Carrefour : vous prenez le pari Bompard ?

Rédigé le 24 octobre 2017 par | Actions, Big caps Imprimer

Même s’il est encore un peu tôt pour l’affirmer, l’horizon semble s’éclaircir pour Carrefour (FR0000120172). Pour preuve, ses derniers trimestriels, sans être excellents, ont permis au titre de rebondir. Petit tour de force, l’action est enfin parvenue à s’extirper de la zone des 16€ dans laquelle il macérait depuis sa chute de la fin août.

Profits warning, fin de la série noire pour Carrefour ?

En fait, si un rebond a pu s’amorcer jeudi dernier, jour de la publication de son chiffre d’affaires du troisième trimestre, c’est d’abord parce que le distributeur n’a pas émis de nouveau profit warning – contrairement à fin aout.

Mieux, il a confirmé ses guidances annuelles : un CA en hausse de 2% à 4% pour un résultat opérationnel courant en recul de 12%. On se satisfait de peu mais ainsi va la Bourse. A force de pricer le pire, on oublie qu’il peut y avoir parfois de bonnes surprises, aussi minimes soient-elles.

Carrefour

Donc pas de profit warning mais un T3 encore au ralenti, avec une croissance organique à +0,5% alors que le premier semestre s’était terminé sur une progression de 2,6%. Dans le détail, la France pèse sur les comptes, avec un recul de 0,9% du CA. Si l’Europe affiche un petit +0,6%, l’Amérique latine, plutôt dynamique, sauve les résultats, avec +4,4%.

En attendant le plan Bompard

Reste maintenant à découvrir le très attendu plan du nouveau P-DG de Carrefour, Alexandre Bompard. Celui qui vient du groupe Fnac-Darty devrait, selon toute vraisemblance, mettre l’accent sur le digital, alors que le groupe est très en retard par rapport à ses concurrents.

De même, une restructuration est inéluctable pour assainir les comptes. Sont donc à prévoir quelques fermetures de magasins, des passages en franchise et autres économies pouvant aller jusqu’à 1 Md€.

Quoi qu’il en soit, il va falloir agir vite car les prédateurs, venant notamment des Etats-Unis, rodent. Le groupe est totalement OPAble, avec un flottant de plus de 60% actuellement. Bien sûr, mettre 14 Mds€ sur la table (capitalisation de Carrefour), n’est pas à la portée de toutes les bourses… mais le groupe reste une proie facile à prendre. Et d’autant plus quand on compare la capitalisation de Carrefour à celle des grands acteurs américains du secteur. Amazon pèse 472 Mds$ et Walmart 261 Mds$…

Aux cours actuels, si les intéressés commençaient à ramasser des titres, ils ne feraient pas une si mauvaise affaire… L’action est toujours sur des niveaux abordables, avec un PER de 13… Mais le dossier reste pour l’instant un pari sur le nouveau patron, Bompard.

En cas de déception sur le plan, la sanction boursière pourrait être impitoyable et précipiter le titre vers de nouveaux plus-bas.

Pour avoir plus d’analyses sur Carrefour, cliquez ici

Mots clé : - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire