Crypto-devises : Pourquoi j’ai enfin décidé de recommander une crypto… | La Bourse au Quotidien


Crypto-devises : Pourquoi j’ai enfin décidé de recommander une crypto…

Rédigé le 16 avril 2018 par | A la une, Bitcoin & cryptomonnaies Imprimer

Crypto-devises : Pourquoi j’ai enfin décidé de recommander une crypto cryptos bitcoin cryptomonnaies analyse jim rickardsVous avez peut-être entendu parler de l’interview que j’ai donnée, expliquant pourquoi, après maintes hésitations, je me suis enfin décidé à recommander une crypto. Cela vous a peut-être surpris. Surtout ceux qui me suivent dans Intelligence Stratégique, puisque je ne suis pas allé de main morte avec le Bitcoin, Etherum et autres crypto-devises de première génération. Pour moi, elles sont vouées à disparaître.

Mais, voyez-vous, ces conclusions ne viennent pas de nulle part. Cela fait 1 an que je travaille en coulisses pour élaborer un nouveau système de sélection de cryptos… et mes conclusions sont sans appel : oui, la majorité des cryptos sont des arnaques… ou bien ne sont pas suffisamment solides, performantes, sécurisées (etc.) pour durer.

En fait, la clé de la survie d’une crypto-monnaie est sa blockchain, sa « DLT » (distributed ledger technology, ou « technologie des registres distribués »). Or, c’est justement parce que leur DLT n’est pas assez performante que je dis que les Bitcoin, Ether, Monéro et autres cryptos de première génération n’existeront bientôt plus.

Un peu comme les premiers fournisseurs d’accès à Internet, ou les premiers moteurs de recherche. Ils ont eu le mérite d’exister à leur époque mais sont vite devenus obsolètes. En fait, dès que Google a été lancé au grand public, tous les autres ont rapidement disparu.

Eh bien, je pense que ce sera la même chose dans quelques mois (ou trimestres) : quelques cryptos révolutionnaires vont émerger (ou sont en train d’émerger)… et feront passer les autres pour des dinosaures.

Alors j’ai développé un système et ai mis au moins une méthode pour sélectionner uniquement les cryptos qui ont de l’avenir. Pour cela, j’ai établi des critères très stricts qui valident la résistance et la solidité d’une crypto. Son potentiel de survie donc. Ce système, je l’ai appelé C.O.I.N.N.

Quels sont ces critères et quelles sont la (ou les) cryptos qui correspondent ?

Pour l’instant, je n’ai choisi qu’une seule crypto. Mon système est encore en train de mouliner et d’analyser bien d’autres cryptos et d’autres DLT. Mais, pour l’instant, il n’y en a qu’une qui rentre dans les critères du modèle C.O.I.N.N.

Voici ce que je peux vous en dire aujourd’hui (c’est un extrait de l’interview que j’ai donnée) :

« Nous n’avons pas suivi le mouvement des crypto-monnaies tout de suite car celles qui étaient disponibles montraient des signes caractéristiques de fraude, de montage Ponzi, et de dynamiques de bulle.

Malgré l’effet de mode et d’importants profits ‘sur le papier’, je n’étais pas très à l’aise avec le fait de recommander ces toutes premières crypto-monnaies à nos lecteurs.

Je ne le suis toujours pas…

Les toutes premières crypto-monnaies telles que le Bitcoin (BTC), l’Ether (ETH), le Litecoin (LTC) et Ripple (XRP) ne méritent pas d’être prises en compte en tant que réserve de valeur susceptible de s’apprécier sur le long terme et de rapporter.

Toutefois, une deuxième vague de crypto-monnaies de nouvelle génération est en train d’apparaître, assortie de meilleurs modèles de gouvernance, de plus de sécurité et d’une facilité d’utilisation qui s’est largement améliorée. Cette nouvelle vague représente l’avenir de la technologie des crypto-monnaies.

