Chine : le terrain de golf devient politique

Rédigé le 31 mars 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

La Chine ne recule devant aucun paradoxe : au moment où la bourse de Shanghai s’enflamme dans l’anticipation d’un soutien de Pékin au secteur immobilier (le domaine de tous les excès, terreau de la corruption et des investissements sans avenir dans des villes fantômes), le pouvoir central poursuit la « moralisation » de la vie politique en annonçant la fermeture de 66 golfs, soit 10% des parcours répertoriés en Chine.

L’annonce a été faite par le ministère du Territoire et des Ressources naturelles : parmi les fermetures les plus emblématiques, on note 3 golfs à Pékin et 3 autres parmi les plus prestigieux et select du pays : ceux de l’île tropicale de Hainan, le Hawaï chinois (que fréquente assidûment la jetset chinoise).

Il faut tout de même préciser que l’île fait 4 fois la superficie de la Corse (ou la moitié de celle de l’Irlande) et que contrairement à Pékin et sa banlieue surpeuplée qui manque d’eau, cela ne prive pas la population locale (8,5 millions d’habitants) de précieux espaces verts, ni n’épuise les nappes phréatiques locales (climat tropical humide).

C’est donc une décision bien plus politique qu’écologique, et une forme de coup d’arrêt à l’occidentalisation du pays et/ou à l’expansion de la corruption au travers des club house réservés aux riches et puissants... trop enclins à marier bonnes affaires et birdies.

C’est bien un carton rouge de Pékin face à la prolifération des greens.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire