Le Congrès américain auditionne Twitter et Facebook sur les « fake news »

Rédigé le 6 septembre 2018 par | Toutes les analyses Imprimer

Sénat américainLes discours ont été bien rodés, les éléments de langage soigneusement préparés, le « témoignage » des patrons des grands réseaux sociaux devant une commission des deux chambres du Congrès américain mercredi s’est avéré sans surprise.

Jack Dorsey (fondateur et PDG de Twitter), Sheryl Sandberg (directrice des opérations de Facebook) sont venus défendre le droit de chacun à s’exprimer sur leurs plateformes numériques, mais dans les limites de la décence et dans la mesure où les usagers ne diffusent pas de « fake news« .

La difficile délimitation du concept de fake news

La question qui demeure ouverte est : qui établit qu’il s’agit d’une « fake news » ? Qu’il ne s’agit pas d’une information difficile à sourcer et qui (surtout) dérange certaines personnes physiques ou morales ?

En ce qui concerne le potentiel « d’influence » de puissances étrangères sur la réputation des personnes et sur des événements tels que des élections, Facebook et Twitter s’engagent à renforcer la sécurité et la lutte contre les faux comptes, les « robots » et les « chatbots ».

Facebook et Twitter main dans la main avec les services de renseignement ?

Et nous retiendrons surtout cette phrase de Jack Dorsey : « nous sommes ouverts à des collaborations de toute sorte ». Il ajoutait : nous ne pouvons faire le ménage tout seul, nous devons accroître la transparence.

S’agit-il d’une collaboration ouverte et « transparente » avec les agences de renseignement américaines ?

En réalité, c’est déjà le cas, même si les intéressés s’en défendent. Les choses seront peut-être plus claires désormais…

98,8% des composantes du S&P500 ne servent à rien : la preuve par Fangman

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “Le Congrès américain auditionne Twitter et Facebook sur les « fake news »”

  1. […] Le Bulletin des Communes suggère également : Lire […]

Laissez un commentaire