Après la Grèce, l’Irlande : quel potentiel de baisse ?

Rédigé le 29 septembre 2010 par | Autres indices Imprimer

Par Mathieu Lebrun analyste et responsable d’un service de trading sur CFD

Alors que la situation de la Grèce semble — temporairement — s’atténuer, c’est un autre « mauvais élève » de la Zone euro qui est revenu sous les feux de la rampe la semaine dernière : l’Irlande. En effet, malgré le succès du placement obligataire (très attendu) en début de semaine dernière, l’annonce d’une contraction inattendue du PIB au deuxième trimestre a ravivé les craintes des investisseurs.

Prix des obligations au plus bas/CDS au plus haut
En effet, le pays a été l’un des plus ballotés durant la crise avec de nombreux sauvetages surtout dans le secteur bancaire, qui ont énormément coûté au gouvernement. Au vu des dernières statistiques, le bout du tunnel semble encore loin. Pour preuve, après une croissance de 2,2% au premier trimestre, le PIB du deuxième trimestre s’est contracté de 1,2%. Le plus inquiétant est qu’ici les économistes attendaient une croissance !

En conséquence, la sanction des marchés ne s’est pas faite attendre. La prime demandée par les investisseurs pour détenir des obligations irlandaises à 10 ans (par rapport aux équivalents allemands, les plus sûrs du marché) a inscrit un nouveau plus haut à plus de 450 points de base. Ce niveau est visible sur le graphique des CDS associés à la signature irlandaise (visible ci-dessous).

Graphique des CDS irlandais
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

En lien direct, les taux d’intérêts des obligations du pays, qui évoluent en sens inverse des prix (et que je vous montre ci-dessous) ont atteint un plus haut (depuis 1999) à plus de 6,7%.

du pays évoluent en sens inverse des prix
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Résultat : l’indice local sous-performe fortement les autres places boursières depuis plusieurs mois, et le potentiel de repli semble loin d’être épuisé.

L’ISEQ sous pression… quel potentiel de baisse ?
Pour mieux comprendre les problèmes du pays, il suffit de jeter un oeil à la composition de son indice de référence, l’ISEQ (Irish Stock Exchange).

En effet, comme on le constate avec la répartition ci-dessous (avant l’éclatement de la crise des subprime), l’indice est fortement pondéré en services financiers (banques principalement) et en valeurs de la construction. Aïe… Pour ne citer que les plus connues et liquides, on remarquera des valeurs comme Anglo Irish Bank ou Bank Of Ireland dans le secteur financier, CRH dans la construction… Autant dire donc les segments les plus « touchés » par l’éclatement des subprime.

Composition de l'ISEQ
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Graphiquement, la situation de l’indice irlandais n’est guère encourageante.

En effet, l’ISEQ évoluait depuis un an dans un large canal de consolidation horizontal entre 2 800 et 3 500 points. Fin août, on a déjà eu une sortie par le bas. Notez également la présence d’une ligne de résistance descendante de court terme qui coiffe les cours depuis mai dernier.

Du côté des indicateurs techniques journaliers, le MACD évolue toujours en territoire négatif et reste sous sa ligne de signal.

Dans ces conditions, tant que les 3 000 points ne sont pas dépassés, le risque reste bel et bien à la baisse. Les objectifs de repli ne sont en effet pas épuisés.

La première cible de Fibonacci se situe sur les 2 480 points. En extension, la cible finale se situerait surtout sur les 2 300 points (projection de Fibonacci de 100% de la hauteur du range horizontal reporté depuis le point de sortie).

Analyse technique de l'ISEQ
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Aussi, si la réduction des déficits et les mesures prises depuis un an vont dans le bons sens, le risque d’un nouveau ralentissement économique ou encore le spectre d’une nationalisation forcée d’un établissement bancaire sont autant d’éléments qui risquent bien de continuer à tétaniser le marché au cours des prochaines semaines…

Mots clé : - - - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire