CFD versus SRD : la bataille des prix

Rédigé le 6 avril 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Lors de mes précédents articles, je vous parlais des CFD en les comparant aux autres produits dérivés classiques. Cette semaine, j’ai choisi de me focaliser sur le SRD (Service de Règlement Différé). Alors que j’avais déjà abordé la question sous l’angle de la diversité offerte par les CFD, je vais analyser ici quelques aspects au moins aussi importants.

Le mécanisme du SRD : les actions « à crédits »

Le SRD est un système de règlement des transactions propre au marché français. A la différence du règlement au comptant, le SRD permet de différer le paiement lors de l’achat d’une action à la fin du mois calendaire (il différera l’encaissement dans le cas d’une vente).

Vous achetez par exemple l’action Lafarge le 12 du mois mais vous n’aurez qu’à payer les 52 euros requis à la fin du mois. En d’autres termes votre intermédiaire vous fait crédit. Le SRD vous offre donc implicitement la possibilité de vendre à découvert. Vous pouvez vendre une action que vous ne possédez pas encore.

Puisque vous n’êtes pas payé aujourd’hui pour cette vente, vous n’avez pas à livrer symétriquement le titre. Le mécanisme est identique sur les CFD : vous profitez d’un écart de prix dans le temps, qui vous est favorable ou non.

Une position sur le SRD est 17% moins rentable que sur les CFD

L’utilisation de l’effet de levier sur des positions prises en overnight (tenues après la clôture du marché) sur les actions n’est pas gratuite. Une position en CFD à l’achat a un coût, tandis qu’en position de vente est rémunératrice pour vous. Dans le cas où la position est clôturée dans la même séance, cette notion de financement disparaît. Ces frais de financements sont calculés selon la formule suivante :

=> [montant de la transaction x (taux d’intérêt de référence en % + marge en %)] / 360

A titre d’exemple, supposons une position acheteuse sur Lafarge de 5 000 euros de nominal, tenue pendant trois jours avec un taux d’intérêt de 4% et une marge du courtier de 3%.

Les frais de financement s’élèvent à : [5 000 euros x (4% + 3%)] x 3 / 360 = 2,92 euros, soit seulement 97 centimes d’euros par jour. Dans cet exemple, cela correspond à un taux de 0,019% par jour. Or, pour une position équivalente prise sur le SRD, ce taux est de 0,23%. Vous voyez ici que le financement d’une position sur le SRD est 17% plus onéreux que sur des CFD.

Aussi, même si les sommes considérées restent marginales par rapport à la valeur de votre position (à partir d’un nominal supérieur à 10 000 euros, les sommes commencent malgré tout à se compter en dizaines d’euros), vous conviendrez qu’il vaut toujours mieux que cet argent soit dans notre poche plutôt que dans celle de notre courtier.

Evoquons maintenant la question de la liquidation mensuelle qui, si vous êtes déjà intervenu sur le SRD, vous sera forcement familière.

Avec les CFD pas de liquidation mensuelle

Quand vous faites du trading sur le SRD, il y a une liquidation mensuelle qui intervient quatre séances avant la fin de mois.

En d’autres termes, il devient alors délicat de prendre position quelques jours avant que cette liquidation intervienne. Cela rend donc impossible le trading sur le marché deux ou trois jours avant cette date. Vous passez donc potentiellement à côté des opportunités de marché qui pourraient se présenter durant cette période.

Bien sûr vous avez l’alternative de proroger vos positions déjà ouvertes, les rollers, mais cela a un coût. Ce dernier est d’ailleurs loin d’être négligeable. Au final donc, cela ne fait que grever quelques points de rentabilité à votre trade. En ce qui me concerne sur les CFD, la comparaison est assez rapide. En effet, il n’y a tout simplement pas de liquidation.

Pour finir, intéressons-nous aux commissions inhérentes à toute prise de position.

Frais de transaction réduits

Sur le SRD, les commissions que vous devez céder à votre courtier varient en général entre 0,1% et 1% du nominal de votre position. Même si on n’est loin des tarifs pratiqués sur les warrants (l’effet de levier sur le SRD reste beaucoup plus faible), cela peut quand même vous coûter jusqu’à 1% de votre investissement !

A peine positionné pour 5 000 euros sur Lafarge, vous « perdez » instantanément jusqu’à 50 euros ! C’est déjà trop.

En ce qui me concerne, mes prises de positions CFD sur actions me coûtent uniquement 0,1%. Pour ce qui est des indices, il n’y a même aucune commission, le broker se rémunérant avec un léger écartement du spread de cotation.

Par exemple, pour une prise de position sur le CAC 40, le spread de cotation est de 3 points chez Saxo Banque, de 2 points chez IG Markets, et de seulement 1 point chez WH Selfinvest — chez ce dernier, comptez malgré tout une commission supplémentaire de 3 euros par ordre.

En résumé donc, que ce soit pour les coûts des tenues de position ou encore les commissions de positionnement, le point mort de votre position via les CFD est dans tous les cas bien plus bas que sur le SRD.

Pour vous rendre compte de l’objectivité de mon argumentaire, je vous invite à faire le test vous-même avec les plates-formes de démonstration disponibles chez la plupart des brokers. Comparez, et revenez vers moi si je vous ai menti.

Mots clé : - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire