirons pas un euro de nos caisses ».

La crise grecque laissera des traces indélébiles, des banques allemandes ont même été accusées par Athènes d’avoir participé à la curée.

L’Allemagne a la faveur des marchés

Berlin peut se permettre une certaine impopularité. Ses exportations demeurent florissantes, notamment avec la Chine et quelques émergents en Asie du Sud-Est… elle engrange également de copieux excédents vis-à-vis de ses partenaires européens.

Cela ne devrait pas poser de problèmes, sauf que le programme de rigueur budgétaire mis en oeuvre par l’Allemagne depuis 2005 lui interdit de soutenir sa consommation intérieure, et donc d’importer plus largement des biens produits par ses propres clients de la Zone euro. Les marchés apprécient la « bonne fortune commerciale » de la vertueuse — mais pas si prospère — Allemagne (dont le déficit public est également jugé excessif par Bruxelles).

Peu importe que les esprits s’échauffent, que les rancoeurs ne prennent plus la peine de demeurer confinées dans les antichambres des ministères : les marchés ne regardent que la bottom line des entreprises allemandes.

Le DAX30 est au zénith…

Pour l’instant, tout va bien et cela se lit dans le graphique du DAX30, revenu au contact du zénith annuel de clôture du 4 janvier. Le DAX30 progresse inexorablement (le gain cumulé atteint +12%) depuis sept semaines dans le sillage de Wall Street.

Une forte accélération haussière s’est dessinée le 26 février dernier avec l’ouverture d’un gap au-dessus des 5 605 points. Depuis lors, le DAX30 grimpe de façon totalement linéaire, prenant exemple sur le Nasdaq 100 qui aligne dix-sept séances de hausse sur une série de dix-huit. On dirait un train à crémaillère made in Germany… Mais qui s’interroge sur la nature de ce prodige sans précédent (aucun retour en arrière depuis le 23 février) ?

Les oscillateurs journaliers et hebdomadaires n’arrivent plus à suivre, ils atteignent des niveaux de surachat historiques… Mais peu importe puisque tout se joue depuis un mois au niveau d’unités de temps inférieures à une heure !

mais un « M » baissier guette

Mais qu’arrivera-t-il lorsque la Chine, saturée de capacités de production (c’est déjà le cas) et restreinte au niveau de l’offre de crédit (la menace se précise depuis la mi-janvier, le prochain tour de vis se rapproche), réduira drastiquement ses commandes aux entreprises germaniques ?

L’Inde vient de remonter ses taux, le Brésil devrait suivre… et en Europe, la croissance est obérée par le poids des déficits : les principaux débouchés commerciaux de l’Allemagne vont modérer l’allure — parce que contraints et forcés — mais le marché ne veut surtout pas s’en apercevoir.

Graphique du DAX30

Le retour au contact des 6 040 points le 17 mars s’effectue au moment même où les MM50 et MM100 se regroupent vers 5 750 points, ce qui permet de constater que le DAX30 s’écarte très fortement de ses moyennes mobiles, avec des indicateurs statistiques peu favorables. Le risque de formation d’un « M » baissier (incluant le sommet des 4 au 11 janvier) sous les niveaux planchers des 15 et 16 janvier (résistance majeure) apparaît maximum.

Une inflexion baissière se dessinerait en cas d’enfoncement du palier des 5 850, soit la base du canal ascendant court terme et le « M » serait validé sur cassure des 5 440 points.

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.

Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.

Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

2 commentaires pour “Double top sur le DAX30”

  1. Jeserais heureux de trouver un livre qui me donne les méthodes de calcul des indices et éventuellement le commentaire financier et philosophique des traders.
    JE N’AI EU QUE DES COMMENTAIRES littéraires sur les indices moyennant quoi je ne commrenda rien à rien

  2. Coment se fait-il que des professionnels ne donnent jamais que des commentaires littéraires?

Laissez un commentaire