Danger sur le secteur de l’assurance

Rédigé le 13 mai 2008 par | Autres indices Imprimer

La semaine dernière, je vous exposais dans le Billet du Trader les raisons techniques pour lesquelles il était, à mon sens, dangereux d’être acheteur sur les actions. L’étude du marché lors des dernières séances m’a d’ailleurs alerté sur un secteur particulièrement sensible à la crise des subprimes : celui de l’assurance.

Le support des 220 pts risque de craquer L’indice DJ STOXX 600 Assurance (composé de 34 valeurs européennes de la profession, parmi lesquelles AXA, AVIVA, ALLIANZ, ING, GENERALI ou encore SWISS LIFE) a ainsi perdu 35% entre son sommet de 2007 et son plus bas de 2008, alors que le CAC40 en perdait 28% « seulement » sur la même période. La reprise a certes permis d’effectuer un rebond de 20%, mais la situation graphique actuelle invite à la plus grande prudence.

Si le soutien majeur à 200 pts a constitué une solide base pour le rebond depuis la mi-mars, les cours se situent à présent sous un obstacle redoutable, à 238 pts. Malgré plusieurs tentatives, les cours ne parviennent pas à franchir ce niveau, qui se voit maintenant renforcé par la moyenne mobile de Weinstein à 30 semaines. Celle-ci est orientée à la baisse depuis que la formation arrondie de l’été dernier a été validée.

Ces éléments constituent donc une combinaison susceptible de relancer le courant vendeur. Le potentiel de baisse sur l’indice DJ STOXX 600 Assurance s’élève ainsi à 5%, en considérant que le premier soutien se trouve à 220 pts. Et si ce dernier était enfoncé, alors un retour sur les plus bas annuel ne pourrait plus être exclu : -10%.

Que faire pour jouer le repli du secteur ? Dans ce contexte, il est donc préférable de prendre ses plus grandes précautions.

– Soit vous allégez vos positions acheteuses : le potentiel de hausse est réduit et celui de correction élevé ; – soit vous couvrez vos positions avec des produits dérivés (options, warrants) ; – soit vous passez à l’attaque : vous jouez ce mouvement baissier en achetant les produits dérivés qui vont vous permettre d’amplifier la tendance. Les Turbos, que j’affectionne particulièrement, vous feront bénéficier d’un effet de levier de 20… 50… 100 sur l’évolution du sous-jacent ! C’est grâce à cet effet de levier que, dans mon service de trading @Turbos Trader, nous avons pu faire des gains de 43,97%, de 26,6% de 45,16% et même de 100% en jouant les rebonds de EDF et du CAC40 sur quelques séances. [Ndlr : si vous aussi souhaitez profiter de cet effet de levier dès que les tendances sont repérées, cliquez ici…]

En jouant des turbos, il vous faudra par contre impérativement placer un stop avant la barrière désactivante. Car si le marché parvenait à dépasser l’obstacle des 238 pts, alors le risque baissier serait éloigné et votre scénario invalidé. Notamment, un franchissement net de la moyenne mobile à 30 semaines après une période de congestion (déjà commencée depuis avril ?) suffisamment longue pour que la moyenne mobile s’aplatisse enfin, serait un signal pour la vraie hausse, c’est-à-dire un mouvement sain et vigoureux en direction des 260-300 pts (phase 2 de Weinstein ?).

Nous aurons en tout cas tout notre temps pour voir et pour décider en conséquence…

Mots clé : - - - - - - -

marc-dagher
marc-dagher

Laissez un commentaire