Christian Lindner rompt les discussions autour d’une coalition

Rédigé le 20 novembre 2017 par | Analyses indices, Europe, Toutes les analyses Imprimer

Lindner Merkel Le patron de la formation libérale-démocrate FDP, Christian Lindner, se retire des pourparlers avec Angela Merkel et "Die Grüne" (écologistes). Ils s'étaient réunis en vue de former une coalition désormais jugée trop hétérogène (qui avait été baptisée "Jamaïque").C’était « la grosse info du week-end » et en même temps une potentielle douche froide pour les marchés. Le patron de la formation libérale-démocrate FDP, Christian Lindner, se retire des pourparlers avec Angela Merkel et « Die Grüne » (écologistes). Ils s’étaient réunis en vue de former une coalition désormais jugée trop hétérogène (qui avait été baptisée « Jamaïque »).

« Il est préférable de ne pas gouverner que de mal gouverner »

Le leader du FDP avait pourtant obtenu pour son parti le poste clé de ministre des Finance (devenant ainsi le successeur de Wolfgang Schäuble). Mais il n’était ni d’accord sur les quotas de réfugiés, ni sur les modalités du regroupement familial. Il a donc fini par considérer « qu’il est préférable de ne pas gouverner que de mal gouverner » (cela n’arrive jamais en Italie !). C’est une déception pour Emmanuel Macron pour qui Christian Lindner ressemblait à un alter ego. En effet, il est jeune, réformateur, issu du monde de l’entreprise, mais beaucoup plus eurosceptique que le président français).

Angela Merkel en difficulté après 12 ans de pouvoir

Angela Merkel subit un véritable revers politique après le demi-camouflet de sa courte victoire aux élections de fin septembre . Elle se retrouve en réelle difficulté après 12 ans de pouvoir. En effet, elle n’aurait désormais comme alternative que de former une coalition (minoritaire ?) avec d’autres partis faiblement représentés au Bundestag (sauf l’extrême droite de l’AFD bien sûr) et demander la convocation de nouvelles élections après consultation du président Frank-Walter Steinmeier.

Mais le parti de la chancelière, le CDU/CSU pourrait décider qu’il faut un nouveau chef de file pour remporter la bataille.

Les marchés insensibles à la crise politique allemande

Assez paradoxalement, la Bourse de Francfort reste stable (vers 13 000 points) après une perte initiale de -0,4%. L’euro quant à lui récupère les 0,5% perdus durant la nuit, à 1,1810€. Là, nous avons vraiment du mal à comprendre la sérénité affichée par les marchés !

Angela Merkel réélue : pas de surprise sur les marchés

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire