Comment savoir s’il faut se renforcer… ou pas

Rédigé le 12 janvier 2015 par | Apprendre la Bourse, Big caps Imprimer

Il y a une erreur stupide et facile à éviter que vous faites sans doute et qui risque d’anéantir vos performances cette année : vous vous renforcez sur des titres qui ne cessent et ne cesseront pas de chuter.

Oui, c’est aussi simple que bête.

Bien sûr, si vous vous renforcez, c’est que vous espérez que le titre va rebondir – pourquoi achèteriez-vous sinon ? Mais comment savoir quand un titre consolide à la hausse au sein d’une tendance baissière… ou quand il a finit sa tendance baissière et amorce un réel rebond ? Comment, du coup, déterminer le bon moment pour se renforcer ?

Eh bien, il y a quelques configurations qui vont vous aider à repérer le moment où un titre a touché un point bas  et s’apprête à rebondir. Elles ne sont pas implacables, je ne vous dis pas qu’en suivant ces configuration graphique, vous réussirez à acheter au plus bas à chaque fois. C’est une utopie que de vouloir acheter les plus bas et vendre les plus hauts. Mais souvent, lorsque vous les voyez apparaitre sur un graphique, vous pouvez anticiper, avec une bonne probabilité, que l’action a « probablement » touché un point bas : signal d’achat ou de renforcement donc.

Le Double Bottom

Le nom de cette configuration graphique parle de lui-même. Un double bottom se caractérise par un titre qui rebondit, pour la deuxième fois, sur le même niveau de support.

Voici à quoi un double bottom ressemble.

double bottom ubisoft

UBISOFT (FR0000054470) a, par exemple, subit une lourde chute entre la mi-juillet et début août 2014 : le titre a perdu 19% avant de trouver un support sur les 11 €.

Le 8 août, le titre a violement rebondi pour retrouver les 13,70 € un mois plus tard… avant de rechuter et d’à nouveau trouver un support sur les 11 €.

La deuxième fois, quand à la mi-octobre le titre est revenu se poser sur les 11 €, c’était un signal d’achat. ; le rebond a été très violent et est toujours en cours.

Le “Rounding Bottom”

Un rouding bottom, c’est un plus bas arrondi : le titre se redresse progressivement, testant plusieurs fois un plus bas jusqu’à ce qu’il ait assez de force pour réellement rebondir : les vendeurs finissent par s’épuiser et les acheteurs par prendre la main, tâtonnant avant de s’engager franchement. Ces forces de marchés qui s’équilibrent laissent penser que la fin de la chute est proche.

Le principe est le même (bien que moins violent) que pour le double bottom, mais le point bas a là une forme plus arrondie, témoignant de l’hésitation des marchés.

Encore une fois, l’idée est de détecter un titre qui se retourne et s’échappe d’une tendance baissière puissante. Regardez ce graphique.

rounding bottom carrefour

A la mi-2012, le rounding bottom de Carrefour (FR0000120172) lui a permis de mettre fin à sa tendance baissière et d’initier une solide tendance haussière qui est restée en place jusqu’au premier semestre 2014 : le titre a pris 130%.

Donc essayez de repérer ces figures, et en vous aidant des analyses de Gilles et de Mathieu dans ces lignes, vous devriez améliorer la performance de votre portefeuille

Bons trades !

Nathalie BONEIL

Mots clé : - - - - - -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Laissez un commentaire