ETF : Comment parier à la baisse sur les marchés – avec succès ?

Rédigé le 9 janvier 2014 par | Analyses indices, Apprendre la Bourse, Autres indices Imprimer

Que fait un bon conducteur ayant besoin de reculer : enclenche-t-il la marche arrière d’une voiture normale ou utilise-t-il une voiture qui n’a que la marche arrière ?

La question se pose également pour l’investisseur qui veut piloter des marchés baissiers. Il a le choix entre vendre à découvert un ETF haussier (c’est-à-dire passer la marche arrière) ou acheter un ETF baissier (choisir la voiture conçue pour reculer).

Dans les lignes qui suivent, je vais vous expliquer pourquoi je recommande vivement la première solution, et pourquoi vous allez probablement perdre de l’argent avec la deuxième, même si votre pari baissier était le bon. Comme vous le verrez, la voiture faite pour reculer a de sérieux ratés. Elle zigzague à partir du deuxième jour.

Une stratégie haussière-baissière

Pour les lecteurs qui ne nous connaissent pas encore, nous avons développé une stratégie d’investissement qui permet d’investir aussi bien dans des marchés haussiers que dans des marchés baissiers :

Mais il existe aussi des ETF baissiers qui, comme leur nom l’indique, répliquent dans le sens contraire un indice de référence. Par exemple, si le CAC 40 chute de 5% sur une journée, l’ETF baissier est censé gagner, lui, 5%. Comme la voiture fabriquée pour reculer, cet instrument est conçu pour évoluer à contre-courant.

De plus, certains ETF baissiers (comme le BX4) sont compatibles avec les comptes PEA pour les investisseurs français. Un investisseur détenant un PEA pourrait dès lors être tenté d’acheter cet ETF baissier si le marché passe en phase baissière. Dans les lignes qui suivent, nous vous expliquons pourquoi il vaut mieux, selon nous, éviter de le faire.

Dangereux zigzags dès le deuxième jour

Logiquement, acheter un ETF baissier devrait permettre d’empocher un gain égal au recul de l’indice de référence. Mais, malheureusement, cela ne se passe pas exactement ainsi dans la réalité.

L’exemple donné ci-dessus sur la chute du CAC 40 et la hausse de l’ETF baissier fonctionne correctement sur une journée. Le gain avec l’ETF baissier sera similaire (en termes absolus) à la perte de l’indice, en faisant l’hypothèse (assez réaliste toutefois) que l’ETF suive au centime près l’évolution du marché.

En revanche, dès que vous restez investi plus d’une journée sur un ETF baissier, la performance de l’ETF dépend de la volatilité du marché. 

Deux exemples concrets

Imaginons que vous investissiez 100 euros dans un ETF baissier sur le CAC 40 sur une période de deux jours. A titre d’illustration, et pour simplifier les calculs, supposons que le CAC 40 vaille 100 points au départ (le facteur entre le CAC 40 et l’ETF baissier est donc de 1 au départ).

Imaginons ensuite que, lors de la première journée, l’indice bondit de 10%, passant de 100 à 110 points, puis chute de 5% lors de la deuxième journée. A la fin de la deuxième journée, le CAC 40 ne vaut donc plus que 104,50 points [= 110 x (1 – 0,05)]. L’indice aura alors gagné un total de 4,5% en deux jours.

Qu’en est-il de l’ETF baissier ?

Lors de la première journée, votre investissement aura chuté de 10%, amenant le capital de 100 euros à 90 euros. Le deuxième jour, bénéficiant d’une hausse de 5% de l’indice, il augmentera à 94,5 euros [=90 x (1 + 0,05)]. Ceci signifie que, sur ces deux jours, au lieu de perdre 4,5% (l’équivalent en termes absolus de la hausse du marché), vous avez effectivement perdu 5,5%. Il y a donc une différence d’un point de pourcentage entre l’évolution du CAC 40 et celle de l’ETF baissier. En seulement deux jours.

Prenons un autre exemple, qui est cette fois-ci à votre avantage. Imaginons que le CAC 40 chute de 5% sur chacun des deux jours. L’indice passera alors de 100 à 95 points, puis de 95 à 90,25 points [= 100 x (1 – 0,05) x (1 – 0,05)], soit une baisse de 9,75% sur les deux jours.

Dans ce cas précis, l’ETF baissier gagne 5% sur les deux jours, passant de 100 euros à 105 euros, puis de 105 euros à 110,25 euros [= 100 x (1 + 0,05) x (1 + 0,05)]. Le gain est alors de 10,25%, soit un demi-point de pourcentage de plus (en termes absolus) que la chute sur le CAC 40.

Ces deux exemples démontrent donc que la performance totale d’un ETF baissier peut ne pas être égale à l’inverse de la performance de l’indice de référence. Bien au contraire.

Vers une perte colossale…

Mais ce n’est pas tout. Il se trouve que même si votre pari baissier était correct, c’est-à-dire que le CAC a bel et bien perdu de la valeur sur une période donnée, la performance de l’ETF baissier peut, au final, être négative elle aussi. Pire encore, vous pouvez vous retrouver avec une performance inférieure à celle de l’indice.

Pour vous en rendre compte, voici un comparatif entre un ETF baissier sur le CAC 40 (je prends ici le Lyxor ETF Short CAC 40) et l’indice CAC 40 entre sa date de lancement (Lyxor créé le 16 juin 2008) et la fin novembre 2013.

comparatif ETF baissier sur CAC 40 et CAC 40 Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Vous aurez facilement constaté que la performance finale de cet ETF baissier (en rouge ci-dessus), sur cette période de plus de 5 ans, n’est non seulement pas le miroir de son indice de référence (qui a pourtant perdu des plumes), mais termine même sur une perte substantielle, supérieure à 40%.

Et pourtant votre flair était bon… le CAC 40 a, lui, bel et bien baissé sur la période, en perdant 7,8%. On peut même remarquer que lorsque le CAC était à -40% (en septembre 2011), l’ETF baissier n’affichait finalement qu’une performance positive de 12%. Votre pari était donc bien juste ; c’est donc son application qui vous aura fait couler. Comme souvent, c’est la différence entre théorie et pratique qui aura fait mal.

Mes recommandations

En conclusion, je ne peux que vous recommander de ne pas vous faire avoir par la publicité faite autour des ETF baissiers, qui omettra sciemment de vous dévoiler les failles de leur système. Les ETF baissiers ne doivent être utilisés que si vous souhaitez faire du day-trading et, uniquement, si vous maîtrisez et comprenez les risques sous-jacents.

Que faire alors si vous souhaitez quand même miser à la baisse sur les marchés ?

Rien de bien simple : il vous suffit de vendre à découvert un ETF haussier. Et si vous n’avez jamais vendu d’ETF ou des actions à découvert, vous verrez que ce n’est pas plus compliqué que d’en acheter. La seule différence : cliquer sur le bouton « vendre » et non « acheter » ; que vous détenez l’ETF ou non n’y change rien.

Si vous voulez en savoir plus sur les avantages d’une stratégie haussière-baissière, je vous invite à vous inscrire sur notre site. Nous vous expliquerons entre autres, étape par étape, comment ouvrir un compte de marge et vendre un ETF à découvert. Avec succès.

Comme le pilote de course, l’investisseur doit toujours choisir le véhicule le plus adapté. Même pour effectuer une marche arrière…

Pour vous aider dans vos trades

Vous visez les gains à deux voire trois chiffres ?

Découvrez le service de notre analyste Mathieu Lebrun, et viser des gains vraiment spectaculaires (jusqu’à 300% en quelques jours !) sans jamais lésiner sur les règles de money management : tout est expliqué ici…

Les ETF, « la nouvelle arme de destruction massive »

Guerres et bulles : Entendez-vous la rime de l’Histoire ?

Mots clé : - - -

sylvainfrochaux
sylvainfrochaux
Directeur de la recherche chez Straight from The Lab

Sylvain Frochaux est le directeur de la recherche chez Straight from The Labet fondateur de Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so/Agora/). Il est surnommé par ces pairs le « Japonais blanc » de la finance, en raison de son caractère jusqu’au-boutiste et de son parcours de vie.

Après des études brillantes à HEC Lausanne (où il finit premier de sa volée, avec notamment une thèse de master en économétrie financière), il se dirige vers le Japon pour y effectuer son doctorat. De retour en Suisse, il devient responsable de l’analyse financière et de la recherche académique pour le quotidien financier L’Agefi.

En 2009, il quitte le journalisme pour créer le groupe Straight from The Lab (https://ra113.infusionsoft.com/go/sftl/Agora/) qui a pour objectif de rendre accessible, aux investisseurs privés, les dernières recherches en finance. En 2013, après trois ans de recherche, il lance avec son équipe le service Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so/Agora/), une solution d’investissement basée exclusivement sur l’analyse scientifique des marchés. Unique en son genre, cette stratégie fournit aux investisseurs un portefeuille clé en main, avec une garantie de performance (minimum 50% en cinq ans).

Toutes les études mentionnées dans les articles signés par Sylvain Frochaux peuvent être consultées en vous enregistrant sur la page commune des Publications Agora et de Solution ORION© (https://ra113.infusionsoft.com/go/so-agora/Agora/).

Un commentaire pour “ETF : Comment parier à la baisse sur les marchés – avec succès ?”

  1. Bonjour Sylvain,

    Très intéressant cet article. Mais en est il de même en sens inverse. Est il plus pertinent en cas d’anticipation de hausse de vendre à découvert un EFT baissier plutôt que d’acheter un ETF haussier ?
    sebasttt

Laissez un commentaire