Chute de l’or : rebond des indices ?

Rédigé le 3 avril 2008 par | Matières Premières Imprimer

J’ai évoqué lundi, dans La Chronique Agora, le consensus qui a régné ce week-end au sujet d’une « dérive latérale » (poursuite des oscillations au sein d’un corridor de 10% à 12% d’épaisseur) des indices boursiers, en attendant la prochaine vague de correction qui ramènerait le CAC40 sur les 4 300 et 3 900 points.

Scoop au salon de l’Analyse Technique Certains d’entre vous (que je salue de nouveau au passage) sont venus assister à l’une ou l’autre des mini-conférences que j’ai animées lors du salon de l’Analyse Technique vendredi et samedi derniers en fin de matinée. Ils espéraient que je les conforterais dans leurs stratégies de montée en puissance progressive dans le compartiment des matières premières (surtout par le biais de trackers adossés à l’or physique)… au détriment des actions qui ne manqueront pas de souffrir de l’intensification de la récession aux Etats-Unis au cours des prochains mois.

Je ne les ai pas dissuadés de renforcer leur stock (virtuel) de métal précieux, mais dans une perspective patrimoniale, de long terme et non spéculative. Car à court terme, le rebond imminent du Dollar induirait une franche correction sur le cours du baril jusque vers 95$, et un repli de l’once d’or sur les 840$ puis les 790$ (plancher de la mi-décembre) d’ici la mi-mai 2008. [NDLR : Nicolas Rémy partage le point de vue de Philippe Béchade. Il a d’ailleurs trouvé le moyen de vous faire profiter de la volatilité de l’or et des autres métaux, à la hausse, comme à la baisse. Pour tout savoir, cliquez ici !]

L’inéluctable rebond des indices Sur ce salon, je crois avoir été le seul à pronostiquer l’imminence d’un net rebond des indices boursiers à l’entame du second trimestre 2008… « à condition que le Dollar poursuive sa remontée au-delà de la parité psychologique des 100 Yens », en direction des 102,10/102,25.

C’est en effet la rupture de ce support historique, testé mi-décembre 1999 puis fin décembre 2004, qui avait coïncidé avec la rechute du Dow Jones sous les 12 000 points, du S&P 500 sous les 1 310, du CAC40 sous les 4 615 points — et celle du Nikkei sous les 13 000 points : Tokyo a perdu 27,5% sur l’exercice fiscal qui s’achevait lundi matin, une chute quasiment équivalente à celle du Dollar de 124 à 95,8 Yens entre le 25 juin 2007 et le 17 mars 2008.

Le billet vert n’était pas loin d’engranger +2% mardi soir à 101,90/Yen. Les indices américains s’envolaient parallèlement de 2,7% à mi-séance. Le franchissement des 102,20 sur le Dollar/Yen, conforté par un « W » haussier sur l’Euro/Dollar (1,5908 le 17/03 puis 1,5895 le 31/03) au-delà des 1,55 nous assurerait pratiquement d’un retracement des 5 000 points par le CAC40, voire du comblement du gap des 5 080 points du 18 janvier dernier.

Une avancée du billet vert jusque vers 104 Yens et 1,52/Euro permettrait de miser sur un objectif de 5 230 points à Paris et de 13 000 points sur le Dow Jones. Ce dernier devrait d’ailleurs tester de façon imminente la résistance cruciale des 12 765 points, tandis que le S&P 500 rejoindrait l’ex-zénith intermédiaire des 1 385 points.

Volatilité sur l’or à court terme : achat pour le long terme Si vous êtes un fervent partisan du métal précieux vous allez donc pouvoir bénéficier d’une belle fenêtre pour réinvestir dans des conditions aussi favorables qu’il y a trois mois, lorsque l’once d’or a rebondi dans la zone des 800$… mais aussi et surtout battu un record historique face à l’Euro, ce qui lui ouvrait un boulevard vers des sommets que nous estimions vertigineux.

Nous avons eu la confirmation, avec la rechute de l’or sous les 880$ et du pétrole sous les 100$, que tous les éléments se mettaient en place pour favoriser un redressement des marchés. Ledit redressement se dessinait depuis le jeudi 20 février (séance des « Quatre Sorcières »), les contrats et options sur indices ayant expiré avec des gains maximums pour les vendeurs : entre 18% et 20% de plus-value pour les positions à découvert initiées le 21 décembre 2007.

Un début de trimestre exceptionnel Si le pire a été et/ou sera évité, alors les banques qui ont perdu 60% (ou plus) de leur valeur depuis la fin février ou le mois de juillet 2007 apparaissent à présent survendues. Avec des gains s’étageant entre 8% et 14% en une seule séance, elles ont propulsé en quelques heures les indices américains et européens vers des niveaux qui n’avaient plus été approchés depuis fin février/début mars.

Ressortant par le haut d’une zone assimilable à un « ventre mou » (4 500/4 700), le marché parisien réalise la meilleure entame de trimestre de la décennie — si l’on excepte les premières séances si particulières des années 1999 et 2003.

Avec un gain de 3,38% à la clôture, le CAC40 se hissait le 1er avril à moins de 1% du seuil des 4 900 points (à 4 866 points) avec 39 valeurs en hausse — plus une inchangée — et un volume en hausse de 30% à 6,5 milliards d’Euros par rapport à la veille.

Soyez en tête du troupeau, et pas à la traîne ! Il ne fallait vraiment pas se mettre vendeur à l’ouverture car l’indice s’est envolé de 200 points au-dessus de ses plus bas du jour ; parti de 4 681, l’indice culminait à 4 876 points vers 17h.

Si le mouvement de reprise amorcé mardi propulse Wall Street, Londres ou Paris vers les planchers de la mi-janvier en 48 heures, nous redoutons que les « suiveurs » ne s’exposent à de sévères déconvenues d’ici la publication des statistiques de l’emploi vendredi : prendre le consensus à contre-pied en 2008, c’est la fortune assurée !

Et si cette bouffée d’euphorie du 1er avril n’était… qu’une gigantesque farce ?

Mots clé : - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire