CAC40 : le support des 5 350 points, voilà une bonne opportunité de jouer un rebond ? Eh bien non !

Rédigé le 13 novembre 2017 par | Analyses indices, Cac 40 Imprimer

Le CAC40 aligne six séances de repli… d’affilée. Nous avions pris l’habitude que ce soit à la hausse depuis le 29 août dernier.

Le CAC40 se replie

Mais pas de panique, la tendance est solidement ancrée à la hausse à moyen terme et les bons supports ne manquent pas, comme par exemple 5 350 sur le CAC40 ou 3 600/3 590 sur l’EuroStoxx50. Après 5 séances de consolidation et 3% de repli (du jamais vu depuis la mi-mai) « ça devrait payer ».

Mais justement « ça » ne paye pas.

Et « ça » continue de vendre, sous 5 350 et jusque vers 5 320 (gros signal baissier au passage sur le CAC).

Il n’y a toujours pas d’acheteurs.

Vous nous direz, ça ne change pas : à part les 25 et 26 octobre dernier, il n’y en avait pas non plus, ça montait dans le vide.

Un CAC40 sous-évalué

Mais il y a plus troublant : pourquoi les stratèges vendraient-ils le CAC40 ou l’E-Stoxx50 qui sont tellement sous-évaluées ?

Regardez le Nasdaq, il gagne 25,5% depuis le 1er janvier et n’a même pas lâché plus de 0,5% la semaine dernière quand le CAC40 en cédait 5 fois plus après avoir péniblement affiché jusqu’à +13% cette année, avant de retomber sous +9,5%.

Moins le CAC40 paraît cher, plus les vendeurs s’en détournent.

Voilà une nouvelle illustration du principe de gestion un peu dément qui consiste à payer tout ce qui monte et à se ruer sur ce qui s’envole et à vendre, même à cours bradé, ce qui sous performe le « benchmark ».

Et aujourd’hui, la référence, ce sont les « GAFA » (+Netflix, +Tesla), soit les « AFGANTS ». A part les valeurs du luxe au sein du CAC, aucun autre secteur ne soutient la comparaison.

Conclusion : pas plus que l’actualité ne recèle d’éléments originaux et susceptibles de justifier un sell off en Europe, il n’existe de justification objective à la résilience de Wall Street.

C’est juste que les sherpas se refont de la liquidité, car si Wall Street décroche, personne ne saura plus rien empêcher.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire