CARMAT : un coup de poker philanthropique

Rédigé le 16 mars 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Je sais que mon collègue Eric Lewin, préfère rester à l’écart de ce genre société. Comme il me l’explique lui, même : « Je ne suis pas scientifique, et il m’est très difficile d’estimer la réalité du potentiel médical. Mais quand je vois que sa capitalisation boursière a atteint 568 millions d’euros alors qu’elle ne fait aucun chiffre d’affaires, même si c’est normal pour les biotechs ou medtechs à ce niveau… en tant qu’analyste financier, je ne peux sciemment recommander à mes lecteurs d’y aller. En gros, je ne sais pas analyser ce genre de boîte qui sont des paris médicaux ».

Moi, je suis un scientifique, chirurgien, passionné de biotechnologies et d’innovations médicales (si vous avez lu mon rapport spécial, j’espère que vous l’avez apprécié et que mes 5 biotechs tiendront leurs promesses !), et j’ai donc les éléments pour estimer le potentiel de ces boîtes. Voici donc ce que j’en pense.

CARMAT (FR0010907956) a publié son résultat financier de l’année 2011. Comme prévu il est largement déficitaire. Si certains sont vendeurs à l’annonce de cette nouvelle… alors ils n’ont pas compris le business plan de ce type de sociétés, emblématiques de l’innovation médicale de pointe.

Investir dans CARMAT c’est être à la fois philanthrope et joueur de poker.

Philanthrope ?

Oui, car CARMAT propose de révolutionner la prise en charge d’un fléau mondial : l’insuffisance cardiaque en phase terminale.

Il s’agit d’une maladie mortelle, évolution ultime des maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité au monde. Rien qu’en Europe et aux Etats-Unis, on dénombre 20 millions d’insuffisants cardiaques. Au stade terminal aucun médicament ne peut assurer la survie du patient, qui n’est possible que par la greffe cardiaque. Et il existe une cruelle inadéquation entre le nombre de greffons disponibles et le nombre de demandeurs en phase terminale…

La révolution CARMAT, c’est le coeur artificiel implantable. Cette pompe artificielle est le fruit d’une collaboration unique de plus de 20 ans : le Pr Alain Carpentier, spécialiste mondialement reconnu de la chirurgie cardiaque et le groupe EADS qui apporte toute son expertise dans le domaine de la technologie embarquée et de l’industrie de pointe.

Voilà pour le côté philanthropique. A la limite, c’est toujours plus valorisant que d’investir dans Total ou British Petroleum. Mais il ne s’agit pas de perdre votre argent non plus…

Alors pourquoi investir dans une société qui n’ pas encore de produit sur le marché, et donc aucun chiffre d’affaire ? Parce que le potentiel de gain est gigantesque. Oui, encore maintenant, même si elle a pris 300% depuis son IPO il y a un peu moins de deux ans. Et je vais vous le démontrer.

Joueur de poker

Un joueur de poker n’est jamais sûr de gagner sa main. Vous ne pouvez pas être certain que CARMAT réussira à commercialiser son coeur artificiel. Un joueur de poker investit dans le pot lorsqu’il pense que ses cotes de gains sont supérieures à ses probabilités de pertes.

C’est un raisonnement similaire avec CARMAT. La société n’a pas de produit à vendre pour l’instant, elle peut ne jamais en avoir, et vous perdez à ce moment-là tout votre investissement. Mais imaginez quelle serait la hausse potentielle du titre si le coeur artificiel arrivait sur le marché ! Et vous verrez si vous êtes prêt à tenter votre chance pour faire partie de ceux qui pourront profiter d’une hausse historique. Gagnez le jackpot ou tout perdre… c’est le risque à prendre.

Mais que pouvez-vous espérer gagner ?

Pour évaluer la valeur d’une start-up qui n’a pas encore de produit commercialisé il faut se fier… au marché futur.

CARMAT envisage de vendre son coeur artificiel autour de 160 000 euros. Le marché adressable est d’environ 100 000 patients par an dans le monde, soit 16 milliards d’euros (sources CARMAT).

Mais il est difficile d’estimer la part de marché lors du lancement du produit car elle dépendra de nombreux facteurs tels que le niveau de remboursement, les résultats des essais cliniques, le conservatisme du milieu médical. D’autre part il n’est pas, à l’heure actuelle, possible d’estimer la marge nette que CARMAT pourra prendre sur son coeur artificiel : 15, 30, 50% ?

Voilà à mon avis les trois gros points d’interrogations concernant la valeur :

  1. Le coeur artificiel arrivera-t-il un jour sur le marché ?
  2. Qu’elle sera sa part de marché parmi les insuffisants cardiaques ?
  3. Qu’elle sera la marge nette de CARMAT lors de la vente de ses produits ?

A partir de ses hypothèses on peut effectuer plusieurs simulations. Et vous allez voir que cet investissement hautement spéculatif peut très vite se transformer en véritable pépite.

Pour illustrer mon propos je prendrai comme référence le PER (Price Earning Ratio).

PER = cours de l’action x nombre de titres / bénéfice net.

Bénéfice net = nombre de prothèses x marge nette.

