Le Costa Rica dans la cour des grands

Rédigé le 1 juillet 2014 par | Indices, sociétés et marchés Imprimer

Pour une fois, cher lecteur, je vais vous parler football…

Non. Non. Rassurez-vous, je ne vais pas vous donner mon sentiment sur tel ou tel match. Mais, effectivement, nous allons aujourd’hui parler du plus petit pays qualifié pour les quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA : le Costa Rica.

Avec une population inférieure à 5 millions d’habitants, ce petit pays d’Amérique Centrale fait état d’indicateurs très contrastés. Certes, l’espérance de vie est proche des 80 ans mais la pauvreté concerne encore 25% de la population.

Retenons tout de même un point positif, et pas des moindres : avec plus de 10 000 dollars par an, le PIB par habitant est l’un des plus élevés de la région. La croissance y est assez vigoureuse et, cette année, le PIB est attendu au-dessus des 4% ; contre 3,2% en 2013. Le dynamisme de la consommation et de l’investissement, avec respectivement 64% et 20% du PIB, y joue pour beaucoup.

Reste toutefois l’épineux problème du déficit budgétaire, actuellement nettement au-dessus des 4% du PIB. Le ministre des finances vient ainsi de présenter devant les députés un plan d’actions avec notamment un contrôle de l’information fiscale ainsi que le gel de 2 500 postes vacants ou encore la baisse de 20% des dépenses superflues et même l’établissement de plafonds pour les pensions à charge du budget national.

La dette publique, à peine 35% du PIB, est par ailleurs loin d’avoir atteint les niveaux que l’on peut rencontrer en Europe. De plus, elle est détenue à 80% par des créanciers locaux qui sont confiants dans la stabilité du pays et dans son modèle économique.

De plus, les investissements directs étrangers ont progressé de 15% en 2013. C’est la plus forte hausse des pays d’Amérique Centrale – et nettement devant le Guatemala (+5,2%) pourtant trois fois plus peuplé. Reste quelques écueils comme une inflation autour de 4,5%, assez élevée comme l’ensemble de la région, un chômage de 8% ou encore un déficit commercial de l’ordre de 4% du PIB, aisément financé par les investissements directs évoqués plus haut.

Peut-être que le parcours triomphal du pays lors du Mondial de football permettra de faire découvrir la première destination touristique d’Amérique Centrale, encore très loin toutefois en termes de fréquentation des pays d’Amérique du Sud.

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “Le Costa Rica dans la cour des grands”

  1. […] la Bourse au Quotidien, Eric Lewin s’intéressait cette semaine à ce […]

Laissez un commentaire