Changement d’ambiance sur les small caps

Rédigé le 17 novembre 2011 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

A la mi-septembre, suite à mes discussions avec de nombreux dirigeants, je vous indiquais que le ralentissement économique n’était pas encore perceptible à leurs yeux (c’était le 9 septembre).

Je voulais rester optimiste, et je vous disais alors de vous préparer au rebond, et notamment à celui des small caps.

Le rebond est bien arrivé puisque, de 3 000 points sur le CAC 40, nous avons rebondi jusqu’aux 3 400. Mais j’avoue que je m’attendais à ce que ce rebond soit un peu plus solide et tienne dans la durée. Il semble aujourd’hui que le contexte a raison du moral des dirigeants des petites et moyennes entreprises, et l’humeur a bien changé dans le monde de la micro-économie depuis début septembre.

C’est le moment de faire le point.

Maintenant que l’on évoque des risques de récession, je sens vraiment des commentaires plus prudents de la part des chefs d’entreprise. Nous avons eu en plus quelques profit warning* qui ont plombé l’ambiance. Certes, les dirigeants sont humains et, comme vous et moi, peuvent être tentés de s’adapter au climat ambiant pour « faire comme tout le monde » — ou bien le rabâchage médiatique de la crise européenne a eu raison de leur optimisme.

Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il y a de sérieux doutes sur la croissance qui viennent assombrir le ciel des small caps. On nous disait par exemple que le luxe et le low cost n’étaient absolument pas sensibles au cycle économique.

Et bien, on s’est lourdement trompé…

Le hard discount dans la tourmente

La semaine dernière, VET AFFAIRES (FR0000077158) a par exemple jeté un nouveau froid en indiquant que la croissance de son chiffre d’affaires serait inférieur à ses prévisions et que sa rentabilité serait fortement dégradée.

Or, VET AFFAIRES, c’est plus de 110 magasins de vêtements et accessoires à prix discount (quand je dis discount, ce sont des articles à 10 euros que l’on peut trouver dans leurs magasins)… J’ai suivi pour vous, au fur et à mesure, la détérioration du titre sur le site, jusqu’à hier ou Amiral Gestion passait sous le seuil des 15% de VETAFFAIRES.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

TRADER : jouez les statistiques économiques !

La publication du PIB US… du chômage ou encore des stocks de pétrole provoquent très souvent de brusques variations intraday

Vu la rapidité des mouvements en question (quelques minutes), il est théoriquement impossible d’en profiter manuellement, dans l’instant…

Pourtant, notre spécialiste Mathieu Lebrun y parvient, et cela réussit plutôt bien au portefeuille de son service de trading : découvrez vite son secret pour en profiter

______________________

Les cycliques dans la tourmente

La semaine écoulée a été également l’occasion pour de nombreuses sociétés d’être beaucoup plus réservées dans leurs prévisions. Ce qui m’inquiète, c’est que les cycliques anticipent une récession — ou du moins, un très fort ralentissement de l’activité.

Tenez, regardez JACQUET METAL SERVICE (FR0000033904 – JCQ). Ce distributeur d’aciers spéciaux (aciers inoxydables, tôles) table sur une dégradation de ses conditions d’exploitation au quatrième trimestre. Or, cette société est extrêmement cyclique. Son avertissement montre que la rechute économique est à prendre très au sérieux et n’est pas simplement influencée par la psychologie des investisseurs.

Et l’on change de secteur avec TOUAX, une société spécialisée dans la location et vente de constructions modulaires mais également dans la location et vente de wagons de fret et la location de barges fluviales.

Autant dire qu’elle est également un indicateur très avancé du cycle économique…. TOUAX vient d’avertir que son chiffre d’affaires progressera d’un peu plus de 5% cette année — contre une estimation initiale à +10%. Bien sûr, ce n’est pas dramatique mais cela illustre quand même un certain attentisme de la part des sociétés cycliques.

Même constat chez ROUGIER, le spécialiste bien connu de l’exploitation, la transformation et la distribution de bois tropicaux. Le chiffre d’affaires sur neuf mois a atteint 106 millions d’euros (M euros)… ce qui est inférieur aux prévisions.

Un attentisme semble se faire jour, notamment en France. En termes de prévision, je m’attends désormais à ce que la croissance soit très limitée sur les six prochains mois, et cela va évidemment toucher les small caps, qui sont au coeur de la vraie économie.

De mes discussions avec les dirigeants, des dossiers que je reçois, de mes analyses, je vois que tous les secteurs sont touchés et craignent un net ralentissement. Tenez, par exemple CEGEDIM (FR0000053506 – CGM), qui est un diffuseur de données et de services liées à l’information médicale (CRM, édition de logiciels). A priori, elle opère dans un secteur non cyclique : il y a toujours des malades, les hôpitaux et médecins ont toujours besoin d’être au fait de l’actualité médicale et d’avoir des logiciels à jour.

On peut même se dire qu’en cas de crise, investir dans ce domaine permettrait de réduire les coûts à venir. Eh bien non. La société vient de décevoir en publiant un chiffre d’affaires au T3 en recul de 6,7% à 197 M euros.

Et le quatrième trimestre ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices avec notamment la perspective d’un résultat opérationnel dans le bas de la fourchette. En cause un environnement économique difficile et une incertitude croissante sur les dépenses marketing des grands laboratoires américains et français.

Pas de quoi donc pavoiser sur cette action en recul de 56,2% depuis le 1er janvier et à son plus bas niveau boursier depuis cinq ans.

Comme le disait justement Jean de La Fontaine dans Les animaux malades de la peste : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ». Espérons simplement que ce poème datant du XVIIe siècle ne soit jamais d’actualité…

_______________________________________________________________

VENEZ NOUS RENCONTRER SUR LE SALON ACTIONARIA ET PROFITEZ DE -15% SUPPLEMENTAIRES SUR NOS SERVICES BOURSIERS !

Seul salon européen dédié à l’investissement en Bourse, Actionaria vous donne l’opportunité — les 18 et 19 novembre au Palais des Congrès de Paris — de rencontrer tous les acteurs des marchés boursiers.
Comme chaque année, nous serons là pour discuter avec vous. C’est donc l’occasion de rencontrer et de poser toutes vos questions à nos rédacteurs.

Vendredi 18 novembre, seront présents :

  • 10h-12h : Mathieu Lebrun (Agora CFD)
  • 12h-14h : Philippe Béchade (La Chronique Agora) & Eric Lewin (Small Caps Confidentiel)
  • 12h30-13h30 : Sébastien Duhamel (Levier7)
  • 14h-16h : Frédéric Laurent (Vos Finances), Jean-Claude Périvier (Défis & Profits), Simone Wapler (L’Investisseur Or & Matières)

Samedi 19 novembre, venez rencontrer :

  • 10h-12h : Philippe Béchade (La Chronique Agora), Eric Lewin (Small Caps Confidentiel), Simone Wapler (L’Investisseur Or & Matières)
  • 12h-14h : Mathieu Lebrun (Agora CFD), Florent Detroy (Matières à Profits)
  • 14h-16h : Frédéric Laurent (Vos Finances), Simone Wapler, Sébastien Duhamel (Levier7)

Françoise Garteiser (La Chronique Agora), Cécile Chevré (La Quotidienne Agora), Claire Diaz (Protection & Rendements), Nathalie Boneil (Le Billet du Trader) seront également ravies de discuter avec vous lors de ces deux jours.

EN PLUS : imprimez cet e-mail, ou venez avec le code promo « PRIVILEGE15 » et nous vous offrirons 15% de réduction supplémentaire sur les offre spéciales que nous faisons sur le salon !

Surtout ne manquez pas cet événement : l’accès est gratuit en pré-réservant directement en ligne.

Pour retirer vite votre badge, c’est ici !

 

* Décryptage : profit warning
Profit warning est une expression anglo-saxonne qui signie « alerte sur résultats ». Quand une entreprise sait que les résultats qu’elle va donner ne sont pas conformes à ceux qui ont été prévus, elle émet un profit warning pour prévenir les marchés. Le but de cette annonce est de préserver la confiance des marchés et des investisseurs. Si cette annonce n’est pas donnée à temps, cela peut occasionner une forte correction sur le titre.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire