CARMAT autorisé à implanter son coeur artificiel : le titre explose !

Rédigé le 15 mai 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Il y a un peu plus d’un an, en mars 2012, je publiais un article sur CARMAT (FR0010907956) comme étant un « coup de poker philanthropique ».

Vous le savez très certainement si vous êtes féru de biotechs, mais CARMAT a hier explosé en bourse suite à l’autorisation de réaliser des implantations de ses coeurs artificiels. Le titre a pris jusqu’à 60% en séance avec un pic à 159,25€ ! Je vous le disais à l’époque, mais seules les biotechs peuvent avoir de telles variations de cours sur de bonnes nouvelles.

[Ndlr : Se positionner AVANT qu’une valeur révolutionne son industrie ?
C’est ce que joue Ray Blanco quand il choisit ses valeurs biotech ou high-tech.
Il vient d’ailleurs de vendre ARM Holding (Nasdaq) avec +98,94% de gain, VERTEX (Nasdaq) sur 115% de gain et son portefeuille regorge de pépites qui affichent des 87%, 61%, 74%, 99% etc. de gain latent.
Découvrez vite les plus grandes technologies de rupture qu’il a mises en portefeuille…]

Après l’euphorie des marchés d’hier autour du titre CARMAT vient aujourd’hui le temps de l’analyse.

Avant de résumer le scénario du film, plantons le décor

L’insuffisance cardiaque en phase terminale est une maladie mortelle, fréquente (20 millions de personnes en Europe et Amérique du Nord), dont le seul traitement efficace actuel est la transplantation cardiaque. Malheureusement, faute de greffons disponibles, seuls 5% des insuffisants cardiaques terminaux sont greffés.

On ne peut pas augmenter le nombre de donneur d’organe ; la seule solution du problème est un coeur artificiel implantable.

Comment passer de ce constat simple et imparable à une prothèse commercialisable ?

Comment accéder au marché et rentabiliser l’investissement réalisé par CARMAT ?

Il faut franchir trois étapes :

  1. Tester grandeur nature la prothèse chez des malades 

  2. Valider la technologie

  3. Rendre la prothèse accessible financièrement

Le cours de bourse a salué hier le début des phases d’essai clinique. Autrement dit, dans quatre pays (Belgique, Pologne, Slovénie et Arabie saoudite) des centres de référence en chirurgie cardiaque vont implanter un coeur artificiel CARMAT pour sauver la vie des patients.

Conférence "A la recherche du rendement perdu" 

Une fausse mauvaise nouvelle ?

Cette bonne nouvelle en masque pourtant une seconde, moins agréable à entendre à première vue.

En effet, CARMAT, une société française, largement soutenue par des financements français, n’a pas souhaité déposer de dossier auprès de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM).
Ou plutôt… l’a retiré avant le délai de deux mois permettant à l’agence de statuer sur la possibilité ou non d’effectuer les tests cliniques en France.
CARMAT s’est heurté au franco-français principe de précaution ; pressentant le refus et devant apporter des informations complémentaires indisponibles actuellement, la société a décidé de retirer son dossier avant que le refus de l’agence ne soit communiqué aux autres agences européennes et mondiales.

A ce stade, j’aimerais souligner deux points. Le coeur artificiel est là pour sauver la vie de patients dont la seule alternative est la transplantation.

Et les transplants font cruellement défaut. Le principe de précaution semble bien difficilement défendable… lorsqu’il n’existe aucune alternative pour sauver la vie d’un malade.

Par ailleurs la certification CE permet de commercialiser le transplant partout en Europe.
La Pologne et la Slovénie faisant partie de l’Europe, les tests effectués dans ces pays, s’ils s’avèrent concluant, permettront d’accéder au marché Français malgré le refus de l’ANSM.

Donc l’étape 1, les tests cliniques, est lancée.

Reste à franchir l’étape 2, à savoir la validation de la technologie

C’est certainement cette étape qui pose le plus de questions finalement.
Et c’est l’ANSM qui me fait dire qu’il reste encore des zones d’ombres, sinon d’incertitudes, sur la technologie de la prothèse CARMAT.

Il est ainsi intéressant de noter que CARMAT a récemment communiqué sur l’hémocompatibilité in vitro des surfaces de la prothèse.
C’est-à-dire la capacité de la surface prothétique en contact avec le sang du patient de se comporter comme un ventricule cardiaque (absence de formation de caillots sanguins).

Et le cash dans tout cela ?

Il reste donc pour CARMAT à prouver la technologie, et à pénétrer le marché à un prix concurrentiel. C’est-à-dire à un coup inférieur à une transplantation (le prix fixé par CARMAT pour sa prothèse étant de 150 000 € environ).
Or je m’interroge sur la capacité de CARMAT à mener ces deux dernières étapes sans augmentation de capital.

 La trésorerie disponible au 31 décembre 2012 s’élevait à 11,1 millions d’euros et CARMAT espérait pour 2013 plus de 11 millions d’euros de revenus : 5 millions d’euros de crédit impôt recherche et 6,7 millions d’euros de subventions et avances remboursables dès l’autorisation d’essai clinique de l’ANSM.
Il semble que ces 6,7 millions d’euros soient compromis.

L’état actuel de la trésorerie ne permet donc pas d’aller plus loin que 2014, ce qui semble juste pour aboutir à un produit commercialisable…

Mais si les premiers essais cliniques sont concluants rapidement, nul doute que l’argent affluera.

Mon avis sur CARMAT

Je reste bien sûr persuadé que cette société est un magnifique coup de poker philanthropique.

Comme toute société de technologie de rupture, elle n’a actuellement d’autre revenu que des subventions, et son cours de bourse fluctue au gré des rumeurs et des annonces officielles.

Ayez bien en tête que l’on évalue cette société par rapport au marché adressable et à la concurrence. Or le marché est immense : il existe en Europe et aux Etats Unis plus de 20 millions d’insuffisants cardiaques et il n’y a pas à l’heure actuelle de challengers.

Mais CARMAT doit affronter la glorieuse incertitude de la science avec des ressources en cash limitée…

CARMAT

Mots clé : - - - - - -

eliasroth
eliasroth

3 commentaires pour “CARMAT autorisé à implanter son coeur artificiel : le titre explose !”

  1. RT @SCConfidentiel: CARMAT : et la suite ?
    #CARMAT
    http://t.co/Nn4Atlktrz

  2. @SCConfidentiel Bravo pour cet article sans détour sur #CARMAT $ALCAR #Biotech.

  3. CARMAT : et la suite ? | Small Caps Confidentiel http://t.co/nVpsdoOauX via @sharethis

Laissez un commentaire