CARMAT, symptôme d’un marché bullish

Rédigé le 5 mars 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Qu’est ce qu’un marché bullish ? C’est un marché haussier dans lequel les hausses se succèdent et où les mauvaises nouvelles n’entraînent plus aucune réaction… Bien au contraire. La preuve : le cas VEOLIA (oui, je sais, c’est loin d’être une small caps, mais c’est l’exemple du moment).

VEOLIA ENVIRONNEMENT (FR0000124141) donc a vivement rebondi jeudi, de l’ordre de 15%, ce qui est énorme pour une blue chips justement – d’habitude, nous voyons plutôt ce genre de variation sur des small caps volatiles*.

Pourquoi une telle hausse? Tout simplement parce que la société a indiqué qu’elle allait se désengager de sa branche Veolia Tranport, tout en assurant vouloir continuer son désendettement sur 2012-2013 afin de dégager 5 milliards de cession. Le groupe a déjà cédé l’an dernier pour 1,5 milliard d’actifs. VEOLIA précisait ainsi sa stratégie en marge de ses résultats annuels… catastrophiques : Veolia a perdu 490 millions d’euros l’an dernier après un bénéfice de 581 millions d’euros en 2010. Pas de quoi justifier une hausse de 15% du titre donc… Mais justement : le marché a revêtu ses lunettes roses et ne s’occupe pas des pertes mais de la stratégie. Le verre est à moitié plein et cela suffit largement au bonheur des spéculateurs de tout genre. Je ne critique rien, je constate… C’est tout. Au pessimisme exacerbé a succédé un optimisme béat.

Donc, dans ces moments-là, vous n’avez qu’une chose à faire : PRUDENCE ! Ne faites pas comme les gérants et attendez un peu avant de vous précipiter sur des titres. Je pense que le marché va devoir corriger sous peu, comme je le disais l’autre jour dans une analyse sur le site…

CARMAT : +24% la semaine dernière…

Dans la série optimisme béat, il y a CARMAT (FR0010907956), la biotech qui a pris 24,3% la semaine dernière et 64% depuis le 1er janvier. Sa capitalisation est ainsi remontée à 568 millions d’euros … ce n’est même plus une small cap ! Que s’est-il passé sur ce dossier ? Des résultats ? Une OPA ? Une alliance stratégique ? Rien de tout cela. Les investisseurs se placent en vue des résultats annuels qui seront annoncés le 13 mars.

Mais qu’attendre de ces résultats, si ce n’est encore des pertes ? Car le coeur artificiel, produit phare de CARMAT, n’a toujours pas vu le jour. C’est vrai que CARMAT bénéficie de l’aide la plus importante jamais accordée par Oseo à une PME, soit 33 millions d’euros… C’est vrai également que CARMAT a pour ambition principale de pallier le manque notoire de greffons dont sont victimes des milliers de personnes souffrant d’insuffisance cardiaque…

Mais cela justifie-t-il une telle valorisation, en ce moment, alors qu’il n’y a pas de chiffre d’affaires ?

Cette valeur biotech pourrait vous rapporter jusqu’à 300% de gains !

Elle s’apprête en effet à commercialiser une nouvelle molécule au second trimestre 2012, et cela pourrait révolutionner le traitement du cancer. Nos spécialistes sont formels : ACHETEZ !

Tous les détails sur cette molécule qui pourrait aider des millions de patients souffrant de certaines formes de cancer, vous attendent ici

 

J’entends déjà vos critiques sur les forums… « Lewin n’a rien compris » ; « Lisez ce que dit Lewin sur CARMAT, c’est grotesque ». Sauf que je persiste et signe… En l’état actuel des choses, la valorisation de CARMAT est totalement déconnectée de sa réalité économique. Alors peut-être que je passe à côté d’un pari sur l’avenir. Mais je ne PEUX PAS recommander d’acheter un titre à de tels niveaux de valorisation,avec de tels ratios, quand bien même promettrait-il la jeunesse éternelle (non, là je reverrai quand même ma copie…).

Valorise-t-on une boîte sur une promesse ?

Cette euphorie actuelle me fait un peu penser à l’époque de la bulle Internet. Je travaillais alors chez un broker et critiquais violement les valorisations boursières de certains titres à l’époque. J’avais alors rencontré une agence web, nommée Fi System… Elle valait alors 120 fois son chiffre d’affaires annuel. J’avais rencontré l’un de ses dirigeants et je m’étais accroché avec lui sur la capitalisation boursière de la société. Pour lui, je n’étais pas dans le coup et ne comprenais rien à Internet. Fi System a très vite disparu, emportée dans la tourmente de la bulle Internet, comme d’autres sociétés qui pensaient qu’ajouter le sigle « .com » à leur nom de boîte leur permettrait de décupler leur valorisation en Bourse.

Mais, étant donné que CARMAT est l’une des stars du moment et que j’imagine que vous vous y intéressez de près, j’ai essayé de trouver une explication à cette hausse – qui reste pour moi irrationnelle.

Les gérants doivent entrer sur le dossier

D’abord au vu des volumes échangés (57 829 vendredi et 52 066 jeudi), il doit y avoir des institutionnels qui se placent sur le dossier. Vous êtes un institutionnel, vous suivez les medtechs, vous devez mettre du CARMAT en portefeuille.

Graphique: CARMAT
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Pourquoi ? Deux hypothèses :

  1. vous avez misé sur le bon cheval. Vous faites une très belle plus-value qui dope vos performances ;
  2. CARMAT ne parvient pas aux résultats escomptés. Pas grave : vous avez essayé et finalement c’était logique de se placer sur un tel dossier.

On ne pourra pas vous reprocher d’avoir pris position sur le dossier qui partait à la hausse.

A l’inverse, imaginons que vous ne soyez pas entré sur le dossier et que CARMAT explose, alors le grand patron de la gestion va venir vous voir en vous expliquant que vous avez fait une grave erreur…

* Décryptage : Volatilité
Mesure le risque que l’on prend en achetant un titre. La volatilité calcule les variations du cours d’une action, sur une durée déterminée (une semaine, un mois, un an…). Le calcul aboutit à un écart type. On utilise cet outil car on considère que les variations passées peuvent donner des indications sur les variations futures : plus un titre est risqué, plus son cours est volatil. Par exemple : une action A vaut 100 euros en janvier et 110 en décembre. Mais entre temps, elle a fluctué entre 50 et 150 euros. Une action B a connu la même évolution, mais n’a oscillé qu’entre 90 et 110 euros. Si vous achetez pour spéculer, mieux vaut jouer l’action A, si vous voulez du long-terme sûr, investissez dans la B.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “CARMAT, symptôme d’un marché bullish”

  1. […] et foncer tête baissée sur les titres CARMAT ? D’un point du vue purement financier, Eric vous a donné son avis lundi 5 mars. Il est plutôt réservé – voire franchement […]

Laissez un commentaire