Elles sont bien plus à même de bouleverser les systèmes de paiement établis, et d’en supprimer les intermédiaires tels que les banques, les courtiers et les places de marché.

Il est crucial que les investisseurs disposent d’une méthode solide et fiable afin de faire la différence entre les crypto-monnaies vouées à l’impasse, telles que le Bitcoin, et cette nouvelle vague de crypto-monnaies susceptibles de bouleverser les banques comme Uber a bouleversé les taxis, ou Airbnb l’hôtellerie.

Or, c’est exactement ce que nous avons mis au point, pour vous, au cours de l’année qui vient de s’écouler. Notre méthode d’analyse s’appelle C.O.I.N.N. Cet acronyme signifie :

Consensus (Consensus)

Open Source (Open Source)

Impenetrable (Impénétrable)

No-Nonsense Governance (Gouvernance ‘carrée’)

Nimble (Souple)

Décomposons ces critères un par un afin de vous montrer comment utiliser cette méthode C.O.I.N.N. pour faire la différence entre les crypto-monnaies qui vont bientôt foncer dans le mur et celles… dont l’avenir est brillant.

CONSENSUS : c’est le fait que les membres de la communauté d’une crypto-monnaie soient capables de sélectionner les tiers dignes de confiance qui assureront la fonction de validation de la blockchain. Cela fonctionne de façon naturelle, à la manière dont Google définit quelles pages sont les plus recherchées par rapport à une requête donnée, ou dont Wikipédia définit quel contenu diffuser à partir d’une communauté de rédacteurs et de contributeurs. Cela évite ‘le dictat des mineurs’ auquel le Bitcoin contraint les utilisateurs, à l’heure actuelle.

OPEN SOURCE : c’est le fait que le code source de la blockchain en question soit librement accessible à tous les participants. Cela évite les communautés fermées, à l’image d’un ‘FedCoin’ de la banque centrale américaine ou d’un ‘DTSCoin’ du FMI, ou autres systèmes autorisés.

IMPENETRABLE : il s’agit de la sécurité de la blockchain. La blockchain du Bitcoin est vulnérable aux attaques d’un groupe occulte détenant 51% de la capacité totale de minage de bitcoins. Il pourrait créer un bloc capable de dérober tous les bitcoins existants, puis le validerait. Vos bitcoins disparaîtraient purement et simplement, sans aucun recours, et les mineurs malveillants contrôleraient n’importe quelle quantité de bitcoins, à leur guise. Il existe d’autres menaces, telles que les attaques ‘Sybil’ (du nom d’une femme nommée Sybil, qui souffrait d’un trouble de l’identité) : un individu malveillant crée un grand nombre d’identités dans le but d’acquérir une influence disproportionnée qu’il utilise pour voler des monnaies. Une crypto-monnaie efficace devrait être invulnérable à ce type d’attaque.

NO-NONSENSE GOVERNANCE (Une gouvernance « carrée ») : cela se rapporte à la méthode technologique permettant de valider une blockchain. Aujourd’hui, le Bitcoin s’appuie sur une « preuve de travail » poussive, consistant à résoudre des problèmes mathématiques inintéressants qui nécessitent une puissance de calcul et une consommation d’électricité insoutenables. Cela représente un énorme gaspillage et un grand manque d’efficacité. L’Ether exige une « preuve d’enjeu », qui présente également des inconvénients similaires. Une crypto-monnaie efficace doit pouvoir s’accompagner d’un système de validation fiable qui ne nécessite pas tous ces gaspillages.

NIMBLE (Souple) : une monnaie facile à utiliser, donc. A moins qu’une crypto-monnaie n’offre la possibilité de réaliser des transactions de paiement plus faciles, plus rapides et moins chères que les systèmes existants tels que Visa et MasterCard, alors elle n’a aucun avenir en tant que monnaie. La nouvelle vague de crypto-monnaies offre cette facilité d’utilisation. Les anciennes crypto-monnaies en sont très loin, quant à elles.

Ces crypto-monnaies de deuxième génération ont bien plus de chances de concurrencer avec succès les systèmes de paiement actuels tels que Visa, MasterCard, PayPal et le système bancaire traditionnel.

La valeur potentielle de cette nouvelle vague de crypto-monnaies peut se mesurer selon la valeur actuelle des institutions qu’elle va bouleverser. Si ces crypto-monnaies peuvent éliminer des géants de l’intermédiation centralisée tels que Citibank et le NYSE, leur valeur pourrait se mesurer en milliers de milliards de dollars.

Considérant que certaines de ces nouvelles crypto-monnaies qui réussissent le test C.O.I.N.N. s’échangent actuellement pour quelques cents… elles pourraient réellement représenter la plus vaste opportunité d’investissement depuis l’invention du rail ou de l’électricité au XIXe siècle. » 

Crypto-devises: Première pépite détectée

Si j’ai choisi enfin de vous dévoiler mon système C.O.I.N.N., c’est parce qu’il m’a délivré la première crypto qui pourrait révolutionner le système financier.

Voilà pourquoi je vous en parle. Car je ne voudrais pas que vous soyez surpris lorsque vous lirez mon interview ailleurs, ou que vous ne compreniez pas pourquoi je recommande une crypto-monnaie bien spécifique alors que j’ai toujours affiché ma méfiance à ce sujet.

Mais comme je vous l’ai dit, je pense avoir trouvé la première pépite du genre. Elle correspond à tous les critères de mon système C.O.I.N.N. (et je vais poursuivre mes recherches pour en trouver d’autres, bien évidemment). J’explique tout cela dans mon interview.

L’enjeu est passionnant : les Etats vont tout faire pour se battre et défendre leur monnaie étatique. Nous entrons dans une nouvelle ère des guerres de devises : les monnaies « old school » vs les crypto-monnaies, qui révolutionneront peut-être le système financier et monétaire actuel (encore faut-il, je le répète, que leur DLT soit ultra-performante).

Je pense que ce projet peut vous intéresser. Il ne s’agira pas de faire du trading sur des cryptos, mais de mettre un petit jeton sur une potentielle future monnaie mondiale.

Quoi qu’il en soit, je vous donne le lien vers l’interview que j’ai réalisée et dans laquelle je reviens sur mes critères, et sur la crypto que j’ai choisie très précisément. Si vous voulez en savoir plus sur ce projet, lisez mon interview. Et pour suivre ces conseils et profiter directement de mes analyses et recommandations, c’est ici.

Mots clé : - -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

4 commentaires pour “Crypto-devises : Pourquoi j’ai enfin décidé de recommander une crypto…”

  1. Comme je travaille sur les sujets P2P (peer-to-peer) en général depuis 10 ans, je peux rajouter:
    – S: Scalable: or d’un point de vue télécom, on ne peut pas gérer un ledger qui grossit de 1 milliard de transactions par jour (au bas mot), c’est-à-dire un disque dur par jour. Ca implique de le « Clouder », donc de le recentraliser: paradoxe.
    – F: Free: si votre blockchain coûte de l’argent (même 1 centime par transaction), elle est sensible à la spéculation et sera régulée (interdite).
    Le précédent historique est la musique décentralisée (Pirate Bay, Bittorrent…). On a aussi essayé de décentraliser la téléphonie avec les DHT.
    Vous n’avez pas les bons experts. Il vous faut des gens des télécoms.

  2. Cet article est inadmissible. Ce n’est pas du journalisme mais de la propagande. C’est une honte pour labourseauquotidien.fr. Je me désabonne

  3. Vous n’avez pas honte ?

  4. Interessant, en meme temps je vois que vous ne donnez aucun conseil gratuit, et un lien chez Mishtalk rappelle que vous donniez le Bitcoin a 200 $ en avril 2017, afin de vendre vos produits de l’epoque. J’avoue que cela m’a un peu refroidi : l’integrite dans les recommandations doit, selon moi, passer avant le profit.

Laissez un commentaire