NEWS 358 – CYBERGUN : une augmentation de capital intéressante !

Rédigé le 14 juin 2011 par | Mid et Small Caps Imprimer

Cela fait des années que je connais CYBERGUN (FR0004031839 – CYB) et son président, Jérôme Marsac. Autant vous le dire tout de suite, je me suis complètement trompé sur le groupe.

Tout le monde peut se tromper !

CYBERGUN est leader mondial dans la conception et la distribution de répliques d’armes factices… Je n’ai jamais cru que ses produits – que je qualifiais de purs gadgets il y a quelques années – connaîtraient un tel succès… Qui aurait pu penser que la société aux vingt licences (dont celles par exemple du Kalachnikov, de l’Uzi ou encore du Colt !) réaliserait 73,7 millions d’euros (meros) pour son exercice 2010… et livrerait ses articles dans plus de trente pays ?

Même ma fille de 10 ans m’a supplié de lui acheter un faux pistolet pour qu’elle puisse s’entraîner sur des cibles avec des billes en plastique dans le jardin !

Le seul élément que l’on aurait pu, éventuellement, anticiper, c’est que la majeure partie de son CA serait fait aux Etats-Unis. Et c’est un fait : CYBERGUN réalise 54% de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis – certainement une question de culture.

« Nous sommes vraiment pour tous les publics, petits et grands. C’est pour cela que nous réalisons 20% de croissance depuis 10 ans » m’explique Jerome Marsac.

Une croissance externe qui va dynamiser le groupe

La société a distribué des slides shows aux analystes venus pour la réunion SFAF dont je faisais évidemment partie. Pour tout vous avouer, j’ai pu rencontrer Jerôme Marsac avant la réunion en compagnie de son directeur financier – car je préfère de très loin les réunions en petit comité aux grands-messes. L’homme ne se prend pas au sérieux, reste décontracté en toutes circonstances, sans faire preuve du moindre agacement. Pas d’autocratie, simplement un homme passionné par sa société qu’il dirige avec sa femme à ses côtés. Sous des airs naïfs se cache un homme déterminé et surtout assez visionnaire.

C’est ainsi que CYBERGUN a mis la main, il y a quelques mois, sur I2G Micropose, ouvrant ainsi au groupe les portes de l’univers du jeu vidéo. « Il y a une vraie complémentarité. Cette société produit des jeux vidéo mais en externalise la production. Le cross marketing est en effet très fort entre les produits réels et le monde numérique » précise le P-DG de CYBERGUN. Les deux sociétés ont le même fabless c’est-à-dire une externalisation de la fabrication et de la distribution. La ventilation de l’activité se trouve donc modifiée : « Cybergun devrait réaliser en 2011/2012 environ 45% de son excédent brut d’exploitation dans les armes factices, environ 33% dans les jeux vidéo et le reste dans les accessoires et les jouets » précise Ghislain d’Argenlieu, le CFO (le directeur financier) du groupe qui a participé à notre entretien. La pleine intégration de I2G se fera sur l’exercice 2011/2012 mais tout laisse supposer que la contribution sera largement positive.

L’an dernier, I2G a en effet réalisé un chiffre d’affaires de 6,4 meros pour une rentabilité d’exploitation de 37%… Oui 37% vous ne rêvez pas. De quoi améliorer nettement les résultats de CYBERGUN.

Les résultats financiers de CYBERGUN sont bons…

Le leader mondial des armes factices a pourtant connu un exercice 2010/2011 en tout point remarquable avec une hausse de 45% de son activité. Comme je vous le disais en préambule, son CA s’élève à 73,7 meros, pour une progression de 35% de son résultat opérationnel à 7,4 meros. La marge opérationnelle ressort ainsi à 10%.

Mais, si l’on raisonne en pro-forma, c’est à dire en intégrant notamment I2G, on arrive à un chiffre d’affaires de 82,9 meros avec une marge opérationnelle de l’ordre de 13% ! Voilà donc une acquisition complémentaire et donc relutive. C’est une vraie belle opération pour les actionnaires car bien souvent les opérations de croissance externe sont dilutives, du moins les premières années.

… et devraient l’être encore plus à l’avenir

Les prévisions de Jérôme Marsac ? « Je prévois dès cette année un chiffre d’affaires supérieur à 100 meros avec une marge opérationnelle supérieure à 10%. » Lorsque je reproche au P-DG d’être trop conservateur sur ses perspectives, il me répond avec un large sourire qu’il préfère surprendre agréablement que décevoir. Ce qui est tout à fait bien pensé.

2011 se présente donc bien, même s’il y a pour moi un léger point noir : celui de l’endettement. Le fameux gearing, c’est à dire le ratio endettement sur fonds propres que j’affectionne tant, est encore de 140%. Mais il devrait diminuer via notamment la montée au capital de Frederic Chesnais, fondateur de I2G et également… vous avez dû en entendre parler, grâce à une augmentation de capital* de l’ordre de 2,5 meros.

Parlons un peu de cette augmentation de capital

« Nous avons décidé de lancer cette opération selon les conditions suivantes : 1 action pour 22 anciennes à 12,75 euros et je tiens à vous signaler que les dirigeants et principaux actionnaires se sont engagés à garantir cette levée de fonds à hauteur de 75% » précise le directeur financier du groupe.

De toute façon, si l’on se réfère à la capitalisation boursière de CYBERGUN, actuellement de 63 meros, on ne peut pas dire que cette opération soit extrêmement dilutive.

Bien sûr, si vous avez la chance d’être déjà actionnaire du groupe, il faut absolument souscrire.

Je pense en effet que le dossier est de qualité et surtout offre des multiples de valorisation loin d’être déraisonnables.

Jugez plutôt : si l’on part sur des hypothèses conservatrices, CYBERGUN se paye sur un PER de 7,5 avec une VE/ROC de 6,5 tout en offrant un rendement de 3,5%. Pas de quoi crier au scandale donc si le titre au cours des six prochains mois prend 25% et passe ainsi de 14 euros (son cours actuel) à 17,50 euros, qui est un objectif raisonnable.

N’ayez pas peur de la forte présence du groupe aux Etats-Unis et des possibles répercussions si l’euro venait à fortement progresser en raison de problèmes budgétaires américains très sérieux. CYBERGUN achète ses produits en dollar, tout en ayant une dette libellée dans la devise de l’Oncle Sam. Pas de quoi s’inquiéter donc…

* Décryptage : augmentation de capital

Opération consistant, pour une société à émettre des actions en plus de celles qui sont déjà en circulation et à les placer à titre onéreux auprès de ses actionnaires (opération « réservée ») ou de l’ensemble des investisseurs (opération « mixte » ou « ouverte »). Cette opération a pour objectif de renforcer les capacités financières de l’entreprise.

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

3 commentaires pour “NEWS 358 – CYBERGUN : une augmentation de capital intéressante !”

  1. […] Le 8 juin dernier, Cybergun (FR0004031839) parlait du lancement de son jeu vidéo pour l’automne. Je vous en avais alors parlé en détail dans mon article. […]

  2. […] 2012 tranche totalement avec 2011 qui avait été marquée par des résultats record et une augmentation de capital intéressante. Aujourd’hui, le groupe doit faire face à une situation financière des plus […]

  3. […] 2012 tranche totalement avec 2011 qui avait été marquée par des résultats record et une augmentation de capital intéressante. Aujourd’hui, le groupe doit faire face à une situation financière des plus […]

Laissez un commentaire