Ce n’est pas parce que le marché est c*** que nous devons faire comme lui !

Rédigé le 5 août 2011 par | Autres indices, Big caps Imprimer

« Ce n’est pas parce que le marché est c*** que nous devons faire comme lui ! » Voilà, en synthèse, ce que Philippe Béchade me disait à l’instant au téléphone :

« Nathalie, écoutez : on entame une 11e séance de baisses consécutives ; on perd 20% sur le CAC 40 ; certains titres ont perdu 50% sur un mois. On ne va quand même pas VENDRE le marché ! Il n’est certainement plus question de jouer la baisse. Regardez VEOLIA ! Elle est à 11,30 euros : c’est son plus-bas de tous les temps ! Vous pensez vraiment que même dans une crise, même en récession, on n’aura plus besoin du numéro 1 mondial du traitement des eaux !? STM a perdu plus de 30% et ne vaut MEME PAS son cash flow ! ALCATEL a perdu 40%… Comment voulez-vous ne pas acheter ! »

« Oui, mais Philippe… ok, je ne dis pas que c’est le moment de vendre les titres de son portefeuille, ni de shorter le marché… mais de là à acheter ? Le marché est complètement irrationnel, absurde. Vous ne pensez pas qu’il vaut mieux attendre encore un peu que ça se calme, voir ce que ça donne, voir si on revient sur les 3 000 points ou si on entame un rebond ? Pourquoi on ne reviendrait pas sur les 2 980 et sur les 2 400 points là ? C’est quand même le sauve-qui-peut généralisé, le contexte est pourri. Pourquoi on s’arrêterait maintenant ? »

(Déjà, mercredi dernier, j’avais du mal à vouloir jouer un rebond, comme je l’expliquais dans mon article.)

Vous voyez, cher lecteur, que je tente une maigre argumentation face à Philippe – ce qui ne sert évidemment à rien tant il exulte et est convaincu de sa stratégie depuis quelques séances.

« Mais Nathalie ! Arrêtez ! Il y a bien plus d’upside que de risques de baisse voyons ! Est-ce qu’il y a plus à gagner en tentant un short ou en achetant des titres qui ont déjà perdu plus de 50% ? Réfléchissez deux secondes ! Ce n’est pas parce que le marché est c***, programmé par des polytechniciens crétins qui développent des algorithmes débiles, qu’il faut être plus c*** qu’eux !

Je ne dis pas qu’en achetant aujourd’hui nous achetons au plus bas. Oui, le marché va peut-être encore perdre 200 points. Si ça se trouve, la purge n’est pas finie et, lundi, nous aurons un nouveau krach. Ils vont peut-être nous amener le CAC 40 sur les 3 000. Et alors ? On se renforcera.

C’est comme ça que l’on doit raisonner en Bourse ; c’est comme cela que l’on investit. On achète des ‘valo’ absurdes pour du moyen terme. Et là, si on n’achète pas MAINTENANT, on n’achètera jamais.

Dites à vos abonnés et lecteurs d’acheter le marché maintenant. Je leur explique tout cela, et je leur dis quoi et comment sur le Téléphone Rouge mais je commence à ramasser des titres de qualité qui ont déjà perdu 50%. [Ndlr : si vous voulez avoir son analyse compète, écoutez Philippe au 0899 88 20 36*. Et pour ceux qui avaient suivi ses conseils de vente de LVMH et VALEO, sachez que Philippe conseille de se racheter].

Bon. Sinon, je suis invité à 14h00 sur BFM cet après-midi, où je ne vais pas me gêner pour dire ce que je pense et expliquer que c’est maintenant qu’il faut acheter ».

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

Avez-vous ces cinq valeurs en portefeuille ?

Elles pourraient être la clé des profits en 2011 : simplement, facilement et en toute simplicité. Mettez-les au fond de votre portefeuille, oubliez-les… et rendez-vous en fin d’année pour voir où en sont vos profits !

Tout est là…

____________________________________________________________________________________________________

Eh bien… voilà cher lecteur. Vous savez ce que pense notre équipe. Mercredi, dans le Billet du Trader, Sébastien et Mathieu conseillaient de commencer à passer à l’achat. Philippe s’y met depuis hier. Remarquez, cela ne m’étonne pas ; en bon contrarien, vous savez que c’est quand tout le monde vend, au plus fort de la tourmente, qu’il faut acheter.

Tenez, si vous voulez aller plus loin, Philippe Béchade a complété son analyse en m’envoyant un texte, que vous pouvez lire ici.

* 1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.
Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.
Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : - - - -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Un commentaire pour “Ce n’est pas parce que le marché est c*** que nous devons faire comme lui !”

  1. […] 3 et 5 août derniers, déjà, nous vous avions expliqué dans ces lignes que c’était le moment où […]

Laissez un commentaire