Matières premières : de belles opportunités subsistent malgré la chute !

Rédigé le 16 septembre 2015 par | Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Et si je ne vous parlais pas de la FED… mais du futur rebond du Cuivre ?

Tel un avant-centre élancé, je vous fais « une feinte de corps », comme on dit dans le jargon.

Avouez. Vous m’attendiez sur LA réunion de la FED. Le fameux FOMC ?…

Eh bien non ! Je ne vous parlerai pas de la bande à Yellen car j’ai tout dit dans mon dernier article. : « La question de la hausse de taux n’est plus le véritable sujet et Janet Yellen le sait bien. C’est sa crédibilité qui est sous les feux de la rampe et c’est pour cela qu’elle devra monter ses taux avant la fin 2015, en septembre ou en décembre. »

Pour rester sur le thème du manque de crédibilité, sachez que le record du monde vient très probablement d’être battu (de mauvaises langues nous disent que le gouvernement français était en tête jusque-là … ), et pas par n’importe qui mais par Goldman Sachs en personne. La nouvelle est tombée en début de semaine : la banque d’affaires a expliqué dans une longue étude pourquoi le pétrole devrait chuter autour des 20 $ – pour rappel, GS annonçait un pétrole à 200 $ il n’y a pas si longtemps. M ais passons et revenons à la question que pose cette récente frasque de Goldman Sachs (aussi risible soit-elle).

Qu’est ce qui explique cette déprime des matières premières en général, et du pétrole en particulier ?

Comme vous le savez déjà, l e pétrole a déjà perdu plus de 60% … cependant c’est loin d’être la seule matière première ayant connu une chute abyssale . Il n’y a qu’à regarder le Commodity Index de Bloomberg pour s’en apercevoir.

le comodity index au 16 septembre

Les raisons de cette baisse des matières premières sont multiples néanmoins on peut les résumées à ces 2 points :

  1. Hausse massive des capacités de production dans tous les secteurs (augmentation de l’offre). Dans le milieu agricole, les avancées technologiques et le boum des prix a provoqué une forte augmentation des capacités de production. Le même phénomène a pu être observé avec le gaz et le pétrole de schiste dont le coût d’extraction élevé n’était plus un problème avec un baril avoisinant les 120 $.
  2. Diminution des perspectives de consommation (chute de la demande anticipée). Le boum des prix des matières premières était principalement motivé par une croissance mondiale soutenue puis, malgré la crise de 2008, par des relais de croissance dans les pays émergents. On anticipait alors une forte hausse de la demande vers ces pays. La demande a alors bien augmenté, en effet… Mais les pays émergents sont plus longs à émerger que prévu. De plus,  l es pays comme le Brésil, l’Argentine ou encore l’Inde ont déçu. Non pas que la croissance fasse défaut (et encore) mais la vitesse de croisière de  ces pays a bel et bien été surestimée. La semaine passée, la dette du Brésil a été dégradée, passant dans la catégorie spéculative. Enfin , les inquiétudes sur la consommation chinoise pèsent de tout leur poids sur les matières premières, si cette dernière venait à baisser il y aurait alors

De beaux trades encore possiblesmalgré une tendance baissière

Pourtant, des opportunités existent et voici celle que j’ai souhaité partager avec vous. Il s’agit du cuivre. Oui, vous trouvez sans doute cela étonnant car c’est peut-être le métal le plus corrélé à l’activité chinoise. Donc, si ralentissement chinois il y a… le cuivre devrait plonger. Cela dit… ce métal a déjà pas mal dévissé. Regardons cela de plus près.

Le cuivre est ainsi passé de 381 $ les 100 livres à 220 $ (-42%) cet été lors de l’éclatement de la bulle chinoise. Cette baisse a entraîné des mesures rapides de la part des producteurs. Pas plus tard que la se

maine dernière, on apprenait que GlenCore (JE00B4T3BW64 8GC) , un géant du secteur, allait réduire sa production.

Il semble, que comme lui, les autres producteurs commencent de « jouer la montre ».

Les informations que j’ai pu obtenir directement en provenance du marché réel montrent que les livraisons se font attendre. Pas uniquement par manque de demande, mais aussi car les producteurs ne souhaitent plus vendre à des prix trop bas et ont les moyens d’attendre des jours meilleurs.

Jouez un rebond du cuivre… pas une hausse de long terme !

Ils sont donc en train de restreindre l’offre afin de faire remonter les prix. Et c’est cette remontée (temporaire je pense) des prix que l’on va pouvoir jouer. Jetons un œil aux cours du cuivre et de ses options :

 

le cours du cuivre  au 16 septembre

Techniquement, le point bas récent a provoqué l’apparition d’une divergence baissière, activée rapidement, et qui a envoyé le cours tester une résistance à 245 $ (droite horizontale orange pointillée du graphique). La suite risque d’être toute aussi intéressante. Voyez comment je compte procéder.

Tant que les prix resteront au-dessus de 229 $, je privilégie un achat vers 237 $ puis un renfort sur la cassure des 247 $. L’objectif se situe à 271.50 $.

De nombreuses autres opportunités sur les matières premières se profilent en ce moment, car il va y avoir, je pense, de beaux rebonds à jouer. C’est en tout cas ce que j’en déduis de mes analyses fondamentales et techniques couplées à l’analyse du Commitment of traders (le COT, que j’ai maintes fois expliqué dans ces lignes).

Je vous en montrerai un exemple dès la semaine prochaine.

Bonne fin de semaine à tous, et ne lâchez pas vos écrans d’ici le compte rendu de la Fed, demain !

Bons Trades,

Jérôme Revillier

Mots clé :

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire