Comment décrypter les cycles en analyse technique

Rédigé le 22 février 2013 par | Apprendre la Bourse, Autres indices Imprimer

Cette semaine, je vous propose de partager avec vous un aspect de l’analyse technique qui est souvent méconnu, fort peu utilisé… mais pourtant bien utile.

De quoi s’agit-il ?

D’un phénomène de synchronisation entre prix et certains indicateurs bien particuliers.

A quoi sert-il ?

L’observation de ce comportement peut dans de nombreux cas vous renseigner sur l’état du marché (range ou tendance). Par voie de conséquence, il peut vous indiquer les stratégies les mieux adaptées pour le travailler.

Il permet aussi de s’assurer de la puissance d’un mouvement, et de mettre en évidence le timing de certains points de trade.

Laissez-moi vous exposer brièvement les mécanismes de cette approche
Tout part de l’observation suivante : dans certains cas de figure (nous y reviendrons), quand l’évolution des prix marque un différentiel (synchronisation) avec un indicateur, c’est le signe qu’une tendance est en place.

A contrario, quand prix et indicateur évoluent de façon synchrone, cela dénote un marché qui se situe dans une phase de range.

Autrement dit (nous verrons des exemples graphiques un peu plus loin) :

– Si les prix montent (ou latéralisent) et que l’indicateur suit le même mouvement avec la même amplitude — ou, mieux, se « détend » pour retomber dans des zones de survente — cela dénote une tendance haussière saine et active.
– A l’inverse, si les prix baissent (ou latéralisent) et que l’indicateur suit le mouvement ou remonte… c’est qu’il y a de grandes chances pour que les prix évoluent dans une dynamique baissière.

« La plupart des informations dont je dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Pourtant, certaines pourraient vous permettre de réaliser des plus-values de 25%… 34,5%… 60%… et bien d’autres »

Découvrez tout ce que ce spécialiste ne révélera pas en direct à la radio… et accédez à tout un secteur d’opportunités de gain : les explications sont par ici…

Dans ce cas :

– A chaque retournement de l’indicateur, les prix doivent répondre immédiatement dans le sens de la tendance.
– Si ce n’est pas le cas, c’est que la tendance est soit en cours de retournement, soit en perte de vitesse.

Avec quelques exemples, vous allez tout de suite comprendre de quoi il retourne.

1 – Observez la boite de temps « A » sur le graphe ci-dessous
Pendant ce cycle, les prix latéralisent (ils évoluent « à plat »). Et que fait l’indicateur (CDUR) ? Il remonte ! Il y a donc désynchronisation entre l’indicateur et les prix.

Nous avons un cycle haussier et les prix ne répondent pas ? Cela montre une forte pression baissière, donc une tendance baissière sous-jacente.

Maintenant, que se passe-t-il quand l’indicateur se retourne et débute un cycle baissier ?

Les prix répondent immédiatement (flèche bleue) et repartent dans le sens de la tendance qui avait été pressentie lors du constat de désynchronisation prix / indicateur que nous venons de voir.

2 – Un autre exemple identique au premier est observé dans la boite de temps « B »
Un cycle haussier se développe sur l’indicateur CDUR. Les prix ne répondent pas. Ils latéralisent sans arriver à reprendre de la hauteur.

Ceci dénote une inertie baissière en place. Que se passe-t-il quand l’indicateur de cycle re-débute un cycle baissier ? Les prix répondent. Une nouvelle impulsion baissière se développe. Les prix plongent.

Quand cette configuration apparait (ce qui est fréquent), l’enseignement est clair :

Au fur et à mesure de l’apparition des bougies pendant un cycle, l’analyse du phénomène de synchronisation — ou non synchronisation – des prix par rapport à l’indicateur permet de valider le momentum du marché et de renforcer la position (si toutefois vous êtes dans le bon sens !) au moment des continuations de cycle. Ou au contraire de vous prévenir en cas de changement de nature du marché.

Cac 40

Car à un moment ou à un autre, le marché immanquablement va changer de comportement (Passage de range à tendance, ou inversement de tendance).

Ici aussi, l’observation des cycles prix/indicateur va dans de nombreux cas vous avertir très rapidement de ce changement :

3 – A la fin du cycle baissier qui s’est développé suite à la boite de temps « B », un cycle haussier débute dans la boite de temps « C »
Très rapidement, nous pouvons constater l’apparition d’une synchronisation entre le cycle haussier et les prix qui répondent… à la hausse.

Conclusion immédiate : attention, la dynamique baissière n’est plus active, un retournement ou au moins un retracement est en cours, le sens des impulsions s’inverse.

Très pratique pour contrôler son trade et « sentir » la force de la tendance, non ?

D’ailleurs, après l’avertissement donné lors du développement du cycle de la boite de temps « C », vous constaterez qu’à chaque cycle haussier (flèche verte par exemple), la dynamique haussière se propage.

Quels types d’indicateurs privilégier ?
Dans l’exemple ci-dessus, j’utilise un indicateur maison, le CDUR. Il s’agit d’un indicateur de cycle dérivé des MACD Zero retard — que vous connaissez peut-être. Il a pour avantage de donner des signaux réguliers, bien lissés, stables et facilement lisibles.

Selon le même principe, il est possible d’utiliser par exemple une simple MACD dont les périodes de calcul ont été légèrement raccourcies. Sans rentrer dans les détails, je recommande un paramétrage de la MACD à 9/19/6 à la place du paramétrage « standard » qui est habituellement de 12/26/9.

Essayez-le. Observez bien ces phénomènes de synchronisation prix/indicateurs — notamment sur les Unités de temps (UT) inférieures à votre UT de trading.

Par exemple, si vous travaillez le marché avec une prise de position effectuée en UT journalière, observez régulièrement l’évolution des cycles de l’UT 1 heure.

La synchronisation des prix/cycles du 1 heure vous apportera de précieuses informations quant à la santé du mouvement que vous tradez… Et elle vous préviendra extrêmement rapidement en cas d’apparition de danger — ou de renversement !

Mots clé : - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire