Trader sur le pit du CBOE : mon expérience peut devenir la vôtre

Rédigé le 22 février 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

J’ai passé la semaine dernière à Chicago. Plus précisément, j’étais chaque jour sur le pit du CBOE – la bourse des options. Cette expérience est unique, c’est une occasion qu’on ne peut avoir qu’une fois dans sa vie ! Et il ne sera probablement plus possible de vivre cela d’ici quelques années, car tout devient électronique, même ici… Mais en attendant, après être passé par la toute petite porte, j’ai au fur et à mesure des années creusé ma place parmi eux, et j’ai la chance de pouvoir me rendre régulièrement sur cette Bourse mythique pour trader. En fait, ce que je préfère, c’est y être le jour d’expiration des options (mardi dernier donc) ; car l’ambiance est tout simplement… explosive.

Mais commençons par le début : l’ouverture.

L’heure des premières palpitations Une heure avant l’ouverture, les brokers arrivent un par un et se préparent tranquillement pour la journée rush. En effet mardi dernier, c’était le jour d’expiration des contrats sur le VIX, donc beaucoup de contrats vont s’échanger sur le pit du S&P également. Ensuite les market makers s’installent progressivement pour former des petits groupes. Ils portent tous des vestes de couleurs différentes pour que les brokers puissent les reconnaître à chaque instant.

Deux minutes avant l’ouverture (8H30 ici — 9H30 à New York — 15H30 à Paris), tout le monde est dans les starting blocks afin de faire passer les gros ordres de la veille et ceux de la pré-ouverture. Ce moment est crucial pour un market maker : il doit pricer parfaitement les options qu’il doit couvrir car, à l’ouverture, les quantités passées ici peuvent faire varier les cours des options. Elles ont également un fort impact sur le cours des actions.

Market maker, un métier de fou ! Je vous rappelle qu’en tant que market maker, je prends le risque immédiatement à la transaction effectuée puis je me couvre en delta neutre en achetant ou vendant les titres sous-jacents à mon contrat option.

Bref, pour un day trader ce n’est déjà pas facile de passer des ordres à l’ouverture parce que ça bouge beaucoup… mais imaginez, en tant market maker. Vous devez en plus surveiller que le prix que vous affichez est correct en tenant compte de la volatilité qui change à tout moment. En fonction de cela vous devez décaler votre fourchette de cotation et accepter les ordres à chaque transaction. Enfin et simultanément vous devez passer un ordre d’achat ou de vente sur actions pour vous couvrir… Le tout dans un environnement de 200 concurrents qui sont tous concentrés dans 50m2 ! C’est un métier hallucinant !

8h30, c’est l’effervescence !

8H30, la cloche sonne, c’est parti : « Buy 8 000 call spreads 1080/1085 for a dime« , « Joe’s got 18 000 puts 1075« , « move, move !« …

Une ambiance hors du commun se dégage de ce périmètre très convoité. Tous parlent à voix haute pour se faire entendre par les brokers, le but étant d’acheter et de vendre ce qu’ils pensent être de bons deals. Ils font des gestes invraisemblables désignant la quantité d’options qu’ils achètent ou vendent. Ils scrutent d’un oeil les ordres de leurs concurrents tout en surveillant le tableau de cotations défilant à toute allure.

Les brokers, sur les côtés, eux essaient de voir ce que les gros concurrents ont à offrir, espionnant à leur tour les faits et gestes des market makers. La base de tout commerce ici repose sur l’offre et la demande… Il faut dire qu’ils ont intérêt à faire tourner le business, s’ils veulent avoir leur siège au CBOE (Chicago Board Options Exchange) comme market maker. Cela coûte 2 millions de dollars, il faut en passer des contrats à 5 cents de « bid-ask spreads » !

Bob, personnage incontournable du CBOE Heureusement, ici tout est organisé par le CBOE pour faciliter l’accès aux services d’exécution les plus rapides et les plus performants au monde.

D’ailleurs, mardi dernier (oui, oui ! Habituellement le jour d’expiration des contrats d’options est le troisième vendredi du mois, mais sur le VIX c’est le mardi qui précède ou qui suit… Peu importe, il y a de l’ambiance sur le parquet ! ), mon ami Bob — directeur des services d’exécution du CBOE — m’a invité à faire les règlements des contrats options de février pour le VIX avec tous les déséquilibres liés à l’ouverture. Il faut négocier avec les liquidity provider (ceux qui fournissent la liquidité au Marché) pour qu’ils acceptent de prendre les ordres restants avant l’ouverture.

Romain (à gauche) et Bob (à droite) au coeur des opérations dans le pit du S&P.

Romain (à gauche) et Bob (à droite) au coeur des opérations dans le pit du S&P.

Cela fait plus de 30 ans qu’il travaille ici, et croyez-moi, il court toujours à droite ou à gauche pour aider un market maker qui aurait un souci pour une exécution. Deux minutes après, c’est un broker qui l’appelle pour faire passer un gros paquet d’ordres ; et juste au moment où il se pose pour souffler, Lou — qui supervise le pit du S&P — vient le chercher pour les volumes de transactions à corriger.

Il n’arrête jamais, un coup sur le pit du S&P, un autre sur celui du VIX… Il m’a quand même promis d’aller manger le « best Chicago Cut » le lendemain soir, un énorme steak coupé façon Chicago. Je lui fais confiance pour ça ! A présent, il faut que je file au « Board of Trade » comme on aime le dire ici. Mais Bob insiste pour aller voir les traders sur le pit du VIX. OK Bob on y va… En attendant, je vous retrouve demain pour vous raconter la manière dont se traitent encore les matières premières : à la criée !

Etre au contact des 250 traders, market makers et brokers les plus expérimentés de la planète à l’ouverture de la Bourse est un moment intense, grisant et inoubliable. Il faut vivre cette expérience pour la comprendre, mais sachez que pour un trader c’est le Nirvana. Alors si dès à présent vous vibrez comme moi pour ce type d’expérience, sachez que j’organise en septembre un séjour diplômant pour les traders particuliers. Ils pourront venir se former sur le CBOE, et trader en direct. Je ne peux emmener que 15 personnes avec moi. Alors si cela vous intéresse, contactez-moi en écrivant à : billetdutrader@publications-agora.fr

A demain pour la suite !

Mots clé : -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

Laissez un commentaire