"Ceci n'est pas une dévaluation" (Xi Jinping façon Magritte) | La Bourse au Quotidien


« Ceci n’est pas une dévaluation » (Xi Jinping façon Magritte)

Rédigé le 5 juillet 2018 par | Taux & Devises, yuan Imprimer

Dévaluation du yuan renminbiPékin fait un peu dans le surréalisme en affirmant « ceci n’est pas une dévaluation ».

La phrase a produit son petit effet puisque le yuan, qui avait chuté mardi jusque sur un plancher de 6,72 face au dollar (soit -5% en trois semaines) remontait en 24h vers les 6,64.

La guerre des changes n’aura pas lieu

Vous pouvez donc croire la PBOC sur parole : « La Chine ne mène pas une guerre des changes » et « le yuan ne servira pas d’arme défensive dans le cadre d’un éventuel conflit commercial ».

Autrement dit, c’est le marché qui a tout fait et précipité la devise chinoise de 6,40 le 12 juin vers 6,72 (elle culminait à 6,26 le 15 avril dernier).

Yuan en dollars américains

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Ombres chinoises

Sauf que le cours du yuan n’est en aucun cas déterminé par le libre jeu de l’offre et de la demande sur le Forex puisque c’est la Banque Centrale elle-même (la PBOC) qui fixe chaque matin le corridor de fluctuation du renminbi, et notamment quel sera le plancher ou le plafond du jour.

Elle pourrait tout aussi bien figer sa parité entre 6,63 et 6,66 yuan par dollar jusqu’aux élections de mi-novembre aux Etats-Unis si la fantaisie lui en prenait.

La dépréciation du yuan, arme de destruction massive de Pékin

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire