L’OCDE est pessimiste sur la croissance mondiale : shortez le DAX !

Rédigé le 13 novembre 2015 par | Autres indices, Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Les promesses de Noël…

Décembre, ses lumières, ses chocolats et les yeux pétillants des enfants devant les vitrines de jouets, rêvant et attendant la nuit de noël avec impatience.

Et à en croire les marchés, les investisseurs sont de grands enfants.

L’attention continue de se focaliser sur l’action des banques centrales avec d’un côté, la BCE qui a promis une nouvelle revue de son programme de quantitative easing en décembre et de l’autre la FED qui a promis une hausse de taux.

Le regard brillant devant leurs graphiques, le père Noël semble bel et bien prêt à leur offrir une fin d’année royale ! Les indices européens voient les liquidités prêtes à venir s’engouffrer dès que la Fed aura serré la vis. Aux USA, le resserrement ne fait pas peur, l’économie repart et l’emploi bat son plein avec des statistiques explosives publiées la semaine passée.

En Chine, le ralentissement n’est qu’un lointain souvenir, une vague frayeur d’été pendant que le Japon attend une énième perfusion de monnaie fraiche.

…N’engagent que ceux qui les croient.

Oui mais voilà : le père Noël, même s’il prend la forme d’un banquier centrale, peut entretenir une illusion toute l’année alors que devant le sapin, la vérité sera toute autre.

Tout d’abord, l’OCDE n’a pas eu d’autres choix que de revoir les prévisions de croissance mondiale à la baisse aussi bien en Europe, aux USA et surtout en Chine. L’inflation, elle, reste toujours aussi basse en raison des pressions sur les matières premières énergétiques, le pétrole en tête ainsi que sur la difficulté de voir les salaires reprendre la hausse.

Vous trouverez ci-dessous les graphiques qui illustrent la brochure « presse » envoyés aux analystes et aux journalistes par l’OCDE lors de la diffusion de leurs perspectives économiques, le 9 novembre dernier.

 

151028_j1xl ocde 3

 

Difficile d’illustrer mieux le « rien ne va plus ». Clairement les analystes de l’OCDE n’ont pas vraiment le moral. Mais ce qui est presque magique c’est la conclusion :

« Une politique monétaire accommodante reste nécessaire pour atteindre l’objectif d’inflation » […] Les efforts en faveur de la réforme structurelle doivent être relancés pour soutenir les efforts monétaires et budgétaires »

Comprenez :

« Continuez le QE. Ça ne marche pas, mais y croire pourrait suffire »[…]« L’argent facile c’est bien, mais un projet serait mieux »

En fait l’OCDE, c’est La Chronique Agora mais avec une grosse langue de bois.

Perspectives…

Que va-t-il se passer dans les prochaines semaines ?

  1. La FED va remonter ses taux tout en garantissant qu’elle n’ira pas plus loin pour un bon moment. Résultat : On sauve la face en montrant qu’on tient parole et le dollar baisse car pas de resserrement monétaire avant longtemps.
  2. La BCE augmente marginalement son QE poussant les limites de la patience allemande au maximum. Résultat : L’euro se stabilise en zone basse et fini par remonter mécaniquement àcause la baisse du dollar.
  3. On se rend compte que ce monsieur à la barbe blanche et en habit rouge n’est qu’un imposteur.

Quand les bonnes nouvelles sont mauvaises et vice-versa.

Quand les futurs mouvements des Banques centrales en viennent à devenir un facteur déterminant des bourses mondiales, il est alors bien difficile d’imaginer ce qu’il va se passer sur les marchés financiers. Tour à tour, les bonnes nouvelles peuvent faire grimper les indices ou les faire chuter selon l’interprétation très volatile des investisseurs : une bonne nouvelle peut aussi bien inciter un banquier central à prolonger son action qu’à la stopper. Dans ces cas-là , le trader que je suis préfère mettre sa confiance dans les graphiques plutôt que dans les paroles d’un banquier central .

Voici un exemple sur l’indice allemand. Ici pas de blabla mais juste des graphiques et des probabilités !

DAX30

Graphique quotidien :

le dax vue quotidienne

Graphique 4 Heures :

le dax vue quatre heuresL’indice allemand est revenu sur la zone symbolique des 11 000 pts , se sortant d’une configuration extrêmement baissière suite au choc chinois de l’été.

Toutefois, la résistance reste forte dans cette zone et malgré l’engouement acheteur, plusieurs signes poussent à penser à une correction à venir.

D’un pont de vue fondamental, l’indice allemand est très exposé au rythme chinois et aura donc notre préférence pour jouer cette thématique en Europe. Les marchés américains, eux, seront à choisir pour travailler le thème de la hausse des taux de la FED.

Techniquement, l’indice allemand forme une divergence (en Unité de temps 4 H) qui tend à montrer que la zone haute est proche à court-terme. Le scénario privilégié est désormais une vente de l’indice tant que le niveau des 11 070 pts tient le coup. L’objectif sera d’abord situé à 10 505 pts puis 10 370 pts.

Les positions devront être protégées rapidement car cette stratégie est à la fois contrarienne techniquement mais aussi fondamentalement puisque que le moindre mot de la BCE peut provoquer plusieurs centaines de pts de hausse.

À l’inverse, une rupture franche des 11 100 pts amènerait une nouvelle phase d’euphorie pour aller vers la zone clé à 11 620 pts, sommet qui serait atteint grâce à ces bonnes nouvelles qui n’en sont pas !

Bons trades

Mots clé : - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire