Chute du pétrole : toujours parce qu’il y a trop d’offre !

Rédigé le 27 juillet 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Le gonflement inattendu des stocks de pétrole américains la semaine dernière (+1,7 millions de barils de brut, +0,5 million de barils d’essence selon l’AIE) après une première déconvenue la semaine précédente érafle à peine les gains du CAC40 ou de l’Euro Stoxx 50 (qui reperde 0,2% sur les « plus hauts » depuis le « Brexit ».

La chute pétrole : toujours parce qu’il y a trop d’offre, jamais trop peu de demande !

Les opérateurs s’abstiennent naturellement se s’interroger sur les causes d’une correction du pétrole vers 42,2$ sur le NYMEX. La première explication, c’est qu’il y a de nouveau trop d’offre.

Pas question d’envisager un seul instant que c’est la demande qui est anormalement faible.

Il faudra alors se demander pourquoi… et ça casserait l’ambiance.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire