Trader sur le pit du CBOE : mon expérience peut devenir la vôtre (2)

Rédigé le 23 février 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Après avoir fait l’ouverture entre les brokers et les market makers et après une visite des services d’exécution et d’opérations techniques du CBOE, je finis donc sur le pit du VIX — moitié à la criée, moitié électronique.

Dominic Salvino (MOD) commence par me montrer comment il s’organise avec les autres market makers pour négocier les contrats en fonction des positions symétriques ou non qu’ils ont en stock. 15 minutes plus tard, je solde mes positions depuis un bureau un peu plus calme — c’est plus simple pour trouver une contrepartie ici au coeur de la Bourse mythique de Chicago.

Le CBOT, carrefour entre la tradition et l’électronique

A 10h30, je commence ensuite mon tour sur le parquet du CBOT (Chicago Board of Trade). Le bâtiment a été construit en 1929 juste avant le krach… C’est le marché où se traitent certaines grandes matières premières.

A ma grande surprise je découvre que 95% des options sur le maïs sont encore traitées à la criée (open outcry) alors que 95% des contrats futures sont échangés électroniquement. A croire que le « tout électronique » n’a pas encore réussi à remplacer l’homme sur les parquets de Chicago.

Même si tous les traders utilisent des ordinateurs tactiles très sophistiqués pour exécuter leurs ordres et se couvrir, ils écrivent encore sur des bouts de papier les transactions qu’ils passent. Il est vrai que pour passer des grosses quantités sans être remarqué par les autres market makers, c’est plus simple de négocier d’un pit à un autre. Après avoir discuté pendant 30 minutes avec Van, ce trader exceptionnel de 58 ans qui pèse 50 millions de dollars, pour prendre la température et parler de ses vieux souvenirs d’antan — il fait partie de l’histoire des grains à Chicago — je me dirige vers le pit du soja qui est un des plus traités ici.

Du bruit et du bruit : « buy 1 500 calls », « hedge and move !« . Encore beaucoup de traders négocient leurs gros contrats avec les sociétés les plus importantes ici. L’ambiance est très proche de celle du CBOE. Les market makers parlent tous plus fort les uns que les autres afin de traiter telle ou telle matière première. Un trader lève le bras en hurlant et tourne sa main pour dire d’acheter 12 000 calls. Les autres market makers se ruent sur lui pour avoir une part de ses contrats en contrepartie, « got 500« , « got 1 000 to go« , tout ça devant mes yeux ! Ici, le commerce c’est sacré.

Une expérience hors du commun

Cette expérience est inouïe, elle est unique. Voir ainsi battre le coeur de la Bourse de Chicago ne peut se présenter qu’une fois dans la vie. Et il ne sera probablement plus possible de vivre cela d’ici quelques années à cause du « tout électronique ». Je sais que je dois mon succès en trading à tous ces market makers qui m’ont appris les ficelles du métier.

Je vous en ai déjà parlé, vous aussi vous aurez prochainement la possibilité d’apprendre à trader depuis le Chicago Board Options Exchange en septembre 2010 (cinq jours intensifs). Vous visiterez le parquet de la Bourse et prendrez part à une séance de trading dans le pit du S&P avec les traders vétérans du CBOE. Vous pourrez alors comprendre comment font les market makers et parlerez directement avec eux.

Romain Delacretaz intervenant en salle de cours de trading au CBOE

Romain intervenant en salle de cours de trading au CBOE

Cela vous intéresse ? Contactez-moi à billetdutrader@publications-agora.fr. Attention, seulement quinze personnes seront autorisées à y participer.

Mots clé : - -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

Laissez un commentaire