Quelle corrélation entre l’intérêt pour les véhicules électriques et les cours du pétrole ?

Rédigé le 11 juin 2014 par | Actions, Apprendre la Bourse, Big caps, Matières Premières Imprimer

Si la voiture électrique est considérée comme le véhicule du futur, est-elle pour autant l’investissement d’aujourd’hui ? Prenons TESLA par exemple. Pour savoir s’il doit acheter maintenant l’action de ce constructeur de voitures électriques, l’investisseur cherche souvent à anticiper l’évolution du cours du pétrole.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il part du principe que plus le carburant sera cher, plus les clients passeront à l’électrique et plus les sociétés comme TESLA progresseront. Mais, la réalité est toute autre… et c’est ce que nous allons voir ensemble aujourd’hui.

Une valeur survalorisée

Une voiture sans pollution (directe) qui vise, en plus, à être plus performante que les meilleurs véhicules à essence, tel était le pari d’Elon Musk lorsqu’il a lancé TESLA. Mission accomplie avec le model S. Pour l’avoir eu entre les mains l’espace d’un un week-end, je pourrais parler du plaisir de conduite, du silence, de la puissance époustouflante, de la technologie, etc.

Avec un produit qui ouvre de nouveaux horizons et une stratégie marketing redoutable, TESLA possède les ingrédients pour faire une bonne success story. Mais de là à acheter l’action, il y a un pas…

En effet, avec une capitalisation boursière de 25 milliards de dollars, TESLA vaut actuellement près de 2,5 fois plus que Peugeot Citroën – groupe qui a produit l’an dernier quelque 2,8 millions de véhicules pour un chiffre d’affaires de la division Automobile de 36,5 milliards d’euros. Combien pour TESLA ? Précisément 22 447 voitures vendues en 2013 et un chiffre d’affaires d’environ 2 milliards de dollars.

A ce niveau de valorisation, et même si l’action a notablement reculé par rapport à son pic de 250 dollars début mars, on peut probablement parler de bulle pour TESLA.

graph-baq-11-juin-2014_small

L’investisseur est donc pris entre deux réflexions contradictoires, avec d’un côté ces voitures révolutionnaires qui justifieraient un succès industriel et, de l’autre, une valorisation boursière digne de la bulle Internet de la fin des années 1990.

Avant de décider d’investir ou pas, il convient donc d’intégrer de nouvelles données dans l’équation. Le prix du pétrole, en particulier. Au-delà de l’intérêt de ne pas polluer (directement), un véhicule électrique a le grand avantage de libérer son propriétaire des passages à la pompe.

Donc, logiquement, plus le pétrole sera coûteux et plus le consommateur sera tenté de chercher des alternatives. Or, c’est souvent l’inverse qui se produit dans la réalité : l’intérêt du public pour les voitures électriques semble influencer le prix du brut.

L’intérêt pour les véhicules électriques déprime les cours du baril

C’est ce que démontre notre étude* du jour, menée par un chercheur de l’Université de Princeton. Ses conclusions vont à l’encontre de la vue dominante selon laquelle le cours du baril dépend essentiellement des conditions macroéconomiques et de l’approvisionnement en pétrole.

Ici, le chercheur a comparé les recherches Google sur des termes comme « voiture électrique », « véhicule électrique », etc. et le cours du pétrole. Conclusion : ce dernier réagit négativement à un choc sur le degré d’intérêt pour les voitures à batteries.

En clair, lorsque les recherches sur Internet portant sur les voitures électriques connaissent un pic, le prix du brut recule généralement pendant 6 mois, pour une baisse d’au moins 5%. L’inverse est également vrai : un choc sur le prix du pétrole provoque une poussée de ces recherches pendant 4 mois environ.

En effectuant une simulation qui exclut l’effet des hausses du prix du pétrole, le chercheur prouve, par exemple, qu’environ la moitié du déclin du prix du pétrole au cours du deuxième semestre 2008 peut s’expliquer par le seul regain d’intérêt du public pour les véhicules électriques. Rappelons que le baril avait atteint un sommet à 144 dollars le 2 juillet 2008.

Alors que devez-vous faire sur TESLA ?

Eh bien pour conclure, cher lecteur, sachez qu’investir sur TESLA revient à résoudre le paradoxe de l’oeuf et de la poule, version voiture électrique. Quel est l’élément précurseur : le prix du baril ou l’intérêt pour l’électrique ? On notera tout simplement que l’évolution latérale du prix du baril depuis 2012, aux alentours de 100 dollars, n’a pas empêché des pics d’intérêt répétés pour TESLA et les véhicules électriques en général.

* Les études mentionnées dans cet article, et bien d’autres encore, peuvent être consultées en vous enregistrant sur notre page spéciale « Agora ».

———- 50% garantis sur cinq ans ! ———–

Une stratégie de long terme, avec garantie de performance. Si votre rendement n’atteint pas 50% en cinq ans, vous êtes intégralement remboursé.

Qu’avez-vous à perdre ?

Disponible sur le marché français, européen, américain et compatible avec votre PEA. Cliquez ici pour la découvrir.

Mots clé :

sylvainfrochaux
sylvainfrochaux
Directeur de la recherche chez Straight from The Lab

Sylvain Frochaux est le directeur de la recherche chez Straight from The Labet fondateur de Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so/Agora/). Il est surnommé par ces pairs le « Japonais blanc » de la finance, en raison de son caractère jusqu’au-boutiste et de son parcours de vie.

Après des études brillantes à HEC Lausanne (où il finit premier de sa volée, avec notamment une thèse de master en économétrie financière), il se dirige vers le Japon pour y effectuer son doctorat. De retour en Suisse, il devient responsable de l’analyse financière et de la recherche académique pour le quotidien financier L’Agefi.

En 2009, il quitte le journalisme pour créer le groupe Straight from The Lab (https://ra113.infusionsoft.com/go/sftl/Agora/) qui a pour objectif de rendre accessible, aux investisseurs privés, les dernières recherches en finance. En 2013, après trois ans de recherche, il lance avec son équipe le service Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so/Agora/), une solution d’investissement basée exclusivement sur l’analyse scientifique des marchés. Unique en son genre, cette stratégie fournit aux investisseurs un portefeuille clé en main, avec une garantie de performance (minimum 50% en cinq ans).

Toutes les études mentionnées dans les articles signés par Sylvain Frochaux peuvent être consultées en vous enregistrant sur la page commune des Publications Agora et de Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so-agora/Agora/).

Laissez un commentaire