En prenant les hypothèses suivantes :

  • cours de l’action : 126 euros (le cours de ces derniers jours environ) ;
  • nombre de titres sur le marché : 4 126 000 ;
  • marges nettes : 15% (fourchette basse dans le domaine de l’innovation médicale) de la valeur de l’implant à 160 000 euros, soit 24 K euros.

On obtient le tableau suivant :

Nombre d’implants artificiels

PER

100

220

1000

22

10 000

2

100 000

0,2

 

Il n’est pas possible aujourd’hui d’évaluer réellement le PER de la société vu qu’elle n’a pas de produit en vente ; mais on constate que si les objectifs affichés sont atteints, il y aura un potentiel de hausse incroyable pour cette entreprise.

J’ai pris le PER de quelques sociétés matures du secteur pour vous donner une idée :

  • MEDTRONIC INC. (MDT-Nyse), un des leaders mondiaux des dispositifs médicaux implantables notamment cardiaque : PER attendu 2013 : 10,27.

Performance du titre depuis son introduction en Bourse : +500% (et encore, le titre est loin d’être à ses plus-hauts historiques).

  • STRYKER CORP. (SYK-Nyse), un des leaders mondiaux des dispositifs médicaux implantables en orthopédie : PER attendu en 2013 : 10,28.

Performance du titre depuis son introduction en Bourse : +440% (pareil, le titre a fait un plus-haut en 2007 à 75$ et cote aujourd’hui 53$).

  • EDWARDS LIFESCIENCE CORP. (EW-Nyse) le leader mondial dans les valves cardiaques : PER attendu en 2013 : 20,05.

Performance du titre depuis son introduction en Bourse : +400% (avec un plus-haut à 100$ en 2010, portant l’évolution du titre à plus de 600%.

Pour résumer : de nombreuses interrogations pèsent sur l’avenir de CARMAT, et il s’agit d’un investissement spéculatif.

Mais le potentiel de hausse est énorme et nous sommes désormais proches de la commercialisation – raison pour laquelle d’ailleurs le titre est si volatil. La prochaine étape sera l’accord de l’AFFASPS pour débuter les essais cliniques chez les humains. Cet accord est attendu au cours du premier semestre 2012.

Il n’est pas déraisonnable de tenter ce pari philanthropique pour espérer une performance boursière à trois chiffres…

D’ailleurs, c’est exactement ce que j’explique dans mon dossier sur les biotechs : en gros, ou ça passe et vous êtes riches, ou ça casse. Mais c’est un pari raisonné que j’ai choisi de prendre.

Mots clé : - - - -

eliasroth
eliasroth

8 commentaires pour “CARMAT : un coup de poker philanthropique”

  1. bonjour élias
    j’ai vu que vous ne croyiez pas aux vertus de nicox,, d’ailleurs j’ai beaucoup perdu avec elle, puisque j’étais à 24 je suis à 2.94 euros aujourd’hui . Avez vous changé d’avis depuis ? sinon quelles sont les 5 actions d’avenir que vous préconisez ? car je ne les ai pas, J’ai juste votre dernier article du 12 avril 2012. Merci par avance, car j’ai envie de récupérer meme ailleurs tout ce que j’ai perdu avec nicox. d’ailleurs j’ai beaucoup renforcé au point d’en avoir eu 2000 actions. Aujourd’hui, j’ai envie dans deux ans au moins avoir une biotech qui m’offrira cette occasion.
    merci par avance encore.
    Josy Cimadure

  2. […] Sur Alternext, c’est encore plus calme avec 1,2 million d’euros  sur LeGuide.com (FR0010146092) qui fait l’objet d’une surenchère de la part de Lagardère de 24 à 28 euros. Sinon, on note 1 million d’euros sur Carmat (FR0010907956), le spécialiste du coeur artificiel. […]

  3. […] bien notre spécialiste des biotechs, Elias vous explique cela dans son article. Je vous laisse donc en sa compagnie et vous dis à la semaine […]

  4. […] d’avis sur ce dossier. Mais comme mon collègue, qui est plus spécialiste le disait : il peut d’agir d’un coup de poker… philanthropique ! AKPC_IDS += […]

  5. […] innovation pour la vie, cela n’a pas de prix.  Comme le disait mon collègue Elias Roth, CARMAT, c’est un coup de poker philanthropique. Il publiera d’ailleurs une analyse du titre très […]

  6. […] Il y a un peu plus d’un an, en mars 2012, je publiais un article sur CARMAT (FR0010907956) comme étant un “coup de poker philanthropique”. […]

  7. […] Il y a un peu plus d’un an, en mars 2012, je publiais un article sur CARMAT (FR0010907956) comme étant un “coup de poker philanthropique”. […]

  8. […] Le calcul des gérants est donc simple : il ne faut pas passer à côté d’une telle société, quitte à saupoudrer légèrement ses portefeuilles de CARMAT. Si c’est un échec, le gérant aura eu tort avec tout le monde et il sera vite pardonné. Si c’est un succès, et qu’il n’est pas investi dans cette société, il sera voué aux gémonies, critiqué par ses clients et raillé par ses supérieurs pour être passé à côté d’une si grosse pépite. Ils font donc ce que mon collègue Elias Roth appelle un coup de poker philanthropique. […]

Laissez un commentaire