La Bourse au quotidien

Analyses et conseils boursiers indépendants

Casino et Conforma : même combat !

Par Eric Lewin20 Sep 2016

Les acteurs du secteur de la distribution doivent sans cesse innover, trouver des solutions intelligentes pour améliorer leurs parts de marché, adopter des stratégies de combat pour exister dans un monde ultra-concurrentiel.

C’est cette logique qu’il faut retenir pour expliquer l’alliance scellée entre Casino et  Conforama.

La nouvelle centrale d’achats non alimentaires, baptisée Mano, permettra d’optimiser les achats auprès des fournisseurs de produits électroménagers pour les marques Conforama, bien sûr, mais également Cdiscount, Géant, Monoprix ou encore les supermarchés Casino.

Les achats réalisés en commun représenteront environ 1,3 Mds€, ce qui devrait dispenser les deux groupes de l’obligation de soumettre ce projet à l’autorité de la concurrence – les montants ne sont pas assez importants et il n’y a donc pas de risque de monopole. De même, les synergies attendues devraient être de l’ordre de 30 M€ par an pour Casino.

Ce partenariat va également permettre d’avoir des conditions optimales en termes d’achat : dans ce secteur ultra-concurrentiel, gagner 0,1% de rentabilité est un exploit ! Il faut vraiment se battre sur tout…

Une manière pour Casino de redresser la barre

  • Pour Conforama, il s’agit de réagir très vite et de prendre une revanche sur l’histoire boursière récente. Rappelez-vous, au printemps dernier, Conforama, filiale du géant sud-africain Steinhoff, avait dû renoncer à prendre le contrôle de Darty après une bataille boursière homérique de plusieurs mois avec la Fnac…
  • Pour Casino, il ne s’agit pas d’une réponse stratégique et boursière, mais de la nécessité de redresser ses marges après une baisse de la rentabilité opérationnelle courante au 1er semestre, passée de 1,8% à 1,6% entre le premier semestre 2015 et 2016. Le groupe vise toujours un résultat opérationnel courant de 500 M€ sur l’ensemble de l’exercice, ce qui est un objectif trop important si l’on en croit l’analyse de Morgan Stanley.

Et il en va de même pour les prévisions de chiffre d’affaires : UBS indiquait récemment qu’une croissance organique supérieure à 1,5% sur l’ensemble de l’année serait bien difficile à atteindre étant donnée la guerre de prix entre les distributeurs. Bernstein a dégradé le dossier, pour tenir compte de la morosité du secteur, aussi bien en termes de recommandation que d’objectif de cours (51 contre 70 €).

Alors doit-on lâcher le dossier ?

Méfiance : quand les analystes vont tous dans le même sens, on peut assister à de vraies surprises. Surtout que le titre cote autour de ses plus bas historiques, indiquant que le marché est assez unanime sur ce dossier.

160920_casino

Casino – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je ne dis pas qu’il faut se précipiter sur le titre, mais avec une baisse de 57% en un peu plus de deux ans, qui voudrait encore vendre ? Casino est l’une des cinq plus mauvaises performances du SBF 120 sur 3 ans avec Vallourec, Maurel & Prom, Neopost et EDF.

Il est à mon avis trop tard pour sortir du dossier, d’autant les ratios boursiers de Casino sont très abordables désormais : PER de 14 et rendement supérieur à 7%.

La hausse de 2,5% du titre en clôture hier soir, suite à l’annonce du partenariat avec Conforama, va donc dans le bon sens aux yeux des investisseurs. Alors il faudra du temps pour que le titre soit à l’achat et regagne le terrain perdu, mais au moins, le groupe fait en sorte d’inverser la tendance !

photo auteur

Eric Lewin

Rédacteur en Chef de La lettre PEA et de Mes Valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de « La lettre PEA » des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

Eric Lewin est également rédacteur en chef de « Mes Valeurs de Croissance » et fait bénéficfier ses lectuers de conseils de tout premier ordre pour profiter du potentiel exceptionnel de croissance des Mid & Small Caps.

Voir les articles de Eric Lewin

Infos Bourse, News & Opportunités

Suivez nous sur Facebook

Retour en haut

Si vous souhaitez recevoir des informations en exclusivité sur les IPO, OPA, augmentations de capital et autres opérations financières des partenaires de La Bourse Au Quotidien, inscrivez-vous ici :