Cela ne se fait pas de dénoncer la Deutsche Bank !

Rédigé le 19 novembre 2014 par | Big caps Imprimer

Cela fait des années que nous attirons votre attention sur la plus vulnérable des banques systémiques d’Europe mais largement épargnée par les médias qui respectent l’omerta… Cela ne se fait pas de dénoncer la Deutsche Bank (principale cliente de la BCE) comme étant la banque la plus dangereuse du continent et peut-être même du monde !

Ce tabou a été brisé hier par le Tageszeitung que l’on peut difficilement soupçonner d’être « mal renseigné ».

Les enquêteurs du Tageszeitung mettent en évidence le levier faramineux que nous dénonçons sans relâche et que pratique toujours la Deutsche Bank : elle a un levier de 50 par rapport à ses fonds propres, soit 8 fois plus que la moyenne pratiquée par les banques américaines.

Cette situation qui remonte à la présidence de Josef Ackermann (l’ex-CEO de la Deutsche Bank) n’a pas été « adressée »… comme on l’exprime de façon politiquement correcte.

L’objectif de 25% de rentabilité des capitaux propres avant impôts (une vrai folie quand on songe que la croissance économique se situe vers 3% en période optimale et qu’un ROI de 10% est une bénédiction) n’a pas vraiment été abandonnée et qu’avec la pseudo-reprise, les effets de levier sont repartis de plus belle.

Que Deutsche Bank se retrouve confrontée à une contraction de 2% de la valeur de ses engagements à terme, qu’une seule contrepartie lui fasse défaut sur un swap, et ses fonds propres seraient instantanément vaporisés.

Les marchés peuvent continuer de progresser sereinement : les stigmatisations médiatiques ne s’étendent pas au-delà des banques slovènes ou des petites banques italiennes.

 Ph.B

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire