Caterpillar truque son cours de Bourse… mais révèle les réelles tendances des marchés

Rédigé le 23 juillet 2015 par | Big caps Imprimer

Les commentaires trimestriels de Caterpillar (US1491231015 CAT) sur l’activité mondiale sont toujours éclairants.

Non pas que les engins de chantier constituent une part majeure de l’économie mondiale… mais ils sont le meilleur reflet de la conjoncture « réelle », pas de celle qui agrège l’activité des secteurs liés à l’économie financiarisée (économie de « bulle ») et qui permet aux magiciens de la statistique de produire des chiffres de croissance étourdissants alors que tous les voyants passent au rouge.

Caterpillar constate donc que la croissance économique mondiale faiblit et qu’une sévère récession affecte le secteur minier. Les ventes d’engins liées à la construction en Chine et le Brésil se contractent. Partout où l’activité est liée au secteur pétrolier, c’est la déprime mais l’Europe – quoiqu’en repli –  résiste un peu mieux que prévu aux turbulences grecques.

Au global, l’économie mondiale reste relativement stagnante

En Chine, la baisse des ventes dédiés la construction résidentielle devrait se poursuivre. Au Japon, c’est l’effet devise négatif qui affecte les résultats.

L’activité minière décline partout, aussi bien en Asie et Asie du Sud-Est qu’en Amérique du Sud. En Amérique du Nord, la contraction des ventes s’accélère au Texas et dans tous les Etats dont le shale oil constituait le moteur quasi-unique de la croissance.

Caterpillar ne manquera pas de faire oublier tous ces désagréments (et le recul de 2% de son chiffre d’affaires à 49 Mds$) par des rachats massifs de titres : un programme de 1,5 Mds$ est déjà à l’œuvre pour 2015 mais cela fait « petit bras » à côté des 4,2 Mds$ de 2014.

Il va donc falloir que CAT mobilise toute sa trésorerie au second semestre pour assurer le maintien artificiel de son cours de bourse qui vient de passer dans le rouge sur l’année 2015 mercredi soir.

Rassurez-vous : envoyer le bulldozer financier pour aplanir les irrégularités conjoncturelles reste une « spécialité maison ».

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire