Ce que nous disent les IPO de l’avenir

Rédigé le 24 janvier 2013 par | IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

Par Pierre Havez

Je vous en parlais dans une précédente chronique : la prudence reste encore de mise sur le segment des mid et small caps. Il y a certes un certain regain d’optimisme mais les investisseurs semblent encore sur la réserve. 2012 a été décevante et, malgré une performance annuelle toutefois acceptable pour le CAC Mid & Small, force est de constater que le dynamisme manque encore d’entrain. Le nombre d’introductions en Bourse nous l’atteste.

Cette année, il y a eu en tout et pour tout 21 opérations : une demi-douzaine sur le Nyse Euronext, idem sur Alternext et 9 sur le Marché Libre. A titre de comparaison, en 2011, les deux premiers indices cités plus haut comptabilisaient 23 IPO – contre une petite douzaine donc en 2012 si vous m’avez suivi. Attention cependant à ne pas tirer de conclusions hâtives ! Cet état des lieux nécessite en effet une analyse plus approfondie si l’on veut tirer quelques informations utiles en termes d’investissement.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Profitez du nouvel ordre mondial ! A la clé : des gains à 2 ou 3 chiffres…

Alors que tous les regards sont tournés vers la crise européenne, la Chine prépare le plus grand hold-up de tous les temps.

Les informations découvertes par notre spécialiste pourraient vous permettre d’en tirer parti – à condition de ne pas attendre pour en profiter : tout est révélé dans son message spécial…

Deux marchés, deux ambiances

Penchons-nous plus attentivement sur ces fameuses IPO. Premier constat : elles se font rares sur les compartiments B et C d’Euronext Paris, qui regroupent les petites et moyennes valeurs dont la capitalisation boursière est inférieure à 1 milliard d’euros. Ce marché réglementé a connu pour la troisième année consécutive un solde négatif entre les entrées (7,2 milliards d’euros de capitalisation) et les sorties (8,2 milliards d’euros). Pire, si l’on exclut la double cotation de Solvay qui a intégré le CAC 40, les capitalisations cumulées des IPO sur Euronext – ID Logistics et Inside Secure (FR0010291245) notamment –, à leur date d’introduction, ne représentent que 775 millions d’euros… Ce qui est peu quand on se souvient qu’elles affichaient 92 milliards d’euros en 2005 !

Je vous invite pourtant à l’optimisme car la tendance indique indéniablement une reprise de l’activité. Les 775 millions d’euros de capitalisation cumulée des IPO 2012 d’Euronext s’avèrent ainsi largement supérieurs aux 165 millions d’euros comptabilisés en 2011. Autre note positive : le montant des fonds levés a atteint 251 millions d’euros cette année, dépassant ainsi les 150 millions de 2011.

Tournons-nous maintenant du côté d’Alternext, le compartiment de marché régulé mais non réglementé des petites et moyennes entreprises (PME). Ce segment a connu une année décevante avec seulement 208 millions d’euros de capitalisation additionnelle. Mais, sur ce montant, seuls 120 millions d’euros sont relatifs aux introductions en Bourse – le reste représentant des transferts en provenance d’autres compartiments –, soit un des plus bas niveaux de l’indice depuis sa création en 2005 ! Et ce n’est guère mieux du côté des 196 millions d’euros de capitalisation qui sont sortis d’Alternext en 2012 : 28% correspondent à des liquidations, le solde restant concernant des rachats de sociétés. Pas vraiment de quoi convaincre les investisseurs…

Santé et nouvelles technologies à l’honneur

Si vous doutez de la pertinence d’investir sur l’un de ces segments, je vous encourage à lire jusqu’au bout ma démonstration. 2012 est ainsi la première année, depuis 2010, durant laquelle les transferts ont été moins importants que les IPO.

Par ailleurs, sur les 6 IPO d’Alternext, 4 sont des sociétés dites medtechs ou biotechs. A titre indicatif, sur les 11 opérations d’introduction réalisées en 2011 sur ce même indice, seulement 3 relevaient de ce secteur. Alors qu’à l’origine Alternext avait pour vocation de regrouper des valeurs de croissance, le transfert de groupes industriels tels que Groupe Guillin (FR0000051831) ou Piscines Desjoyaux (FR0000061608) ont rendu ce marché assez hétérogène.

Mais ces opérations nous apportent de précieux renseignements en matière de tendances. Tous indices confondus cette fois, 38% des introductions concernent le secteur de la santé et, en particulier, celui des biotechs. 19% des IPO relèvent de valeurs technologiques. Il s’agit sans nul doute, de deux activités d’avenir pour les small et mid caps. Je vous conseille donc de les suivre attentivement.

Laissez un commentaire