CYBERGUN : la penny stock qu’il ne faut vraiment pas jouer

Rédigé le 11 juillet 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

CYBERGUN (FR0004031839), le leader mondial des armes factices, vient de publier ses résultats annuels. Rappelez-vous, c’était l’une de mes déceptions de l’année 2012. Le titre avait plongé de plus 80% en Bourse. La raisons ? Une diversification ratée dans les jeux vidéo, occasionnant notamment une perte nette de 22 millions d’euros sur l’exercice 2012. D’ailleurs, comme je vous le disais fin décembre, « l’année 2012 tranche totalement avec 2011 qui avait été marquée par des résultats record et une augmentation de capital intéressante. Aujourd’hui, le groupe doit faire face à une situation financière des plus délicates… »

• Une deuxième année de pertes

Sur l’exercice 2012-2013, clos au 31 mars 2013, la tendance reste similaire puisque CYBERGUN signe sa deuxième année sans bénéfices. En effet, le groupe a fait état d’une perte nette de 12,5 millions d’euros couplée à une perte d’exploitation de 5,8 millions d’euros. Le niveau des stocks, pour sa part, se réduit légèrement mais reste tout de même autour des 24 millions d’euros – ce qui est encore très important.

Bon, je vous l’accorde, il y a du mieux. La situation financière s’est quelque peu améliorée, notamment grâce à une levée de fonds de 5,3 millions d’euros réalisée en mai dernier ainsi qu’à une restructuration de la dette bancaire. Mais, si l’on ne tient pas compte de cette levée de fonds, les fonds propres ne s’élèvent plus qu’à 1,3 million d’euros… Et que dire de l’endettement qui dépasse les 40 millions d’euros ? Vous en conviendrez tout comme moi, cela reste tout de même bien précaire.

• Un exercice 2013-2014 mal engagé

Notons également que les performances opérationnelles ne sont pas des plus engageantes. Rappelez-vous, sur l’exercice 2012, le chiffre d’affaires du groupe avait reculé de -18,5% pour s’établir laborieusement à 69 millions d’euros. Le premier trimestre 2013 s’inscrit dans la même veine avec une activité en baisse de -27% à 11,1 millions d’euros.

Le core business du groupe – c’est-à-dire son activité historique, la réplique d’armes factices donc – a du plomb dans l’aile, si vous me permettez cette expression quelque peu familière. En d’autres termes, même si la direction a déclaré que « CYBERGUN met tout en oeuvre pour relancer progressivement son activité sur l’exercice 2013 », je doute que le groupe renoue avec les bénéfices dès cette année. Il ne faut pas espérer de résultats positifs avant au moins 2 ans.

• Restez à l’écart !

Je sais que la Bourse est l’école des anticipations mais, dans ce cas précis, on ne raisonne pas à 12 mois mais à 24 mois. Il y a encore beaucoup, beaucoup trop d’incertitudes. L’action perd d’ailleurs 19% depuis le début de l’année et se retrouve à quelques encablures de son plus-bas historique,donc loin de l’orbite des investisseurs.

D’ailleurs, la société, consciente de ses erreurs passées, ne communique absolument plus de guidance. Faisons tout de même le bilan. Vous avez donc une exploitation bien morose, des charges financières importantes et des investisseurs extrêmement déçus… Cela fait beaucoup, non ? C’est pour cela que je vous invite à ne rien tenter sur ce genre de titres.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Rejoignez le groupe d’investisseurs d’Eric Lewin !

Eric Lewin intervient régulièrement dans les médias financiers les plus reconnus, il rencontre des investisseurs, des patrons, des gestionnaires de fonds… et il a accès à des informations de premières mains sur un marché bien particulier.

Mais il ne peut les diffuser à tout le monde. Alors il a décidé de réunir un petit groupe d’investisseurs pour leur faire bénéficier de ses connaissances.

Vous pourriez dès à présent entrer dans ce groupe et vous aussi profiter de ses recommandations avec à la clé des gains de 20,15%…29,8%… 35%… 60%… et bien d’autres encore !

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire