Ces valeurs moyennes qui ont épuisé leur potentiel de revalorisation

Rédigé le 4 septembre 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

On entend souvent dire que les mid caps performent mieux que les blue chips du CAC 40. Si la tendance se vérifie sur le long terme, gardez-vous tout de même de tout jugement hâtif – surtout pour investir actuellement sur les valeurs françaises hors CAC 40.

Les small et mid caps sont moins soumises aux grands mouvements de marché reflétés par le CAC. Je m’explique : une réallocation d’actifs d’un grand investisseur institutionnel entre valeurs européennes et valeurs des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) n’a pas d’incidence particulière sur une PME cotée dans laquelle un grand fonds de pension n’investira jamais, ou tout du moins pas tant qu’elle ne devient pas une grosse mid cap à l’échelle européenne.

• Surperformance des petites valeurs

Les small caps ont donc été moins touchées par l’accès de faiblesse observé sur les marchés depuis la mi-août, que les grandes valeurs de l’indice – affectées notamment par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, Syrie en tête.

La semaine dernière, l’indice CAC Small est ainsi resté quasiment stable (-0,6%) pendant que le CAC 40 perdait 3,3%. De même, plusieurs valeurs se sont distinguées par de belles performances boursières : +14,9% pour le laboratoire homéopathique Boiron (FR0000061129), +7% pour l’exploitant de maisons de retraite Korian (FR0010386334) et +6,4% pour l’éditeur de logiciels pour pharmacies, Pharmagest interactive (FR0000077687).

Ces belles performances illustrent le bon accueil fait à des résultats de bonne facture. Boiron, par exemple, a publié un résultat opérationnel en très forte progression : +147% à 43 millions d’euros ! La rentabilité opérationnelle atteint ainsi 15,6% contre 6,3% par rapport au S1 2012. Hors charges de réorganisation, elle s’élèverait même à 17,8%, un niveau record pour un premier semestre. Malheureusement, avec un cours autour de 45 euros qui a presqu’atteint sa valeur d’équilibre (47 euros), il est trop tard pour profiter de la hausse.

• Gare aux multiples trop élevés

Autre valeur qui a épuisé son potentiel de hausse, Eurofins Scientific (FR0000038259). Le spécialiste des laboratoires d’analyses pour les marchés de la pharmacie, de l’alimentation et de l’environnement a publié de solides résultats semestriels avec un CA de 570 millions d’euros (+19% en publié, +6% en organique). Et les niveaux de marge s’améliorent : +0,3 point à 13,7% pour l’EBITDA et +0,2 point à 8,2% pour la marge opérationnelle courante.

Les chiffres sont corrects mais le marché anticipe un scénario de redressement de la rentabilité moins rapide pour les années à venir. En effet, Eurofins Scientific a engagé des coûts de restructuration importants sur la société IPL, acquise fin 2011 dans une situation critique. Celle-ci tarde à se redresser et le groupe accuse des pertes. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre une marge d’EBITDA supérieure à 20% et une MOC de 14% comme évoqué par le management à l’horizon 2017 (pour un CA de 2 milliards d’euros).

Surtout, les multiples de valorisation me semblent démesurés avec un PER de 38. D’où la glissade du cours depuis son pic historique atteint cet été à 191,90 euros.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Les PME françaises sont le fer de lance de l’économie… » – N.S.

Découvrez les conseils d’Eric Lewin pour soutenir nos PME et bien-sûr, en tirer de jolies plus-values ! Depuis le lancement de son service, Eric a permis à ses lecteurs d’engranger plus de 15% de performance grâce à sa sélection de valeurs : profitez-en à votre tour…

Mots clé : - - -

bernardlabrosse
bernardlabrosse

Un commentaire pour “Ces valeurs moyennes qui ont épuisé leur potentiel de revalorisation”

  1. RT @SCConfidentiel: Ces #midcaps qui ont épuisé leur potentiel de revalorisation… http://t.co/wgRDxXdKvd

Laissez un commentaire