La fin du carry trade ?

Rédigé le 8 décembre 2009 par | Matières Premières Imprimer

La statistique sur l’emploi aux Etats-Unis au mois de novembre est ressortie meilleure que prévue vendredi dernier, avec 11 000 emplois perdus alors que les analystes en attendaient 125 000 de moins. Le taux de chômage ressort en légère baisse de 10.2% à 10%.

Pour la première fois depuis plus de deux ans, la situation sur le front de l’emploi semble donc se stabiliser outre-Atlantique, et il n’est pas impossible que le léger mieux constaté dans les résultats des entreprises ne perdure pas dans les mois à venir.

Pour autant, alors que tout le monde devrait se réjouir de ce qui pourrait être un tournant (même s’il reste à confirmer), après une première heure euphorique à Wall Street vendredi, les investisseurs ont pris leurs bénéfices. Pourquoi cela ?

En particulier parce que cette statistique a donné lieu à un regain de force du dollar comme on ne l’avait pas vu depuis quelque temps.

Modification de stratégie sur le carry trade ?

Mais cette bonne nouvelle économique d’un futur reflux du chômage est à double tranchant. Elle augmente fortement la probabilité que la Fed abandonne sa politique de taux très bas dans quelques mois. On peut ajouter à cela une poussée inflationniste des matières premières, or, pétrole ou cuivre.

Cette hypothèse est importante pour l’évolution du dollar qui, depuis le rebond de mars, évolue négativement par rapport aux indices boursiers : il progresse quand la Bourse recule, et vice versa. C’est une conséquence en particulier des opérations de carry trade.

Petite explication du carry trade

Jérôme Revillier, notre spécialiste du Forex, vous l’a expliqué plusieurs fois dans ces lignes — mais une fois de plus ne fait jamais de mal. Le carry trade, c’est le fait d’emprunter une devise à rendement faible, en l’occurrence le dollar, pour acheter des actifs aux rendements plus intéressants, comme l’euro ou encore le dollar australien — ou même des actions. Simple comme bonjour : vous empruntez des dollars à un faible taux, et les placez sur les marchés actions qui surperforment largement le coût de votre emprunt !

Or, pour la première fois depuis mars dernier, vendredi, après la publication des chiffres sur l’emploi, le dollar a progressé en même temps que les marchés actions ! La corrélation qui était en place jusqu’à présent est-elle en train simplement de s’atténuer, ou bien carrément de s’inverser ?

Difficile de le dire si tôt, mais si les anticipations d’une hausse des taux se confirment dans les mois qui viennent, il s’ensuivrait une vague de dénouements sur le carry trade qui profiterait au dollar — et donnerait lieu à des prises de bénéfices importantes sur les marchés actions.

Donc si la Fed réhausse ses taux, le dollar ne sera non seulement plus aussi bon marché, mais les marché actions risquent d’en subir également les conséquences !

Une situation tendue

Pour examiner le point critique où nous sommes, je vous propose d’examiner ensemble rapidement un graphique en données hebdomadaires de l’euro/dollar.

Graphique de l'EURO/DOLLAR

On voit tout de suite que nous sommes sur le fil du rasoir. L’EUR/USD est en effet sur une oblique ascendante qui soutient les cours depuis mars dernier. Après avoir buté sous les 1.5150, l’EUR/USD a perdu trois « figures » vendredi (une figure, c’est 100 pips ; pour connaître les bases du Forex, vous pouvez vous reporter à cet article très pédagogique de Jérôme), passant à 1.4850. Il a tout simplement effacé tous ses gains de la semaine en une journée, et il a cassé son oblique de soutien. Cette variation est évidemment exceptionnelle en intraday. Mais la cassure doit être confirmée cette semaine.

La chute de l’EUR/USD se confirme !

Les indicateurs mathématiques confirment le risque de correction présent sur les cours. Le MACD hebdomadaire est passé pour la première fois depuis le début de l’année sous la ligne du 0, et le RSI à 14 semaines a cassé la droite ascendante depuis octobre 2008.

Ces deux indications nous mettent donc en garde sur une possible correction de l’euro/dollar dans les mois qui viennent, même si celle-ci doit d’abord être confirmée par une cassure plus franche de la droite de tendance.

Dans ce cas, je viserais les 1.4480, ancien plus bas de septembre, et surtout les 1.3750, anciens plus hauts de mars et retracement de 50% de la progression depuis octobre 2008.

Enfin, il sera intéressant de regarder les autres devises comme le dollar australien contre le dollar par exemple, pour voir si ce retournement du dollar est confirmé sur les principales devises où le carry trade battait son plein ces derniers mois. [NDLR : Jérôme vous en fera de toute façon profiter dans son service, car il suit toutes les paires majeures pour vous permettre de vous positionner et de jouer les devises sans prendre plus de 2% de risque. La stratégie est ultra-verrouillée, et les gains peuvent tomber TRES VITE. Pour en savoir plus sur le potentiel du Forex,… c’est par ici]

Je pense en effet que c’est un enjeu majeur pour les prochains mois, qui aurait des conséquences importantes sur l’évolution des marchés actions s’il était confirmé.

Mots clé : - - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Un commentaire pour “La fin du carry trade ?”

  1. […] mois et fait monter les actions, le yen a repris son rôle de véhicule privilégié pour le carry trading dont nous vous avons déjà expliqué le fonctionnement. Alors que la lutte contre la déflation est la priorité du gouvernement japonais, les taux bas […]

Laissez un commentaire