Comment jouer le prochain grand choc monétaire…

Rédigé le 3 février 2016 par | Matières Premières, Taux & Devises Imprimer

 

Le 18 janvier, les États-Unis ont levé les sanctions prises à l’encontre de l’Iran. Il se pourrait que ce soit un énorme flocon capable de déclencher une avalanche. Au Moyen-Orient, l’Iran est considérée comme la puissance hégémonique émergente, une évolution approuvée par les États-Unis.

L’Arabie Saoudite, alliée de longue date des États-Unis, considère que la montée en puissance de l’Iran représente une menace existentielle pour des raisons politiques, financières et religieuses. Les tensions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran s’intensifient, comme l’illustrent la récente exécution d’un dignitaire religieux chiite en Arabie Saoudite et, en riposte, l’incendie de l’ambassade saoudienne à Téhéran.

Pourtant, partout dans le monde et principalement en Europe, les plus grandes entreprises sont impatientes de reprendre leurs relations commerciales avec Téhéran. Les États-Unis tentent de maintenir des relations amicales avec l’Iran et l’Arabie Saoudite. Cette politique est vouée à l’échec. Les États-Unis montrent un net penchant pour l’Iran – malgré le fait que l’Iran viole les accords et agisse contre les intérêts américains dans bien des domaines.

Ce penchant des États-Unis pour l’Iran va forcer l’Arabie Saoudite à se trouver un nouveau protecteur. De toute évidence, ce sera la Chine, le plus gros acheteur de pétrole saoudien dans le monde.

Pour le marché, les conséquences sont claires : l’Arabie Saoudite va rompre son peg avec le dollar. Préparez-vous à une avalanche financière de très grande envergure.

Les Saoudiens vont instaurer un nouveau peg par rapport à un panier de devises. Il  se peut que ce soit celui des DTS ou, plus probablement, un panier constitué à cet effet et comprenant le yuan. De là à fixer les prix du pétrole dans la devise du panier en question ou en yuan, il n’y a qu’un pas. Cela fera dégringoler le dollar et provoquera une énorme inflation de ce dernier – même dans le contexte où le « cours du panier » demeurerait stable.

Le 27 janvier, j’ai participé à une réunion à huis clos, à Washington (DC), en compagnie des principaux experts de la Sécurité Nationale américaine en matière de sanctions, afin d’étudier les conséquences de tout cela. En ce qui concerne l’ordre monétaire mondial, cela pourrait représenter le plus grand bouleversement jamais vécu depuis les années 1970 ! pour lire la suite

Du point de vue des guerres de devises, ce qui importe le plus, c’est le fait que le peg du riyal saoudien soit bientôt rompu alors que depuis des années il évolue autour de 3,75 (+/- 1 pip). Regardez comment la volatilité augmente depuis le début de l’année sur la paire USDSAR :

cours USDSAR

Le système IMPACT que nous avons développé nous permet d’identifier les formidables opportunités qu’offrent ces guerres des devises.

Il reste un petit créneau temporel pour agir et vous préparer à ce choc monétaire. Voici ce qu’a déclaré Bloomberg le 17 janvier :

« Dans un contexte de coûts peu élevés, un pari sur la rupture du peg pourrait être généreusement récompensé.

L’achat d’options put contre le riyal saoudien pourrait permettre de doubler la mise si cette monnaie se déprécie d’environ 8% sur une année, selon les données rassemblées par Bloomberg.

Même si le peg n’est pas rompu, la vente à découvert via des contrats à termes et des options peut être source de profits, du moment que la pression continue de s’exercer, ce qui poussera à la hausse les prix des dérivés. »

Nous sommes d’accord avec cette analyse. Il y a juste un problème…

Il n’existe peu de moyens directs de jouer sur la dévaluation à venir du riyal saoudien via des options. Il existe un nouvel ETF axé sur l’Arabie Saoudite : l’ETF KSA iShares Saudi. Mais recommander ce support pose quelques problèmes, et surtout celui du caractère fermé/fixe de la monnaie et de la bourse saoudiennes (4 M$ d’actifs gérés, aucune liquidité et aucune option cotée).

Cela dit, je crois que nous pouvons nous positionner sur la rupture du peg entre l’Arabie Saoudite et le dollar américain… tout en profitant d’un levier encore plus fort : celui des troubles géopolitiques qui perturbent un pays particulier, en ce moment :  la Turquie.

Actuellement, la Turquie subit la pression de l’Iran et de la Russie. A présent, l’état islamique (« DAECH ») s’en prend également à elle. Pour la Turquie, l’Arabie Saoudite est une planche de salut mais les Saoudiens sont contraints de réduire leurs coûts et de dévaluer leur monnaie afin d’éviter un effondrement budgétaire. Par conséquent, ils se montreront moins généreux à l’avenir.

La Turquie sera bientôt contrainte de dévaluer sa monnaie, la livre, dans le sillage des Saoudiens. Une dévaluation du riyal saoudien déclencherait à nouveau la fuite des capitaux dans la région, notamment en Turquie.

Voilà de quoi déclencher la tempête du siècle…

Et il semble que les investisseurs pricent déjà ces menaces, comme le montre la chute de plus de 23% de la Bourse turque depuis début 2015.

cours bourse turquie

CRISE CHINOISE – EFFONDREMENT DES EMERGENTS – HAUSSE DES TAUX US – DEVALUATION DU YUAN – DOLLAR FORT – FIN DES PETRODOLLARS :

Si vous avez un portefeuille actions, vous devez connaître ces informations immédiatement.

Non seulement elles pourraient sauver votre portefeuille… mais elles pourraient vous révéler comment engranger une FORTUNE en jouant l’effondrement des émergents, la fin du peg entre le yuan et le dollar, le ralentissement de la Chine, les tensions entre l’Arabie Saoudite et les USA…

Cliquez ici pour découvrir ce message tant qu’il est encore disponible.

Mots clé : - - - -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Laissez un commentaire