Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Chiffres : le marché est du côté des menteurs

Rédigé le 20 avril 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Les trimestriels sont « meilleurs que prévus, meilleurs que prévus, meilleurs que prévus », etc. De la pure méthode Coué jusqu’à l’écœurement.

Les résultats « meilleurs que prévus » sont démentis par les vrais chiffres… qui sont « pires que prévus ». Mais le marché est du côté des menteurs.

Nous sommes quelques uns à résister, nous accrochant à des « petits riens », comme Intel qui licencie 12 000 salariés dans le monde, ou comme ces fichues statistiques concernant les profits des entreprises du S&P 500 qui mériteraient d’être ligotées, bâillonnées et enfermées séance tenante dans une oubliette.

La baisse des profits était anticipée autour de -7,5 à -8,5% par un large consensus : pour les 60 premières sociétés du S&P ayant déjà publié leurs trimestriels, les earnings ressortent en baisse de -10.85% (et attendez, on a pas encore vu ceux des groupes pétroliers !).

Et la tradition veut que les meilleurs performers dévoilent leurs résultats en premier. Sachant qu’à Wall Street, c’est la première impression qui compte, autant qu’elle soit favorable… et le faire savoir quand le marché a encore des bons points à distribuer.

Au bout de 300 trimestriels, le marché est blasé et ne réagit plus, sauf aux très mauvais !

La baisse de -10,85% des bénéfices doit être de surcroît corrigée de l’impact des rachats de titres (share buybacks) qui ont atteint des records ces derniers mois : la vérité est certainement plus proche de -20%.

Et les marges, elles, ne mentent pas, contrairement aux dividendes qui peuvent être gonflés artificiellement: elles sont retombées au plus bas depuis 2011.

Cela n’inquiète pas Wall Street : « plus bas tomberont les trimestriels, plus haut ils rebondiront »… et le marché achète l’avenir, pas le passé.

La fin de l’année 2016 va donc se solder par un feu d’artifices de profits (certains pronostiquent +13% au 4e trimestre).

On croirait de la propagande de guerre du siècle dernier, quand une armée en déroute prétendait se replier « en bon ordre » pour mieux contre-attaquer et infliger une défaite humiliante à l’assaillant qui contrôlait déjà 90% du territoire..

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire