L’offre et la demande réconciliées TOTAL et l’OPEP tiennent désormais le même discours

Rédigé le 31 août 2015 par | Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Le pétrole continue de progresser à New York, vers 42,4$ e vendredi… mais il pourrait ne s’agir que d’un gigantesque contrepied dont le catalyseur aurait été la demande d’une réunion extraordinaire de l’OPEP par le Venezuela (en plein chaos économique).

Si le baril teste 42,4$ et efface une semaine de débâcle complète (conclue par le test des 38$) c’est via les rachats « à tout prix » de vendeurs à découvert.

Ils jouaient massivement un objectif de 35$ ( ils anticipaient environ 10% de baisse, ils ont pris +10% de plein fouet un rebond de +10%) qui demeure « fondamentalement » justifié.

Patrick Pouyanné, directeur général de Total, a déclaré que « la faiblesse des cours du pétrole devrait durer pour un certain temps à cause des surstocks et parce que l’offre est extrêmement abondante… et l’OPEP confirme ce vendredi : « quelques mois ne suffiront pas pour que la chute des cours stimule la demande (…) il va falloir patienter avant de voir les producteurs dont les coûts sont les plus élevés -comme les exploitants de pétrole de schiste américain- réduire leur activité, ou jeter l’éponge ».

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire